En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

03.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

04.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

05.

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

06.

Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff

07.

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 10 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 11 heures 53 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 15 heures 53 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 16 heures 27 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 16 heures 46 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 17 heures 54 sec
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 17 heures 12 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 1 jour 5 heures
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 1 jour 7 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 11 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 12 heures 6 sec
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 15 heures 47 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 16 heures 10 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 16 heures 53 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 17 heures 8 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 17 heures 23 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 1 jour 7 heures
© D.R.
Selon une étude, un salarié du secteur de la finance gagne toujours cinq fois plus qu'un salarié d'un autre secteur.
© D.R.
Selon une étude, un salarié du secteur de la finance gagne toujours cinq fois plus qu'un salarié d'un autre secteur.
$$$

Et ils pompaient, pompaient... la valeur créée par d’autres : quand les salaires de la finance continuent à creuser l’écart avec le reste de l’humanité

Publié le 19 octobre 2012
Selon une étude, un salarié du secteur de la finance gagne toujours cinq fois plus qu'un salarié d'un autre secteur, alors même que l'industrie de la finance n'est pas plus efficace qu'en 1910.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude, un salarié du secteur de la finance gagne toujours cinq fois plus qu'un salarié d'un autre secteur, alors même que l'industrie de la finance n'est pas plus efficace qu'en 1910.

En 2011, les "golden boy" de Wall Street portaient toujours bien leur nom. Le rapport annuel du cabinet de l'inspecteur de l'Etat de New York, en charge d'auditer les opérations du gouvernement, vient de sortir et le site d'information américain Business Week en a publié les données les plus frappantes. Alors que l'industrie de la finance remet petit à petit en question sa politique de ressources humaines, il ressort de ce rapport qu'un employé du secteur de la finance gagne toujours cinq fois plus qu'un New Yorkais moyen.

Certes, c'est un peux moins qu'en 2007, au moment où le secteur en était à son apogée avant de traverser la crise qu'on lui connaît. A l'époque un " Wall streeteur" gagnait 6,3 fois plus qu'un "Main streeteur". Au cours des trois dernières décennies l'écart entre le salaire moyen dans l'industrie de la finance et le salaire moyen des autres industries relevant du secteur privé, n'a cessé de se creuser. En 1981, le salaire moyen d'un golden boy n'était que de deux fois supérieur à celui du reste du secteur privé.

Un graphique retrace même l'évolution des salaires dans le secteur de la finance comparé aux autres domaines du secteur privé :

Wall Street compensation compared to NYC average

Cette évolution peut paraître d'autant plus injustifiée que l'industrie de la finance n'est guère plus efficace qu'en 1910, alors même que l'apparition des ordinateurs, des téléphones et des logiciels de trading devrait avoir rendu l’industrie financière beaucoup plus performante.

De nombreux économistes, emmenés notamment par Paul Krugman, l'un des éditorialistes vedettes du New York Times, prix Nobel d'économie en 2008, se demande si le système actuel est vraiment plus efficace pour autant et si l'industrie financière, qui absorbe une part grandissante des revenus nationaux, contribue réellement à une création de richesse accrue. 

Thomas Philippon, professeur de finance à la Stern School of Business de New York, y apporte une réponse originale, en se basant sur la théorie macroéconomique.

"Le modèle néoclassique prévoit que, dans la plupart des cas, les innovations technologiques entraînent la diminution du poids d'un secteur économique dans le PIB d'un pays", explique-t-il. "Cette prévision se vérifie dans le secteur de la finance de détail. Grâce à l’informatique, le coût de l'achat et de la conservation des actifs financiers a diminué, ce qui devrait avoir diminué le coût de l’intermédiation (c'est-à-dire l'ensemble des sommes versées pour rémunérer les intermédiaires dans le secteur de la finance, NLDR)".

Et pourtant, note-t-il, ça n’est absolument pas le cas. Entre 1970 et 2011, les dépenses en équipement informatique et la part du secteur de la finance dans le PIB américain ont augmenté dans les mêmes proportions, alors que dans tous les autres secteurs d'échanges commerciaux, c’est l’inverse qui s’est produit.

Pour lui, l'explication est simple : "l’innovation technologique dans le domaine de la finance a été utilisée pour développer des marchés secondaires, comme le trading". Si le coût des échanges a baissé, le coût de la gestion de ces échanges a augmenté. 

Et à la question : "L'augmentation du trading a-t-elle conduit à de meilleurs prix ou à une meilleure gestion des risques ?", sa réponse n'est pas encourageante :

"J’aimerais croire que la réponse à cette seconde question est oui, mais j’en attends toujours la preuve. S'il s’avère que la réponse est non, alors nous devrions conclure que la part que représente la finance dans le PIB est de 2 points trop haute, ce qui représente aux Etats-Unis seulement une perte des ressources de 280 milliards de dollars environ".

Un calcul qui apporte de l’eau au moulin de ceux qui mettent en doute l'efficacité du système financier sous la forme actuelle, et la place centrale qu'il a acquis dans nos économies.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

03.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

04.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

05.

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

06.

Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff

07.

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
zelectron
- 19/10/2012 - 23:40
question de maux
le mérite désormais signifie son contraire! simple dérive sémantique justifient-ils.
OmbreDuZ
- 19/10/2012 - 16:57
Typiquement polémique
La finance a grossi car toute l'économie réelle et les politiques ont fait un appel frénétique a l'endettement et aux operations de capital. Pendant ce temps-la, les particuliers achetent de l'immobilier a des prix qu'ils vont devoir assumer toute leur vie au mépris de leur pouvoir d'achat et de leur qualite de vie pour rembourser leur dette.
La remuneration du secteur financier depend au premier ordre du volume et de la valeur des produits qu'elle vend. Si les gens/entreprises n'empruntent plus (ou moins), il n'y aura plus de 'fees' pour les banquiers.
kassian
- 19/10/2012 - 13:00
article (2)
si les salaires ont augmenté, c'est d'abord parce qu'on a connu depuis 20 ans une période de croissance économique forte couplée à une période de taux bas (argent facile) qui ont contribué à alimenter une bulle spéculative sur le crédit fondée en premier lieu sur l'utilisation du "levier" (j'achète un produit 10, mais je ne mets que 3 de ma poche et j'emprunte 7 à ma banque), ce "levier" étant possible parce que les régulateurs ont permis aux banques de prêter beaucoup plus que ce qu'elles avaient dans leurs coffres (ratios Bâle). Les opérations financières se sont ainsi multiplié jusqu'à dépasser plusieurs fois la taille de la richesse "réelle", ce qui a fortement enrichi l'industrie de la finance, et c'est aussi en partie ce qui fragilise le système actuel, car le sur-endettement global pèse maintenant sur les acteurs économiques qui entrent dans une période de croissance nulle (voire négative).