En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Le Syndicat National des Policiers Municipaux (SNPM) demande à Manuel Valls d’interdire l’affectation des policiers municipaux à leur surveillance.
Guerre des polices ?

Le manque de moyens des polices françaises amène-t-il à la confusion des missions ?

Publié le 12 octobre 2012
Un syndicat de policiers municipaux demande à Manuel Valls d'interdire leur affectation à la protection des lieux de culte. Manque d'armement, manque de formation, confusion des missions, les polices françaises se disputent autour du combat contre le terrorisme.
Jean-Paul Borrelly est policier et secrétaire zonal de la zone Sud-Est de l'Alliance de la police nationale.Cédric Michel est Président national du SDPM, le syndicat de défense des policiers municipaux.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Borrelly,Cédric Michel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Borrelly est policier et secrétaire zonal de la zone Sud-Est de l'Alliance de la police nationale.Cédric Michel est Président national du SDPM, le syndicat de défense des policiers municipaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un syndicat de policiers municipaux demande à Manuel Valls d'interdire leur affectation à la protection des lieux de culte. Manque d'armement, manque de formation, confusion des missions, les polices françaises se disputent autour du combat contre le terrorisme.

Atlantico : En pleine montée de tension autour de la sécurité des lieux de culte et particulièrement des synagogues, le Syndicat National des Policiers Municipaux (SNPM) demande à Manuel Valls d’interdire l’affectation des policiers municipaux à leur surveillance. « Mal formés », « mal équipés », le syndicat affirme qu’il est anormal d’engager des policiers municipaux dans des missions aussi dangereuses alors que les gouvernements successifs ont « manifesté leur volonté de considérer la police municipale comme une sous-police ». Cette mission est-elle vraiment du ressort de la police municipale ?  Assiste-t-on à un transfert des charges d’une police à l’autre lié à un manque de moyen ?

Cédric Michel (Président du syndicat SDPM, syndicat de défense des policiers municipaux) : Il n’y a aucun transfert de charges, depuis la création des communes, avant la Révolution, les Maires sont responsables de la sécurité de leurs administrés sur leur territoire communal. Il n’y a aucune raison que la police municipale n’exerce pas ce genre de mission. On ne peut pas prendre en otage la population pour faire avancer nos propres revendications syndicales, nous portons un uniforme et nous avons prêté serment de protéger nos concitoyens. Se refuser à surveiller les lieux de culte est une forme de trahison. Ce n’est pas aux administrés de subir les errances du législateur. En réalité, il n’y a pas de chute des moyens de la Police Nationale. Si on étudie le financement de Sécurité sur une période longue, on constate que celui-ci ne baisse pas pour tout dire il augmente. Le problème vient plutôt du fait que l’insécurité augmente de manière exponentielle face à un budget qui croit normalement. Cependant, il est important de comprendre qu’il n’y a pas une balance commerciale entre les budgets de la police nationale et la police municipale.

Jean-Paul Borrelly (Secrétaire zonal de la zone Sud-Est de l'Alliance de la police nationale ) : Le débat ne concerne pas le manque de moyen de la police. Personnellement, je comprends très bien les policiers municipaux qui ne veulent pas être affectés à ce genre d’opérations. Il s’agit de missions très complexes impliquant des mesures de sécurités particulières auxquelles ils ne sont pas formés. Selon moi, il ne s’agit clairement pas de la mission de la police municipale de s’occuper de ce genre de surveillance. Il faut que les policiers, municipaux et nationaux, se concentrent sur leur cœur de métiers respectifs. Les policiers municipaux exécutent différentes missions comme celles de patrouille dans certains quartiers, de surveillance et de maintien d’ordre public, il ne doit pas y a voir de confusion entre les missions.

Le syndicat FO-SNPM évoque le manque de formation et d’armement, la police municipale peut-elle vraiment empêcher une attaque terroriste ?

Cédric Michel (Président du syndicat SDPM, syndicat de défense des policiers municipaux) : Je n’ai pas de boule de cristal et personne n’en a, il est donc impossible de savoir quelle sera la forme et les moyens déployés dans une attaque terroriste éventuelle. Ce que l’on sait par contre, est que la simple présence d’un uniforme est dissuasive et qu’un policier municipal ne serait-ce que par sa présence dans un lieu peut mobiliser rapidement de gros moyens. Personne n’est sur qu’une patrouille de policiers nationaux pourraient empêcher une attaque terroriste. Ce genre de revendications va à l’encontre de notre mission et donne raison à nos détracteurs qui pensent que nous devons être totalement désarmés. Au contraire, notre revendication est l’armement obligatoire pour tous. Les policiers municipaux ont la possibilité de porter des armes à feu de 4ème catégorie, la responsabilité d’assumer la sécurité des administrés est donc celle des Maires. En tant qu’agent de l’Etat, il est de leur devoir d’assurer la sécurité du territoire communal, il n’y a donc pas de transfert de charges. Le code général des collectivités territoriales, autrefois codes des communes, ne date pas d’hier.

Jean-Paul Borrelly (Secrétaire zonal de la zone Sud-Est de l'Alliance de la police nationale ): La surveillance des zones considérées comme cibles potentielles d’attaques terroristes ont toujours été couvertes par la force militaire, il n’y a aucune différence dans le cas présent. Dans les gares, les aéroports, les transports en communs, on voit des patrouilles de soldats, pourquoi ne seraient-ce pas le cas autour des lieux de cultes ? C’est le même problème. Pendant que des patrouilles de police surveillent les lieux de culte, elles ne sont pas ailleurs et ne remplissent donc pas leur mission initiale. L’armée, elle, est parfaitement adaptée à ce genre de missions qu’elle effectue depuis très longtemps dans le cadre de Vigipirate.

L’armement des policiers municipaux est une décision qui est prise par le Maire de la commune. C’est un débat réel qui réside surtout dans le fait que certaines des affectations des policiers municipaux sont parfois dangereuses mais la protection des zones à risques terroristes n’en fait pas partie.

La solution des services de sécurité privés est-elle une éventualité à prendre en compte ou une aberration ?

Cédric Michel (Président du syndicat SDPM, syndicat de défense des policiers municipaux) : Il s’agit d’une aberration totale. On ne peut pas admettre qu’il y ait une telle défection de l’Etat, les Maires compris, que les gens s’arment et se défendent par eux-mêmes. Cela relève d’une problématique de sécurité générale qui va du Maire ou au Ministre, et qui est que depuis longtemps déjà la sécuritaire au sein du territoire français se détériore irrémédiablement. Et ce n’est ni la faute ni de monsieur Valls ni de monsieur Guéant, c’est un constat social.

Jean-Paul Borrelly ( Secrétaire zonal de la zone Sud-Est de l'Alliance de la police nationale ) : C’est déjà le cas, certains lieux de cultes et certaines écoles privées se sont déjà dotées depuis longtemps de leurs propres service de sécurité

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

Au Yémen, les Emirats Arabes Unis défendent leurs intérêts... au détriment des Saoudiens

06.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

07.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
USPPM
- 14/10/2012 - 07:17
Sans moyens adaptés
Chers internautes
cette polémique n'a pas lieux d'être, comment peut-on demander à des agents non dotés de moyens de protection, ni de défense adaptés d'assurer la SECURITE d'autrui et la leur devant des lieux de cultes, la question est posée aux maires qui se doivent de mettre en œuvre toutes les mesures pour que les agents placés sous leur responsabilité exercent leurs missions en toute sécurité ainsi qu'au Ministre de l'Intérieur puisque la police municipale est la 3e force de la sécurité intérieure et que le maire est aussi un agent, de l'Etat.
En l'absence d'une clarification urgente des missions inhérentes aux policiers municipaux et de leurs moyens, avoir l' HONNEUR de de ne pas pouvoir exercer pleinement ces missions ne semble ni judicieux ni logique..
USPPM
- 14/10/2012 - 07:16
Sans moyens adaptés
Chers internautes
cette polémique n'a pas lieux d'être, comment peut-on demander à des agents non dotés de moyens de protection, ni de défense adaptés d'assurer la SECURITE d'autrui et la leur devant des lieux de cultes, la question est posée aux maires qui se doivent de mettre en œuvre toutes les mesures pour que les agents placés sous leur responsabilité exercent leurs missions en toute sécurité ainsi qu'au Ministre de l'Intérieur puisque la police municipale est la 3e force de la sécurité intérieure et que le maire est aussi un agent, de l'Etat.
En l'absence d'une clarification urgente des missions inhérentes aux policiers municipaux et de leurs moyens, avoir l' HONNEUR de de ne pas pouvoir exercer pleinement ces missions ne semble ni judicieux ni logique..
SIPM
- 13/10/2012 - 17:40
SIPm-FPIP/EUROCOP
Le SIPM-FPIP /EUROCOP tient à vous faire savoir qu’il n’approuve en aucune manière ces procédés.



Les policiers municipaux ont prêté le serment suivant : "Je jure et promets de bien et loyalement remplir mes fonctions et d'observer en tout les devoirs qu'elles m'imposent".





Un syndicat essaye de faire croire que ces missions relèveraient exclusivement de la Police ou de la Gendarmerie nationales. C’est faux.



Sachez que c’est un HONNEUR pour nous d’assurer la sécurité des personnes menacées, dont font partie nos compatriotes français de confession juive.



Nous n’abandonnerons pas le terrain en les laissant sans défense

Vous devez savoir que certains élus, pas tous, refusent aux policiers municipaux les moyens de défense et de protection nécessaires à leurs missions, gilets pare balle et armement . Ce faisant ces élus -pour des raisons idéologiques et non techniques- mettent en danger les fonctionnaires mais également les citoyens