En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

02.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

03.

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

04.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

05.

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

06.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

07.

Cette si discrète entreprise qui pourrait faire que nos vies privées ne le soient… plus jamais

01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

04.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

ça vient d'être publié
pépites > High-tech
Apple Pay
2020 : 99 % des cartes françaises seront compatibles Apple Pay
il y a 2 heures 38 min
pépite vidéo > Media
Un bad buzz
Rognée d'une photo officielle : Vanessa Nakate dénonce un acte raciste
il y a 4 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dépendances" : une pièce de théâtre où la fratrie est mise en avant

il y a 8 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Là où chantent les écrevisses" : un roman qui a déjà conquis 4 millions de lecteurs

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Santé
Un nouveau débat ?

Fongicides : ces lanceurs d’alerte qui plombent les débats scientifiques

il y a 9 heures 38 min
décryptage > Santé
Septicémies

Alerte à l’empoisonnement du sang : une mort sur 5 dans le monde causée par les sepsis

il y a 11 heures 11 min
décryptage > High-tech
Adieu l'intimité !

Cette si discrète entreprise qui pourrait faire que nos vies privées ne le soient… plus jamais

il y a 11 heures 31 min
décryptage > Economie
Attention !

Alerte au Coronavirus sur l’économie mondiale : une panique planétaire couve sur les marchés

il y a 12 heures 1 min
décryptage > Politique
Un parti à bout de souffle ?

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

il y a 12 heures 38 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Coronavirus : l'OMS fait évoluer son évaluation de la menace en la qualifiant "d'élevée" à l'international
il y a 1 jour 1 min
pépites > Politique
Et après ?
Brexit : Quelles sont les démarches que les Français devront effectuer pour se rendre en Grande-Bretagne ?
il y a 3 heures 27 min
pépites > Santé
Conoravirus
Coronavirus : comment les Français atteints du virus sont-ils pris en charge sur le territoire ?
il y a 6 heures 12 min
décryptage > Politique
C'est grave docteur ?

Et Benjamin Griveaux dérailla gravement à la gare de l'Est…

il y a 8 heures 31 min
décryptage > Politique
Nouvelle technologie

Ce laser super puissant développé par Israël pourrait devenir un instrument de paix

il y a 9 heures 20 min
décryptage > Politique
Lendemains qui déchantent

L’Europe face à une gueule de bois post Brexit

il y a 10 heures 23 min
décryptage > Santé
Le fugitif

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Société
Inquiiétude

De l’inquiétant au dramatique : ces réalités diverses qui se cachent derrière le chiffre global de la hausse des actes racistes et xénophobes

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit à J-4 : Boris Johnson doit tout changer pour que rien ne bouge

il y a 12 heures 11 min
pépite vidéo > Social
Aucune réponse du gouvernement
Eric Drouet se confie sur sa décision de se retirer du mouvement des Gilets jaunes
il y a 23 heures 20 min
pépites > Politique
Officialisation
Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, s’engage dans la campagne des municipales et sera tête de liste à Tourcoing
il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
Le pouvoir des syndicats français pourrait bien être en perte de vitesse.
© Reuters
Le pouvoir des syndicats français pourrait bien être en perte de vitesse.
Traversée du désert

Les syndicats ont-ils toujours le pouvoir de mettre les gens dans la rue ?

Publié le 10 octobre 2012
Taux de syndicalisation très bas, mots d’ordres trop vagues et généraux, guerres de succession, les syndicats ont-ils toujours autant les moyens de mobiliser la population ?
Stéphane Sirot est historien, spécialiste des relations sociales, du syndicalisme et des conflits du travail.Il enseigne l’histoire politique et sociale du XXe siècle à l’Université de Cergy Pontoise.Derniers ouvrages parus : « Les syndicats sont-ils...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Sirot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Sirot est historien, spécialiste des relations sociales, du syndicalisme et des conflits du travail.Il enseigne l’histoire politique et sociale du XXe siècle à l’Université de Cergy Pontoise.Derniers ouvrages parus : « Les syndicats sont-ils...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Taux de syndicalisation très bas, mots d’ordres trop vagues et généraux, guerres de succession, les syndicats ont-ils toujours autant les moyens de mobiliser la population ?

Atlantico : La CGT décide de faire cavalier seul pour une journée d’action pour la « défense de l’emploi et l’industrie ». Cette journée est finalement peu suivie. Les syndicats aujourd’hui ont-ils encore le pouvoir de faire descendre les citoyens dans les rues ?

Stéphane Sirot : Le passé récent tendrait à prouver que oui, car en 2009 du fait de la crise puis en 2010 sur le sujet des retraites, les organisations syndicales ont réussi à mobiliser, à la fois sur le nombre et la durée, plusieurs millions de salariés. Cela prouve qu’il reste encore – dans notre pays où il y a une vieille tradition de manifestation et de conflictualité - une capacité de mobilisation assez forte. En revanche on peut tout de même y opposer plusieurs observations. Dans un premier temps, les mots d’ordres qui paraissent un peu trop vagues et généraux, sans véritable prise immédiate avec la situation des salariés ont toujours du mal à mobiliser.

Lancer des mots d’ordre qui ont comme principaux sujets, tels que celui de ce mardi, la sauvegarde de l’industrie ne séduit pas car ils ne sont pas couplés à des initiatives de réformes. Ils sont généralistes voire incompréhensibles. D’autre part, la journée d’action dont on parle, a du mal à offrir des résultats aux organisations syndicales et paraissent davantage à des moments de médiatisation, de revendication ou d’alerte de l’opinion plutôt que des mouvements de rapports de force capables de changer des orientations gouvernementales ou patronales. De plus la conjoncture immédiate n’est pas du tout favorable aux grandes mobilisations. Celles de 2009 et 2010 se sont d’ailleurs conclues par des échecs à répétition et c’est une constante depuis environ 2003. Cela a tendance à décourager les syndiqués.  

De toute façon, un syndicat tout seul aujourd’hui a beaucoup de mal à réunir ses salariés. Je pense que même si c’est vague, il y a une demande de démarche unitaire de la part des organisations syndicales plutôt et il semble de plus en plus que cela réponde à des nécessités qui ne sont pas seulement celles de la société mais qui tiennent aux enjeux internes du syndicat qui lance les mobilisations. Je parle bien entendu de la CGT. Ce mardi, pour elle, les enjeux sont peut-être autant identitaires que sociaux.

Les syndicats doivent-ils être unis pour avoir une chance de mobiliser la population ?

En tout cas, s’ils ne parviennent pas à faire une démonstration minimale de leur capacité d’action individuelle sur des revendications bien identifiées. On est de toute façon dans un contexte de relative faiblesse du mouvement syndical avec des taux de syndicalisation très bas et un doute des salariés sur leurs capacités à peser sur le réel. Ces éléments sont complexes à dépasser et le sont d’autant moins quand le syndicat paraît s’engager en solitaire dans une forme d’action qui en plus paraît discutable.  

Le charisme d’un leader fait-il la force d’un syndicat ?

Cela ne suffit pas bien entendu, toutefois l’épaisseur d’un leader syndical compte. C’est tout de même un facteur incontournable, de la même manière que dans un parti politique même si ce sont deux types d'organisation très différents. Dans toute forme d’organisation massive il y a une nécessité d’imprimer un rythme, un sens à l’action syndicale, de nourrir une réflexion et encore plus dans une période comme la nôtre qui est incertaine et qui amène les syndicats à s’interroger sur leur parole et leur capacité à la faire porter par une voix assez assurée pour qu’elle puisse être entendue. Je pense d’ailleurs que l’actuelle querelle de succession au sein de la CGT pose un véritable problème à cette confédération dans les négociations sociales qui se sont ouvertes au mois de septembre.

Dans cette série de concertations ouvertes faisant suite à la conférence sociale ouverte par François Hollande, si la CGT veut être en capacité de se faire entendre, de peser, et créer une dynamique syndicale notamment avec la CFDT, les circonstances sont particulièrement contre-productives. Le manque de représentants qui aient une légitimité suffisamment forte dans cette période de transition c’est évidemment un flottement mal venu dans une période où s’ouvrent des discussions autour de la question de l’emploi et une batterie de sujets de fond qui sont sensibles pour les salariés et les syndicats.

Quel est l’avenir du syndicalisme en France aujourd’hui ?

Il y a un impératif – même si les solutions à trouver sont compliquées et multiples - qui est évidemment de faire face à ce désert syndical qui s’est constitué en France avec des taux de syndicalisation qui sont entre 6 et 7 % globalement et qui atteignent à peine 5 % dans le secteur privé. Ce sont des chiffres qui sont ceux de la fin du 19ème siècle. C’est une menace pour les syndicats et la négociation. D’une part, les syndicats ont du mal à faire valoir leur légitimité avec des taux aussi faibles et de l’autre la négociation a aussi du mal à faire valoir sa propre légitimité  dans la mesure où des négociations et des accords sont légitimes à partir du moment où leurs acteurs ont eux-mêmes une légitimité. C’est contre-productif. Et au-delà de cela on a un problème de renouvellement du syndicalisme car il vieillit rapidement avec des moyennes d’âge autour de 45 ans, des jeunes qui adhèrent peu. Ainsi à l’horizon de 10 ou 20 ans, c’est une menace importante.

Pourquoi les jeunes n’adhèrent pas aux syndicats ?

On peut l’expliquer par plusieurs facteurs. Dans un premier temps, c’est en raison de la précarité du travail qui touche en particulier les jeunes. Or, l’acte de syndicalisation est plus volontiers fait par des salariés bien intégrés et assis dans leur poste – en bref qui disposent d’un CDI. Les salariés qui passent d’un secteur à un autre et qui sont menacés par la précarité ont plus de mal à être suivis par les syndicats car ils sont structurés de telle façon que quand on change de secteur on échappe au syndicat où éventuellement on était syndiqué premièrement. D’ailleurs c’est l’une des réflexions que les syndicats doivent produire sur l’évolution de leur structuration.

Les jeunes d’autre part ont plus de difficulté à se reconnaître dans des organisations collectives qui portent des valeurs collectives. Ils sont beaucoup moins sensibles que leurs ainés à cette démarche.

Il y a donc des chantiers à mener sur l’évolution du salariat, mais aussi sur le décalage énorme entre la sociologie des syndicats et la sociologie du monde du travail qui s’il a toujours plus ou moins existé a atteint des proportions énormes. Ils ont aussi besoin de démontrer leur efficience, quoi qu’il arrive des salariés précaires ou pas auront d’autant de difficulté à adhérer à un syndicat qu’ils auront l’impression que celui-ci ne parvient pas à obtenir des résultats ou à changer quoi que ce soit à leur situation.  

Propos recueillis par Carole Dieterich

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

02.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

03.

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

04.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

05.

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

06.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

07.

Cette si discrète entreprise qui pourrait faire que nos vies privées ne le soient… plus jamais

01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

04.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Skagerrak
- 11/10/2012 - 08:24
Syndicats et syndicalistes
Les salariés connaissent dorénavant le statut de leurs grands chefs syndicalistes et tous leurs avantages , le premier étant de ne pas voir sa journée de grêve amputée de sa paie . Quant aux autres prébendes , logements , voitures de fonction, préts avantageux , et autres voyages , les salariés donc les contribuables , ce sont eux qui paient la facture , alors cotiser et voter pour ces nantis , les nouvelles générations seront moins sottes que leurs parents .
Et de nos jours , tout le monde sait que les syndicats et la presse , sont les organismes qui recoivent le plus de subventions , donc rémunérés par nous-même , pauvres contribuables bien tondus .
Gégé Foufou
- 10/10/2012 - 19:14
Il y a de moins en moins
d'usines qui concentraient des grands nombres d'ouvriers qui se syndiquaient car formés au combat syndical.
La dernère grande usine c'est Pole Emploi
CQFD
Charles25
- 10/10/2012 - 17:02
Une autre chose qui n'est pas
Une autre chose qui n'est pas dite, c'est que se syndiquer en France est un acte militant qui ne rapporte finalement que des ennuis. Ca ne procure aucun avantage puisque ce qui est négocié par les syndicat profite à tous, et, au contraire, on est catalogué comme emmerdeur par son employeur.
Quand on a, comme en France, un patronat particulièrement réactionnaire, quoi d'étonnant ?