En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

02.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

05.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

06.

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

07.

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

LR : le tigre de papier

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
light > Culture
Bonne nouvelle
Un tableau de Klimt, volé en 1997, a été retrouvé par hasard
il y a 2 heures 24 min
pépites > France
Bout du tunnel
Paris : le syndicat Unsa-RATP suspend la grève, le trafic du métro devrait fortement s'améliorer lundi
il y a 3 heures 55 min
light > Insolite
Disparition
L'homme le plus petit du monde, qui mesurait 67 cm, est décédé
il y a 5 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Amertume Apache, Une aventure du Lieutenant Blueberry" : Le renouvellement d’un mythe

il y a 6 heures 56 min
pépite vidéo > Politique
Soirée perturbée
Emmanuel Macron évacué d'un théâtre où tentaient d'entrer des manifestants
il y a 8 heures 14 min
décryptage > International
Régime autoritaire

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La laïcité et le féminisme : les deux atouts de la société française pour lutter contre l'obscurantisme religieux

il y a 9 heures 38 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Gilets jaunes : les perspectives concrètes pour le mouvement après la phase insurrectionnelle

il y a 9 heures 39 min
décryptage > France
La réalité dépasse la caricature

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

il y a 9 heures 51 min
décryptage > International
Retournement

Les trois locomotives de l’économie américaine qui avaient combattu Donald Trump s’allient désormais à lui pour sa réélection

il y a 10 heures 15 min
pépites > Politique
Comeback
Ségolène Royal annonce la création d'une association politique en vue de 2022
il y a 3 heures 16 min
pépites > International
Défi planétaire
Changement climatique : 18 % des Américains n'y croient pas, contre 9 % des Européens et 1 % des Chinois
il y a 5 heures 5 min
pépites > Politique
Maintien
Cote de confiance : lègere hausse pour Emmanuel Macron en janvier
il y a 6 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Amazon, main basse sur le futur" : Amazon nous promet la lune mais à quel prix ? Enquête instructive sur un mastodonte.

il y a 7 heures 15 sec
décryptage > France
Baisse

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

il y a 9 heures 7 min
décryptage > Politique
Ils ont le plus grand respect l’un pour l’autre

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

il y a 9 heures 28 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Quand la religion sert de justification à la violence contre les femmes : pour en finir avec la gynépathie

il y a 9 heures 38 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : la cruelle absence de vision et le manque de réel projet au sein du ministère de la Santé

il y a 9 heures 39 min
décryptage > Europe
Basculement

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

il y a 10 heures 2 min
décryptage > Politique
Alternative

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

il y a 10 heures 20 min
Taxation

Google, Apple, Amazon : la France peut-elle imposer ses règles fiscales ?

Publié le 10 octobre 2012
Google, Apple, Microsoft ou Amazon... les entreprises américaines du numérique présentes en France sont dans le viseur du ministère de l'Economie qui souhaite les soumettre à la fiscalité française et non irlandaise comme c'est souvent le cas. Mais l'Etat français peut-il s'imposer face aux géants américains ?
Nicolas Duboille est avocat associé au sein du cabinet Granrut et membre des Barreaux de Paris et de New York.Il est spécialiste de la fiscalité des entreprises et fusions-acquisitions, fiscalité immobilière, internationale, patrimoniale et fiscalité...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Duboille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Duboille est avocat associé au sein du cabinet Granrut et membre des Barreaux de Paris et de New York.Il est spécialiste de la fiscalité des entreprises et fusions-acquisitions, fiscalité immobilière, internationale, patrimoniale et fiscalité...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Google, Apple, Microsoft ou Amazon... les entreprises américaines du numérique présentes en France sont dans le viseur du ministère de l'Economie qui souhaite les soumettre à la fiscalité française et non irlandaise comme c'est souvent le cas. Mais l'Etat français peut-il s'imposer face aux géants américains ?

Atlantico : Les entreprises du numérique comme Google, Apple ou Microsoft sont présentes en France mais payent la majeure partie de leurs impôts à l'étranger. Le gouvernement a ainsi lancé une mission qui devrait publier ses recommandation en décembre. Comment ces sociétés parviennent à vendre des produits en France tout en étant soumises aux impôts de pays étrangers, principalement l'Irlande ?

Nicolas Duboille : Deux éléments entrent en jeu : les règles françaises de territorialité de l’impôt sur les sociétés et les règles de répartition du droit d’imposer entre les Etats prévues par les conventions fiscales internationales.

La problématique à laquelle font face les Etats en matière d’imposition des bénéfices du commerce électronique est celle de l’application territoriale de l'impôt sur les sociétés. Généralement, les profits sont imposés dans l’Etat où s'exercent les activités. Si cette règle n’implique pas de difficultés pour les Etats pour les activités exercées par les entreprises traditionnelles, elle est plus problématique pour les activités numériques, dans le cadre desquelles il y a souvent dissociation entre le lieu où est localisée l’essentiel de l'activité (i.e. le lieu de "production" ou de réalisation de l’essentiel des prestations) et le lieu de situation des clients. En effet, il n'y a pas forcément besoin d'infrastructures importantes sur le lieu où se trouvent les clients. Des sociétés comme Google ou Amazon n'ont ainsi besoin que du stricte minimum pour développer leurs activités en France.

Dès lors, en ce qui concerne l'impôt sur les sociétés, il n'est possible de taxer que la marge qui se rapporte aux activités réalisées par ces sociétés en France. Pour effectuer deventes via internet, il n'y a pas forcément besoin de commerciaux, de magasins ou d'infrastructures sur le territoire de vente. Ainsi, pour développer un commerce électronique en France, il n'y a donc pas forcément déploiement sur le territoire français d'activités commerciales, et par conséquent, il n'y a pas forcément de marge imposable à l’impôt sur les sociétés en France.

Dès lors, ces entreprises ne payent qu'une petite partie de leurs impôts en France : celle qui se rapporte aux seules activités qu’elles réalisent dans l'hexagone, comme l’activité déployées par les plateformes logistiques d'Amazon. Il n'y a donc qu’une faible exposition en France à l'impôt sur les sociétés pour ces entreprises.

Est-ce vraiment légal ? Pouvons-nous parler d'"exil fiscal" ?

Ce processus fiscal est légal puisque le droit fiscal français et international - par le biais des conventions fiscales conclues entre la France et les Etats où sont implantées ces entreprises (par ex. le Luxembourg et l'Irlande) - octroie à la France le droit d'imposer sur les seuls profits se rattachant aux activités réalisés par un établissement stable localisé en France.

En effet, seules les activités matériellement effectuées par une entreprise étrangère en France par le biais d'un établissement stable, c'est à dire en particulier une base fixe d'affaires (un entrepôt, un bureau...) peuvent être taxées en France. Mais comme les activités numériques requirent peu de moyens de production/commercialisation sur le pays de situation de la clientèle, l'imposition est très faible en dépit de revenus générés potentiellement substantiels. Google, Apple ou encore Amazon s'installent donc des pays européens à faibles fiscalité, par exemple l'Irlande, voire dans des paradis fiscaux.

Quel est le manque à gagner pour le budget de l'Etat ?

Un rapport du Conseil national du numérique estime que les revenus générés par Google, iTunes, Amazon et Facebook oscilleraient entre 2,5 et 3 milliards d'euros en France et, qu'en acquittant seulement 4 millions d'euros d'impôt sur les sociétés par an, ces entreprises devraient être redevables d'environ 500 millions d'euros si on leur appliquait le régime d’imposition français.

Ce manque à gagner pour l'Etat ne correspond qu'à ces quatre entreprises ou services, et non à l'ensemble du secteur internet qui comprend davantage d'acteurs du commerce électronique utilisant le même procédé fiscal. Il ne s'agit donc que de la pointe émergée de l'iceberg.

L'Etat français peut-il parvenir à s'imposer face aux géants américains pour les soumettre à la fiscalité française ?

En principe, il n'est pas possible de modifier le droit interne pour contourner les règles de répartition du droit d'imposer issue des conventions fiscales internationales. Il serait cependant sans doute possible de mettre en place des taxations spécifiques au commerce électronique, comme la fameuse "taxe Google" par exemple. C'est ce que propose le sénateur Marini dans un récente proposition de loi déposé en juin dernier.

Il n'est pas possible d'instaurer une taxation sur les bénéfices qui soit contraire au droit international. Par exemple, il est impossible de taxer des entreprises irlandaises à raison de leurs activités en France sans qu'elles n'aient d'établissement stable sur le territoire français, même si elles y réalisent des profits. Une taxe sur les profits est donc inenvisageable. De même, une taxe sur le chiffre d'affaires, en se superposant à la TVA, serait contraire aux normes européennes.

Il peut alors être envisagé d’instaurer une taxe qui soit compatible à la fois avec le droit international et le droit européen. Cela pourrait être par exemple le cas d’une taxe sur le niveau d'activité ou la valeur ajoutée produite. L'autre solution, la plus simple sur le plan technique, mais la plus difficile sur le plan politique, consisterait à renégocier les conventions fiscales et prévoir qu'une entreprise de commerce électronique soit considérée comme ayant ce que l'on pourrait appeler un "établissement stable virtuel". Une solution proposée par un groupe de travail de l'OCDE.

Une autre piste serait de prendre en compte un "cycle commercial complet" qui permettrait à la France de taxer les bénéfices réalisés par les entreprises étrangères sur son sol, via internet, sur la base des commandes, des livraisons... ce qui nécessite d'être négocié dans les conventions fiscales internationales.

Outre l'impôt sur les sociétés, ces entreprises échappent-elle à la TVA sur les produits qu'elles vendent sur le territoire français ?

En terme de finances publiques, la question sans doute la plus importante aujourd’hui est celle de la TVA. Aujourd'hui, en matière de services électroniques, le pays ayant le droit d'appliquer le TVA est celui du lieu d’établissement du fournisseur. Il s'agit d'une exception puisque habituellement, dans le cadre de prestations réalisées entre un fournisseur assujetti à la TVA et un client non assujetti (opérations dites « B to C ») cette taxation est effectuée sur le territoire du consommateur. Le Luxembourg a réussi à négocier un délai pour que la règle générale ne soit en principe applicable qu’à compter du 1er janvier 2015. Or, une période transitoire, qui pourra s’étendre jusqu’en 2019 est prévue pour que les règles de TVA applicables pour le commerce électronique rejoignent le droit commun.  

Un pays comme le Luxembourg récupère donc une grande partie des recettes issues de TVA en lieu et place de la France, et d'autres pays, car des prestataires y sont installés et vendent des prestations depuis ce pays. Les prestataires ou vendeurs étant établis dans un Etat appliquant une TVA plus faible que la TVA française, ils peuvent vendre leurs prestations aux consommateurs à des prix plus faibles, ou pour des marges plus élevées, que les entreprises françaises, ce qui améliore leur compétitivité pour un même produit ou service.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

02.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

05.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

06.

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

07.

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

LR : le tigre de papier

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
kettle
- 11/10/2012 - 12:04
Facebook
"Facebook's UK tax bill was less than it pays its average worker: Company paid just £238,000 to the taxman in 2011 despite UK revenue being £175million"

http://tinyurl.com/9k4eupf
Jetlag
- 11/10/2012 - 11:35
Ruse de sioux pour salesforce.com
Chez salesforce.com, la moitié du revenu est généré par une équipe de français basé en Irlande, l'autre par l'équipe locale installée place d'Iéna. Mais ni l'Irlande ni la France ne voit les revenus puisque les contrats sont signés avec ... la Suisse. Le CA théorique de la filiale française est calculé en prenant les dépenses + 20%, ce qui représente moins de la moitié du chiffre d'affaires réel (et des bénéfices puisque le bureau français n'a de charge que les salaires et le loyer quasiement).

Le fisc français a l'air de s'en contenter...
quesako
- 10/10/2012 - 21:16
Solution : faisons tout pour rendre la France attractive !!
On taxe car lorsqu'il y a l'esprit "lutte des classes" il faut que les riches, qui ne peuvent s'enrichir qu'en exploitant leur personnel, rendent gorge comme on disait au gouvernement sous Mitterand.
On va essayer de monter des usines à gaz pour récupérer de l'impôt, car c'est l'impôt qui va créer des emplois !!
Il n'y a pas qu'Apple, Amazon, etc ... mais il va y avoir les entreprises françaises qui n'ont plus rien à faire en France dans le climat de haine et de suspicion actuel