En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Pendant 15 ans, Jean-Marc Ayrault fut le voisin de François Hollande à l'Assemblée nationale.
Couple exécutif
Jean-Marc Ayrault : ce que François Hollande pense vraiment de lui
Publié le 06 octobre 2012
"Simple", "élégant" et "pudique" : tels sont les mots utilisés par François Hollande pour décrire son Premier ministre. Jean-Marie Biette revient sur les raisons qui ont poussé le président à choisir Jean-Marc Ayrault. Extraits de "Ayrault, l'inconnu de Matignon" (1/2).
Jean-Marie Biette est directeur départemental de Ouest France.Il est l'auteur de "Ayrault, l'inconnu de Matignon" aux éditions de l'Archipel. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marie Biette
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marie Biette est directeur départemental de Ouest France.Il est l'auteur de "Ayrault, l'inconnu de Matignon" aux éditions de l'Archipel. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Simple", "élégant" et "pudique" : tels sont les mots utilisés par François Hollande pour décrire son Premier ministre. Jean-Marie Biette revient sur les raisons qui ont poussé le président à choisir Jean-Marc Ayrault. Extraits de "Ayrault, l'inconnu de Matignon" (1/2).

Inconnu des Français mais bien connu des Nantais, Jean-Marc Ayrault est également très bien connu de celui qui l’a fait roi à Matignon. François Hollande fut en effet, pendant plus de quinze ans, son voisin à l’Assemblée. Il a partagé avec lui nombre de petits déjeuners stratégiques à l’hôtel Matignon, lorsque Lionel Jospin était Premier ministre de Jacques Chirac, de 1997 à 2002.

Le président de la République en dresse un portrait assez intime, balayant d’un revers de plume l’image d’austérité froide collant aux basques du chef du gouvernement : « Jean-Marc Ayrault a de la pudeur, il sépare avec raison la vie privée de la vie publique, il fait preuve de discrétion. » François Hollande va même plus loin, reconnaissant à son Premier ministre une vertu devenue rare, à ses yeux, en ces temps de vie politique ultramédiatisée, dérivant parfois vers le people : « Il s’adresse à la raison plus qu’aux émotions. Ce n’est ni de la froideur, ni de la timidité, ni même de la réserve. C’est une façon digne de concevoir l’action publique. Pour le reste, je connais la chaleur de sa personnalité, sa simplicité et aussi son élégance. »

Politiquement, François Hollande lui trouve, sans surprise, bien des qualités : « La proximité avec les Français, la connaissance des problèmes réels de leur vie quotidienne : cela lui vient sans doute de sa très longue expérience de maire de Nantes. » La proximité étant – à tort ou à raison – revendiquée et affichée par tout élu politique visant de hautes fonctions, quelles qualités ont réellement emporté la décision de François Hollande ? Parmi elles, on trouve le courage. Selon le chef de l’État, Jean-Marc Ayrault « est un homme qui assume ses responsabilités, qui a le sens de la décision et qui en accepte les conséquences ».

Face à des députés de gauche élus sur des attentes sociales fortes, que la conjoncture contrariera immanquablement, François Hollande lui prête aussi les talents d’un général associant fermeté et diplomatie avec ses troupes de la majorité : « Il l’a prouvé pendant quinze ans à la tête du groupe socialiste de l’Assemblée nationale. J’apprécie sa capacité à dialoguer, rassembler, trouver les voies du compromis. Pour lui, bien écouter, c’est déjà bien gouverner. » Le seul défaut que le chef de l’État reconnaisse à son Premier ministre ira droit au coeur de l’intéressé : « Je le soupçonne parfois d’aimer Nantes plus que tout… »

En 2004, alors premier secrétaire du PS, François Hollande avait confié au journaliste Alain Besson, auteur de la première biographie de Jean-Marc Ayrault, trouver un profil de social-démocrate allemand à son voisin du Palais-Bourbon. Il n’a pas changé d’avis et n’hésite pas à aller plus loin encore : « C’est toujours mon jugement, et il est à l’honneur de Jean-Marc Ayrault. La social-démocratie allemande est un mouvement politique audacieux, innovant, très lié à la société civile dans toutes ses composantes.

Elle est capable d’incarner une opposition résolue, constructive, force de protestation et surtout de proposition. Le moment venu, appelée au pouvoir, elle l’exerce toujours avec efficacité. La social démocratie allemande, c’est une bonne illustration de la gauche de gouvernement : celle qui ne renonce ni à être de gauche ni à gouverner. »

Jean-Marc Ayrault n’est pourtant pas le seul à posséder ce profil réformiste au sein de la gauche française. Alors, finalement, pourquoi lui plutôt qu’un autre ou une autre à Matignon ? Le chef de l’État s’explique ainsi : « Je l’ai choisi parce que ses succès à la tête d’une des plus grandes villes françaises, sa connaissance intime du Parlement et ses vertus d’énergie et de tempérance le qualifiaient particulièrement pour une fonction qui exige à la fois de la volonté et de la sérénité. Je l’ai choisi aussi parce que je sais qu’il mettra tout en oeuvre, malgré les difficultés, pour que soit appliqué le projet présidentiel auquel il a contribué et que les Français ont adopté.

Je l’ai choisi enfi n parce que j’étais sûr de travailler avec lui en confi ance et en amitié. »

Sur ce dernier point, François Hollande a pu être rassuré lors du discours de politique générale de Jean-Marc Ayrault au Palais-Bourbon, le 3 juillet 2012.

_________________________________________________

Extrait de "Ayrault, l'inconnu de Matignon", Archipel (3 octobre 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
07.
Francois Xavier Bellamy enchante la droite, Bruno Retailleau laboure son sillon (et l'électorat Fillon), Le Point charge Castaner, L'Express les dérives de la médecine douce ; Anti-social quand la CGT piétine le droit du travail
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
stephanoise
- 07/10/2012 - 00:13
petite pause "people"de gôôôche
n'oublions pas que Jean Marc fut un temps l'amant de la Ségolène pendant que FH faisait un enfant avec Anne Hidalgo...
a la lueur de cette info que tout le monde connait, les compliments prennent une autre allure et les mots un autre sens...
et il faut quand même être complètement tordu pour prendre comme principal collaborateur celui qui a couché avec votre copine ! mais, dans ce milieu goôôchiste bobo des quartiers chics, ça doit être la "classe" de vivre sans moralité, sans scrupules et sans remords...qu'ils ne viennent donc pas nous donner des leçons de morale, venant d'eux, c'est du niveau du fonds des caniveaux...
Salvatore Migondis
- 06/10/2012 - 17:04
Ḩéhé..
5 commentaires quand même sur ce non-sujet..! Allez.. maintenant ça fait 6.
My-Home-Is-My-Castle
- 06/10/2012 - 16:23
En tout cas
il ne lui fera pas d'ombre ! C'est difficile, vu le president falot et peu charismatique que nous avons !