En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Sauvons nos emplois en renonçant au protectionnisme !
Vive la mondialisation !

Et si le meilleur moyen de sauver nos emplois était de renoncer au protectionnisme ?

Publié le 07 octobre 2012
Malgré des avantages indéniables, le protectionnisme a aussi beaucoup d'effets pervers. Petit tour d'horizon avec Renaud Chartoire. Extraits de "En finir avec 20 idées reçues sur l'économie française" (2/2).
Renaud Chartoire est agrégé de sciences économiques et sociales et enseigne l'économie en classes préparatoires aux grandes écoles.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Renaud Chartoire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Renaud Chartoire est agrégé de sciences économiques et sociales et enseigne l'économie en classes préparatoires aux grandes écoles.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré des avantages indéniables, le protectionnisme a aussi beaucoup d'effets pervers. Petit tour d'horizon avec Renaud Chartoire. Extraits de "En finir avec 20 idées reçues sur l'économie française" (2/2).

D'une part, dans un monde en compétition, il ne faut pas se leurrer ; si nous nous protégeons de nos partenaires commerciaux, ces derniers n'hésiteront pas à faire de même de leur côté vis-à-vis des produits que nous leur exportons. Il faudrait alors s'assurer que ce que nous gagnerions en emplois en réduisant nos importations soit plus élevé que ce que nous perdrions en voyant nos exportations se réduire.

 

D'autre part, sauf dans le cas du protectionnisme éducateur, protéger des activités non compétitives, c'est utiliser des ressources à des fins moins efficaces que si elles avaient été allouées dans des secteurs porteurs de croissance à venir. C'est positif pour les entreprises et les emplois du secteur concerné, mais de telles mesures nous empêchent de nous spécialiser dans ce qui fera la richesse des pays développés demain. On retrouve ici l'argument le plus important mis en avant par les partisans du libre-échange, et que David Ricardo avait le premier présenté au début du XIXe siècle avec sa théorie des avantages comparatifs. La question originelle est : pourquoi les Nations échangent-elles des biens et des services ? Tout d'abord parce qu'elles ne sont pas capables elles-mêmes de produire certains biens. Ainsi, par exemple, la France importe du pétrole parce qu'elle ne possède pas sur son sol les ressources nécessaires à satisfaire ses besoins. Ce type d'échange ne fait a priori pas débat : grâce au commerce international, les consommateurs d'un pays peuvent avoir accès à tous les biens et services produits de par le monde. Cependant, Adam Smith, dès le XVIIIe siècle, puis Ricardo au XIXe, ont montré que les Nations avaient intérêt à stopper la production de certains biens ou services sur leur sol alors même qu'ils possédaient les compétences pour les réaliser, et de se consacrer entièrement à la production d'autres biens ou services. Selon eux, les pays sont gagnants à se spécialiser dans certains biens dans lesquels ils ont un avantage comparatif, plutôt que de produire eux-mêmes tout l'éventail des biens possibles.

 

Pour le comprendre, prenons le cas de Cristiano Ronaldo, l'un des footballeurs les mieux payés au monde. Il vit dans une grande villa à Madrid, et imaginons qu'il possède un véritable don pour le jardinage et le travail ménager, qu'il réalise bien plus rapidement que tous les personnels de service qu'il a testés. Il se dit donc qu'il serait irrationel d'embaucher quelqu'un pour faire moins bien ce qu'il ferait lui-même. Sauf que... s'il le fait lui-même, il disposera de moins de temps pour réaliser son activité principale, le football, qui lui rapporte bien plus que ce qu'il économise à ne pas prendre de jardinier ou de femme de ménage. Il serait donc bien plus rationnel pour lui de consacrer son temps de travail à l'activité dans laquelle il excelle le plus, et de laisser le reste à autres. C'est pour cela qu'un grand avocat dispose d'un greffier ou qu'un acteur dispose d'une attachée de presse ; on a toujours intérêt à se spécialiser dans ce que l'on fait le mieux. Et ce qui est vrai dans le cas d'un individu l'est tout autant dans celui des Nations ; quitte à utiliser ses ressources productives, il vaut mieux les affecter à la production du bien ou du service dans lequel on est plus productif, car se faisant on accroit la productivité globale grâce à un transfert d'activité des secteurs les moins productifs vers les secteurs les plus productifs.


Le commerce international est alors à la source d'une division internationale du travail, car chaque pays se spécialise dans un secteur différent, qui permet une allocation des ressources plus efficace. Cette réallocation optimale de la production est par conséquent source de gains de productivité, donc de croissance économique, et donc par extension d'emplois.

 

Dans ce cadre, ce qu'il faut bien comprendre, c'est qu'en soi, ce n'est pas un problème de voir par exemple une partie de notre industrie textile se délocaliser ou de voir nos entreprises disparaître sous le poids de la concurrence internationale. Ce n'est pas un problème à partir du moment où cela résulte d'une réallocation internationale des ressources productives nous permettant de nous concentrer sur ce que nous faisons le mieux. Si c'est le cas, cela rendra notre stucture productive plus performante.

__________________________________________________

Extrait de "En finir avec 20 idées reçues sur l'économie française", Ixelles éditions (26 septembre 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

03.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

04.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

05.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

06.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

07.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
zelectron
- 13/10/2012 - 16:11
L'agrégration n'est pas un blanc-seing
Le libéralisme est comme toutes les doctrines politiques d'aujourd'hui: sous entendu avec des limites inhérentes aux contingences sociales.
jerem
- 08/10/2012 - 16:48
Question au TITREUR d'Altantico
la france protectionniste ? memebre de l'union sans plus aucun droit de douane ? Membre à part entiere de l'organisation mondiale du commerce qui promeut le libre echange par la baisse des droits de douane ?
La France serait protectionniste ?????

SANS BLAGUE !!!!

Faudrait arreter de faire de titre d'ideologie liberale qui enplus de temps a autre reviennent a déformer le propos des auteurs qui déposent leur article .

Pour Abandonner le protectionnisme ENCORE faudrait il dans une economie protectionniste . quand la repuplique populaire de chine ne sera plus communiste , on viendra peut etre nous expliquer les vertues du capitalisme a la chinoise ....
jerem
- 08/10/2012 - 16:34
C'est une erreur d'extrait !!!
on va supposer que cet extrait etait une erreur ... pas assez long , illustrant mal la qualité de l'ouvrage .....

il s'agit tout de meme d'un agregé

tu parles comme Ricardo s'interesait à la question du chomage ...