En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

03.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

06.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

07.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 31 min 12 sec
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 1 heure 9 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 1 heure 44 min
décryptage > Justice
Horizons et moyens limités

Insécurité : pourquoi les ministères régaliens sont condamnés à l’esbroufe

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Santé
Avec parcimonie

Pourquoi reprendre le sport trop vite n’est pas une bonne idée quand on a eu la Covid-19

il y a 2 heures 53 min
pépites > Politique
Tension
Pierre Person délégué général adjoint de La République en marche démissionne et invite Guerini à l'imiter
il y a 3 heures 25 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 19 heures 41 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 21 heures 57 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 22 heures 24 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 23 heures 35 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 44 min 57 sec
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 1 heure 39 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Religion
Quand faut y aller, il y va très fort

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

il y a 2 heures 49 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le Sénat veut empêcher les sociétés d’autoroutes d’augmenter les tarifs pour compenser l’effondrement des recettes liées au Covid-19

il y a 3 heures 11 sec
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 17 heures 21 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 20 heures 39 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 22 heures 8 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 23 heures 22 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 23 heures 59 min
L'Allemagne a choisit le charbon comme alternative au nucléaire.
L'Allemagne a choisit le charbon comme alternative au nucléaire.
Atome

19 centrales épinglées pour défaillances : faut-il s’alarmer du rapport de la commission européenne et renouveler le parc nucléaire français ?

Publié le 03 octobre 2012
Un rapport de la commission européenne a estimé que l'ensemble des centrales nucléaires françaises présentent des défaillances de sûreté. Néanmoins, ce rapport estime également que les centrales peuvent continuer à fonctionner.
Henri Prévot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Prévot est ingénieur général des Mines. Spécialiste des questions de sécurité économique et de politique de l'énergie, il tient un site Internet consacré à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.Il est l'auteur du livre "Avec le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un rapport de la commission européenne a estimé que l'ensemble des centrales nucléaires françaises présentent des défaillances de sûreté. Néanmoins, ce rapport estime également que les centrales peuvent continuer à fonctionner.

La catastrophe de Fukushima n’a en rien modifié le risque que présentent nos centrales nucléaires, évidemment. Mais elle a considérablement modifié l’attention que nous lui portons. C’est peu de le dire. Le public en général était peut-être un peu trop insouciant. Fort heureusement, il ne semble pas que le niveau de sûreté en ait pâti. Mais cette insouciance, que l’on qualifiera de confiante ou de paresseuse, lorsqu’elle a disparu a parfois laissé la place à une nervosité inquiète et une susceptibilité à fleur de peau qui se traduisent par des réactions souvent assez surprenantes.

Récemment, on s’en souvient ce fut la création à partir d’un rien - deux ouvriers d’une centrale nucléaire se sont versés de l’eau oxygénée sur le bras – d’un événement médiatique de première ampleur, infiniment plus important que la mort de deux ouvriers sur un chantier. Hier la presse nous annonce que toutes les centrales nucléaires françaises sont épinglées par un rapport de l’Union européenne. Ce rapport, qui l’a lu ? Personne puisqu’il n’est pas encore publié. Qui pourra le lire ? Tout le monde car il sera très bientôt publié sur Internet. Sur la sûreté nucléaire, tout est publié, sauf les informations qui pourraient faciliter des actes de malveillance ou de sabotage. Les rapports d’inspection, les rapports de visite et même les incidents, aussi minimes soient-ils, que les producteurs d’électricité sont obligés de signaler à l’Autorité de sûreté nucléaire, tout cela est publié. Si les médias veulent faire un scoop, ils ne disposent que d’une étroite fenêtre de tir, entre le moment où ils obtiennent une copie du document et celui où le document sera publié. Pour attirer l’attention, le titre de l’article ne doit pas faire dans la nuance.

Donc aujourd’hui, nous  apprenons que tous les réacteurs nucléaires français connaissent des défaillances de sûreté. Lorsque le document sera publié, il sera possible de voir précisément de quoi il s’agit. Ce ne doit pas être bien grave car le rapport estime que les centrales peuvent toutes continuer à fonctionner.

Ce rapport a été rédigé par ENSREG (European Nuclear Safety Regulator Group), formé des représentants des autorités de sûreté nucléaire des 27 Etats membres de l’Union européenne et de représentants de la Commission. C’est la compilation des rapports que, dans chaque pays, les Autorités de sûreté nucléaire (ASN) ont rédigés après avoir fait des évaluations complémentaires de sûreté à la suite de l’accident de Fukushima. On retrouvera probablement dans le rapport de l’ENSREG les exigences formulées par l’ASN au début de 2012 : bunkerisation des fonctions vitales, création d’une force d’intervention d’urgence, générateurs d’électricité ultra sécurisés, disponibilité d’une deuxième source d’eau de refroidissement notamment. Les investissements se chiffreront en milliards d’euros, et pourraient même atteindre les dix milliards d'euros.

Ici, on ne peut s’empêcher de comparer cette somme à ce que nous coûterait l’arrêt prématuré des deux réacteurs de Fessenheim. C’est du même ordre. L’électricité produite par la centrale coûte très peu, même en tenant compte des travaux à réaliser pour renforcer la sécurité. Elle serait remplacée par une électricité au gaz qui émettrait du CO2 ou une électricité éolienne sur terre ou en mer qui demanderait de gros investissements. Renoncer à l’arrêt prématuré de Fessenheim permettrait de financer le renforcement de la sûreté de presque tous les réacteurs français.

L’ENSREG recommandera-t-elle à tous de prendre toutes les précautions prises par l’un ou l’autre Etat ? Mais cela ne garantit pas que la sûreté en soit améliorée car une mesure de sûreté n’est jamais isolée ; elle entre dans tout un contexte à la fois matériel et humain. Additionner ce qui se fait ici ou là risque de manquer de cohérence et même d’être contre-productif.

Une question plus fondamentale se pose. Si l’on admet qu’il est impossible, quelles que soient les précautions prises, d’exclure complètement un accident grave, jusqu’où poussera-t-on les précautions pour l’éviter ? Les réacteurs français ont été calculés pour résister à des séismes d’une certaine intensité. Après Fukushima, il a été décidé de les renforcer pour qu’ils résistent à un séisme plus fort d’un demi degré sur l’échelle de Richter. Mais pourquoi seulement un demi degré et pas un ? La conception des centrales nucléaires n’a pas pris en compte la chute d’un gros avion. Va-t-on pour autant décider d’arrêter tous les réacteurs ?

Il faut continuer d’améliorer la sûreté des réacteurs. Mais le niveau de sûreté est sans doute arrivé à un point où il est tout aussi important d’apprendre à réagir correctement à un accident grave que de chercher à en diminuer la probabilité. En tout cas, l’ENSREG, dans le plan d’action qu’il a adopté en août, considère comme hautement prioritaire l’étude des plans de secours en cas d’accident grave causant une contamination radioactive hors de la centrale.

Après un grave accident, il faudrait évacuer les populations, par prudence. Mais les Japonais nous ont montré qu’un accident, fût-il très grave, peut ne causer que très peu de morts. A l’heure d’aujourd’hui, on n’a heureusement pas un seul décès à déplorer pour cause d’irradiation dans la population. Hors de la centrale électrique, en cinquante ans le nombre total de décès sera très faible, peut-être même égal à zéro, selon l’effet sur la santé des faibles doses. L’expérience a aussi montré que la radioactivité est déposée sur le sol de façon très hétérogène. Si elle est précisément localisée et stabilisée, est-il alors vraiment nécessaire de maintenir longtemps des dizaines ou des centaines de milliers de personnes loin de chez elles ?

Nous entendrons parler de plus en plus souvent de sûreté nucléaire. Comme l’on sait qu’un accident grave ne peut être exclu complètement, apprenons à le connaître pour pouvoir le gérer, sans oublier que le principal travers serait qu’une attention exclusive sur le risque nucléaire nous fasse oublier les dégâts, diffus mais certains, que cette énergie permet d’éviter. Nos voisins allemands, que nos centrales inquiètent et qui ont décidé d’arrêter tous leurs réacteurs nucléaires, ont en projet vingt et une centrales au charbon dans le plus grand silence écologique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
SEGUSINE
- 04/10/2012 - 09:16
Dormez braves gens
Cet article est assez comique puisqu'il prend le parti de tout minimiser, de tout defuser et de tout bombarder d'avance, de tout recentrer sur les couts de la filière dont on savait dejà en 1970 qu'ils seraient astronomiques, et cetet filière bien moins rentables que les energies renouvelables.

L'entetement borné, le profit et les lobbys ont fait le reste.

Ce papier en est l'illustration parfaite.

Ah au fait, en cas d'incident grave en France, il n'y aura pas d'evacuation des populations (mensonge donc) mais un confinement et c'est l'armée qui est chargée de du maintien de l'ordre et de la sequestration des populations dans les zones dites "confinées". Les plan prevoient des confinnements jusqu'ä 90 jours ou plus. Les evacutaions n'auront lieu que dans le cas d'incidents dits mineurs ou sur les périmètres des zones ä risque (au-delà de 50km). Vous etes prèts les alsaciens?
centpoursang
- 03/10/2012 - 12:40
il
faut renouveler ce parc avec l'argent de l'europe puisque l'europe profite de l'électricité....juste ou pas ?
totor101
- 03/10/2012 - 12:15
SCOOP !
toutes les bagnoles, motos et vélos, connaissent des défaillances de sûreté. Ce n'est bien grave car le rapport estime que les véhicules peuvent tous continuer à fonctionner.