En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 29 min 33 sec
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 47 min 12 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 1 heure 15 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 1 heure 16 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 1 heure 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 13 heures 45 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 17 heures 20 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 18 heures 1 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 18 heures 53 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 36 min 24 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 1 heure 15 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 1 heure 17 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; La maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 1 heure 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 13 heures 27 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 15 heures 57 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 17 heures 49 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 18 heures 24 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 19 heures 10 min
© Reuters
Un journaliste chinois a voulu voir de ses propres yeux les secrets de fabrication de l'iPhone 5.
© Reuters
Un journaliste chinois a voulu voir de ses propres yeux les secrets de fabrication de l'iPhone 5.
Envers du décor

iPhone 5 : dans les coulisses de sa fabrication, un reporter infiltré raconte son "cauchemar" à l'usine de Foxconn

Publié le 15 septembre 2012
Sa taille, son poids, son corps en aluminium : l'iPhone 5 est superbe vu de l'extérieur. Mais que sait-on vraiment de la genèse de sa fabrication ? Conditions d'hygiène déplorables, surmenage, éthique douteuse... un journaliste chinois raconte.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sa taille, son poids, son corps en aluminium : l'iPhone 5 est superbe vu de l'extérieur. Mais que sait-on vraiment de la genèse de sa fabrication ? Conditions d'hygiène déplorables, surmenage, éthique douteuse... un journaliste chinois raconte.

L'iPhone 5 n'en finit plus d'agiter le monde médiatique. Sa taille, son poids, ses fonctionnalités, son corps en aluminium : l'appareil est scruté jusque dans ses moindre détails. Mais que sait-on vraiment de sa genèse ? Ou le nouveau jouet d'Apple a-t-il été confectionné, et dans quelles conditions ? Un téméraire reporter chinois du Shanghai Evening Post a voulu voir de ses propres yeux les secrets de fabrication.

Le New York Times avait déjà tiré la sonnette d'alarme en janvier au sujet des conditions des salariés chinois de l'usine d'Apple, dans une longue et passionnante enquête.

Le journaliste s'est infiltré au saint des saints : la célèbre mais non moins mystérieuse usine Foxconn, à Taiyuan. En se glissant dans la peau d'un salarié comme les autres, il a eu accès à la dure réalité du travail à Foxconn. Il a ainsi pu livrer un récit pratiquement minute par minute de ses 10 jours de calvaire, publié un journal de bord. L'usine de Foxconn est célèbre depuis la manifestation géante de travailleurs en colère qui protestaient en mars contre leurs conditions de travail et les mensonges de la direction qui avait promis une augmentation de salaire, sans tenir sa parole.

Après 7 jours d'entrainement intensif, le journaliste a enfin pu participer de ses propres mains à la fabrication de l'iPhone au huitième jour. 

Jour 1 : le recrutement : contrôle médical des employés, mais locaux pleins de détritus

Seules conditions pour travailler à Foxconn : être en bonne santé et pouvoir prouver sa citoyenneté chinoise. Un test médical est donc imposé aux futurs employés : comment se sentent-ils depuis les trente derniers jours ? Si le résultat est positif, ils peuvent grimper dans le bus en direction de l'usine.

Mais passer une nuit dans les quartiers résidentiels de Foxconn n'est pas une partie de plaisir, c'est même un "cauchemar" selon les termes du reporter. L'odeur ? Un mélange d'ordures et de sueur. "Quand j'ai ouvert me penderie, une foule de cafard en est sortie et les draps qui étaient distribués aux nouveaux étaient maculés de saleté et de cendres", témoigne-t-il.

Détail alarmant : toutes les fenêtres sont munies de barreaux, peut-être destinés à empêcher les suicides.

Jour 2 : un accord de confidentialité encourageant la pollution toxique

Il est demandé aux employés de signer un étrange document. Cet accord de confidentialité les oblige à garder pour eux toutes les informations techniques, les chiffres de vente, les statistiques de production et les données de ressources humaines au sujet des secrets de Foxconn. 

Mais le plus inquiétant se trouve dans la rubrique "potentiels effets nocifs qui peuvent être causés aux employés pendant la production" : les travailleurs doivent accepter tous les dangers, et même cocher la case "pollution toxique".

Jours 3 à 6 : "Contentez-vous d'obéir"

Les employés sont ensuite formés aux précautions de sécurités et aux règles de l'entreprise. Au programme : 13 procédures de récompense et.... 70 procédures de punition. Martelé comme un mantra, la consigne essentielle : "obéir". le formateur est clair : "Vous pourriez vous sentir mal à l'aise face à la façon dont vous êtes traités, mais c'est pour votre propre bien."

Jour 7 : une quasi-absence de soins médicaux, une cour de récréation pour pouvoir "crier"

Foxconn demande à ses employés de produire des iPhone tout au long de la nuit. Il leur est recommandé de dormir pendant la journée. Les conditions de travail ont provoqué une migraine permanente chez le journaliste chinois, qui a bien essayé de se rendre à l’hôpital de Foxconn... en vain : le seul docteur présent était débordé.

Visite guidée des locaux : un gymnase décrépi, une cantine bondée, un hôpital aux services limités, une bibliothèque et un bureau de poste, et enfin, une fête organisée chaque week-end "pour décompresser". Comme pour les enfants, une "cour de récréation" acceuille les salariés pour evocuer le stress... et crier. L'un d'entre eux a en effet lancé à la volée : "Nous sommes tous stressés toute la journée, et nous n'avons pas le droit de crier à l'étage de la production. Ici, vous avez le droit de crier aussi fort que vous pouvez."

Jours 8 à 10 : fabrication d'un iPhone 5, mode d'emploi

La sécurité est renforcée à l'étage de la fabrication. Les travailleurs sont prévenus : ils sont surveillés par des détecteurs de métaux, et la politique est celle de la tolérance 0 : s'ils sont pris avec ne serait-ce qu'une ceinture en métal, c'est la porte illico.

Le journaliste a été assigné à son poste : la partie arrière de la coque du smartphone. Lui et ses collègues "devraient être honorés d'avoir la chance" de produire un tel bijou, leur précise-t-on.

Chacun enfile ses gants et son masque, et au travail : le groupe du journaliste est chargé de placer des bandes et autres morceaux de plastique destinés à couvrir les ports du connecteur enfin de le protéger des projections de peinture. Enfin, à 11 heures, c'est la délivrance : l'heure du dîner. Puis, le travail à nouveau, sans cesse rappelé à l'ordre par les responsables qui reprochent aux travailleurs d’être trop lents.

 Les douleurs au niveau du cou et des muscles ne tardent pas à apparaître. Le labeur dure jusqu'à 6 heures du matin. L’enquêteur a estimé son rythme de production à 3000 iPhones en 10 heures. 48 autres employés s'occupaient comme lui des plaques arrière des iPhone, posant au total 36 000 plaques en une demi-journée de travail.

A 7 heures, les employés sont autorisés à partir... mais encouragés à rester faire 2 heures d'heures supplémentaires. Pour 4 dollars.

Julie Mangematin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (36)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
evy
- 22/09/2012 - 07:17
Le Gone
arrêtez de polluer ce journal. Il appartient à tous les lecteurs. Allez sur l'Huma ou autre Monde. Peut-être devriez vous voyager à travers le monde, ça vous nettoiera le cerveau.
eheime
- 21/09/2012 - 22:57
En parallele à peu près au meme moment
les USA, qui n'était encore qu'une colonie au 18ème, encore mal unifiée au 19ème et peuplé d'immigrants désargentés .. mais libres, va faire connaitre à ses salariés des conditions de vie que les apparratchiks chinois ou russes n'avaient pas forcément au 20 ème, au point de dépasser la vielle Europe, perdue dans ses velleités de suppremacie et ses questionnements socialisants.
eheime
- 21/09/2012 - 22:45
Aux gauchistes. Bon, maintenant, arrêtons la mauvaise foi
Les chinois qui travaillent là ne sont visiblement pas contraints de venir travailler, au contraire. Ils sont payés une misère et travaillent dans des conditions horribles. Demandez vous qu'est-ce qui les y poussent ! Quel est donc ce merveilleux mode de fonctionnement économique qui pousse des gens à se rendre volontairement sur un lieu de travail si pénible ?? La Chine a été une des plus grande puissance militaire. Elle a inventé la poudre , l'imprimerie (non Guttinberg n'est pas l'inventeur). Elle a possédé la plus grande puissance navale au monde au 15e siècle. Elle était convoitée par toute l'Europe au 19ème siècle. Elle était encore une puissance de premier plan au début du 20ème siècle. Et tout d'un coup, un bonhomme arrive en blouse bleue et explique comment les choses vont se passer. Et peu après les ouvriers chinois sont payés le centième d'un salarié occidental. Pourquoi ?