En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

07.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 8 heures 58 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 10 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 12 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 13 heures 35 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 14 heures 34 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 14 heures 48 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 15 heures 56 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 16 heures 26 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 40 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 11 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 11 heures 58 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 12 heures 16 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 13 heures 38 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 14 heures 42 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 15 heures 39 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 16 heures 17 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 18 heures 43 min
Eau tiède

Résistant gaga et roi bègue

Publié le 02 mars 2011
"Le Discours d'un roi" est l'un des grands vainqueurs de la cérémonie des Oscars de cette nuit de dimanche à lundi 28 février. Quatre statuettes, dont celui du meilleur film. Un succès populaire qui n'est pas sans en rappeler le triomphe de Stéphane Hessel en France avec son essai "Indignez-vous". La victoire du conformisme ?
Gaspard Koenig a fondé en 2013 le think-tank libéral GenerationLibre. Il enseigne la philosophie à Sciences Po Paris. Il a travaillé précédemment au cabinet de Christine Lagarde à Bercy, et à la BERD à Londres. Il est l’auteur de romans et d’essais, et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaspard Koenig
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaspard Koenig a fondé en 2013 le think-tank libéral GenerationLibre. Il enseigne la philosophie à Sciences Po Paris. Il a travaillé précédemment au cabinet de Christine Lagarde à Bercy, et à la BERD à Londres. Il est l’auteur de romans et d’essais, et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Le Discours d'un roi" est l'un des grands vainqueurs de la cérémonie des Oscars de cette nuit de dimanche à lundi 28 février. Quatre statuettes, dont celui du meilleur film. Un succès populaire qui n'est pas sans en rappeler le triomphe de Stéphane Hessel en France avec son essai "Indignez-vous". La victoire du conformisme ?

En ce début d’année 2011, la France et l’Angleterre se sont chacune offert leur succès populaire. Indignez-vous, de Stéphane Hessel, reste en tête des ventes et dépasse le million d’exemplaires vendus, tandis que, de l’autre côté de la Manche, le film The King’s Speech ("Le Discours d'un roi", en VF), retraçant le combat de George VI contre son bégaiement, bat les records du box office. Les lecteurs français se sentent héroïques à moindre coût (trois euros). Les spectateurs anglais, aux côtés desquels j’ai eu le privilège de regarder The King’s Speech, se mouchent à chaque fois qu’un acteur prononce les mots « Your Majesty ». Résultat, tout le monde est enthousiaste. La presse est unanime. Difficile en effet de critiquer ces deux chef-d’œuvres : en France, on ne touche pas à un héros de la Résistance, qui plus est ambassadeur. En Angleterre, on ne plaisante pas avec le père de l’actuelle souveraine, Elizabeth II.

Et pourtant, ces deux succès sont deux navets, qui en disent long sur la déroute morale des peuples européens, partagés entre mièvrerie sentimentale et nostalgie narcissique.

Stéphane Hessel et "Le Discours d’un roi" : quand le conformisme triomphe

Indignez-vous est écrit selon les codes les plus éculés de la rhétorique intellectuelle française : appel à la « résistance » ; invectives contre l’égoïsme des « possédants » ; leçons d’ « engagement » et de « responsabilité » ; références convenues à Merleau-Ponty, Apollinaire et Sartre, avec au passage une once de name-dropping sur « mon aîné condisciple de l’Ecole Normale Supérieure » (on se demande vraiment qui, parmi les auteurs de l’après-guerre, n’a pas eu Jean-Paul comme camarade de classe) ; revendication de l’universalisme cher aux penseurs français (versons une larme pour René Cassin). The King’s Speech, quant à lui, cède à tous les clichés de la britishness : une scène d’ouverture rappelant lourdement que l’Empire s’étendait jadis sur un quart des surfaces émergées du globe ; une amitié née par-delà les barrières de classe ; un vieux roi barbu qui divague sur son lit de mort ; un Churchill de pacotille bavant sur son cigare. Sartre et Merleau-Ponty sont remplacés par Shakespeare, dont l’orthophoniste récite avec componction les passages les plus scolaires (« to be or not to be » de Hamlet, « Now is the winter of our discontent » de Richard III). C’est le niveau zéro de l’imagination. La France se fantasme dans le Verbe et l’Angleterre dans la Couronne.

Des fantômes du passé

Ces platitudes stylistiques seraient sans conséquence si elles ne soutenaient pas une idéologie désuète. Stéphane Hessel propose sans rire de revenir au programme politique et social du Conseil National de la Résistance, avec son cortège de nationalisations et sa foi inébranlable dans le rôle de l’Etat (évidemment opposé à la « pensée productiviste »). Sa condamnation de la « dictature des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie » balaie sans plus d’explication la fabuleuse croissance de la richesse mondiale au cours du dernier demi-siècle. Ses tergiversations conceptuelles sur le terrorisme, « regrettable conclusion de situations inacceptables », font frémir et rappellent les pires moments de son héros Sartre, lorsqu’il encourageait au meurtre dans sa préface de Frantz Fanon. Sous ses dehors de grand-papa national, Stéphane Hessel est un extrémiste, figé dans les cadres théoriques de l’après-guerre. Il devrait s’inscrire au NPA : le jeune facteur et le vieux résistant, voilà qui serait chic.

George VI n’est guère plus moderne, même s’il a, lui, l’excuse de vivre dans les années 30. Les principes qu’il promeut sont ceux de la société victorienne : hiérarchie (Roi – Eglise – Gouvernement) ; famille (on le voit faire le pingouin devant ses filles, qui ne manqueront pas ensuite de s’agenouiller devant leur Souverain) ; nation (George VI semble presque éclipser Churchill dans la résistance au nazisme). A l’inverse, avec un subtil sens de la dichotomie, le film présente sans complaisance les vices du frère aîné, le fameux Edouard VIII qui abdiqua par amour. Femmes, champagne, jazz, quelle décadence ! Restons sérieux. Seuls les étrangers s’autoriseront à rire, dans ce film pourtant dénué de toute ironie, de ce roi dont l’unique épreuve consiste à lire sans bégayer un discours qu’il n’a pas écrit, et dont il n’a pas le pouvoir de modifier une virgule.

On comprend que nos contemporains du Vieux Continent, à qui l’on annonce tous les jours la ruine prochaine de leurs nations, aient besoin de nouvelles valeurs. Où les trouver ? Vaste question. Mais sûrement pas chez les fantômes du passé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

04.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

05.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

06.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

07.

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes