En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 5 heures 3 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 7 heures 28 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 8 heures 41 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 10 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 11 heures 18 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 12 heures 17 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 13 heures 1 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 13 heures 32 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 13 heures 56 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 14 heures 31 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 7 heures 5 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 7 heures 52 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 9 heures 53 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 10 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 11 heures 33 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 12 heures 56 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 13 heures 17 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 13 heures 50 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 14 heures 32 min
Attrape-moi si tu peux

La géolocalisation ou la fin de la vie privée ?

Publié le 02 juillet 2012
Alors que Facebook retire l’outil « Find your friends », la géolocalisation arrive dans les entreprises. Eldorado pour le business, ou bombe à retardement dans nos vies privées ?
Arnaud Pelletier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Pelletier est un entrepreneur expert en renseignement stratégique. Il est titulaire d'un Mastère spécialisé en Intelligence Economique et Stratégique à l'Ecole Internationale des Sciences du Traitement de l'Information.Il dirige aujourd'hui l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que Facebook retire l’outil « Find your friends », la géolocalisation arrive dans les entreprises. Eldorado pour le business, ou bombe à retardement dans nos vies privées ?

Atlantico : Comment les entreprises peuvent-elles profiter des outils de géolocalisation ?

Arnaud Pelletier : Deux usages se distinguent dans les entreprises. D’une part, la sécurité : pour suivre des véhicules qui transportent des marchandises coûteuses, par exemple. D’autre part, la géolocalisation peut avoir usage commercial pur. Il y a eu le web 2.0 avec les réseaux sociaux, désormais, place au web 3.0 : être joignable tout le temps et partager sa localisation. Un exemple simple : vous passez devant un magasin de chaussures. Sur les réseaux sociaux, vous êtes identifié comme un grand sportif. Résultat ? Vous recevez une offre promotionnelle sur votre smartphone. Le web 3.0, c’est tout simplement l’interaction entre la localisation, les réseaux sociaux et l’entreprise.

L’utilisation de la géolocalisation par les entreprises ne risque-t-elle pas de donner lieu à des dérives ?

Bien que les usages professionnels de la géolocalisation soient très encadrés, à la fois par la loi et par la CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés), les risques sont immenses. Qui sont les gens qui reçoivent les informations de géolocalisation ? Des entreprises, des concurrents ? Comment garantir que les récepteurs soient bienveillants ?

Quel est l’intérêt de la géolocalisation pour les particuliers ?

Il y a les usages dits « légitimes » : suivre une personne âgée, un malade, des enfants, ou même partager sa vie avec ses amis. Il existe un grand nombre d’applications, la plus connue étant « Mes Amis » sur l’Iphone, qui permettent de partager sa localisation avec un certain nombre de personnes. Mais il y a également des usages « illégitimes » d’espionnage, qui se développent grâce à la baisse générale des coûts et la possibilité d’acheter facilement le matériel sur internet.

Quels sont les risques pour les particuliers ?

Les conséquences sur la vie privée peuvent être graves. En tant que directeur d’une société d’investigation, je suis bien placé pour constater quelles sont les dérives possibles du matériel de géolocalisation. Aujourd’hui, tout le monde peut s’équiper, car les prix ont baissé, par rapport à l’époque où seuls les services d’intelligence des Etats étaient capables de financer ce genre d’appareil. Désormais, toute personne qui souhaiterait espionner son conjoint, son salarié, peut acheter le matériel sur internet. Voire encore plus facilement, grâce à des logiciels qu’on peut acheter en ligne pour quelques centaines d’euros et installer sur le smartphone de la personne qu’on veut localiser.

Pourquoi la vente du matériel de géolocalisation à usage privé n’est-elle pas interdite ?

Parce qu’il existe des usages légitimes. Mais la géolocalisation est souvent détournée à des fins illégales. Les sites internet des sociétés qui vendent ce matériel sont souvent hébergés à l’étranger. Et quand bien même elles seraient établies en France, ces sociétés jouent sur une ambigüité : la vente du matériel est légale, mais certaines utilisations sont prohibées. Surveiller une personne à son insu, c’est au minimum un an de prison et 45 000 euros d’amende.

Ceux qui partagent leur localisation sur les réseaux sociaux ne le font-ils pas de leur plein de gré ?

C’est très subtil. L’aspect marketing est plus subi qu’accepté. Aujourd’hui, la géolocalisation est subordonnée à l’accord préalable de l’individu. Mais toutes les sociétés qui proposent des services gratuits aux internautes – Facebook, Twitter, … - recherchent un moyen de se financer. La publicité ciblée, permise par la géolocalisation, en est un. La revente d’informations sur les utilisateurs en est un autre. La CNIL règlemente l’usage professionnel de la géolocalisation, mais la législation est bien plus floue pour ce qui est de l’usage des particuliers. On va sur Facebook pour communiquer avec ses amis, et on accepte de recevoir de la publicité parce que c’est le prix à payer. Aussi n'est-il pas impossible qu’un jour, dans les conditions générales d’utilisation de Facebook, apparaisse une clause de géolocalisation.

N’en est-on qu’aux balbutiements ? Quelles sont les perspectives d’avenir ?

Nous sommes actuellement au tout début de la géolocalisation. Mais l’industrie marketing se saisit de l’outils pour en faire un usage lucratif. Pour reprendre un cliché, la situation française tend à rejoindre les Etats-Unis, où le web interactif est plus développé. Fatalement, des applications qui existent déjà là-bas ne sont pas aussi populaires en Europe, particulièrement en France, qui est peut-être le pays le plus attaché aux libertés individuelles. Nous nous trouverons donc bientôt devant un choix de société.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
victor07
- 02/07/2012 - 20:46
Géolocalisez les tous
Dieu reconnaîtra les siens !
lorrain
- 02/07/2012 - 19:14
big brother is watching you
et en plus, ce qui est formidable c'est qu' on fait croire au gens que la laisse électronique est un progrès pour eux.
j' ai même mon employeur qui m' a reproché de ne pas être joignable sur mon portable à 8h du soir ou le weekend, mais bon, je suis de la vieille école, je sais encore ou est le bouton off de mon portable et en plus , quand je suis à la maison, je préfère me consacrer à ma famille que de penser au boulot.
mais maintenant, les gens en arrivent à être étonnés que l'on puisse couper comme ça entre les 2 mondes, le pro et le perso.
c' est tellement vrai que j' en ai déjà entendu répondre au tph depuis les toilettes... ça doit être pas mal version bruitages.
c' est pourtant tellement bon de débrancher et de juste profiter du moment présent avec les gens présents et sans se soucier du reste, essayez, c' est pas mal.
le tout c' est de ne pas se laisser bouffer par tout ça, et de ne l' utiliser que quand c'est utile.
ensuite, le tph qui peut devenir espion, si on ne veut pas être espionné, il suffit de le laisser à la maison.