En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Quels sont les secteurs où l'Etat peut faire des économies ?
Sus au gaspillage !
Cost-killing : Ces administrations où les dépenses pourraient être réduites sans atteindre à la qualité des services publics
Publié le 17 décembre 2012
La Cour des comptes vient de remettre un rapport sur l'état des finances françaises et cite quatre secteurs sur lesquels des efforts sont à fournir. D'autres viviers d’économies potentielles existent, comme l'immobilier de l'Etat ou les dépenses sociales.
Agnès Verdier-Molinié est directrice de la Fondation IFRAP(Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques).Son dernier ouvrage est : 60 milliards d'économies !, paru aux éditions Albin Michel en mars 2013 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agnès Verdier-Molinié et l'équipe de l'iFRAP
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agnès Verdier-Molinié est directrice de la Fondation IFRAP(Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques).Son dernier ouvrage est : 60 milliards d'économies !, paru aux éditions Albin Michel en mars 2013 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Cour des comptes vient de remettre un rapport sur l'état des finances françaises et cite quatre secteurs sur lesquels des efforts sont à fournir. D'autres viviers d’économies potentielles existent, comme l'immobilier de l'Etat ou les dépenses sociales.

Atlantico : La Cour des comptes vient de remettre un rapport sur l'état des finances françaises. Il cite quatre secteurs sur lesquels des efforts sont à fournir : les dépenses de personnel, les niches fiscales, les dépenses d'intervention et le financement des opérateurs de l'Etat. La Fondation iFRAP a aussi publié un rapport préconisant de nombreuses mesures d'économie. Sur quels secteurs l'effort doit-il être porté en priorité ?

Agnès Verdier-Molinié : La Cour des comptes estime qu’il manque 50 milliards d’économies. En adéquation avec leur analyse, notre rapport propose de baisser d’une vingtaine de milliards d’euros par an les dépenses publiques. Sur trois volets - Etat, collectivités locales et protection sociale - nous arrivons sur cinq ans à 129 milliards d’euros d’économies : 68 pour l’Etat, 25 pour les collectivités locales et 34 pour la sécurité sociale. C’est un objectif certes élevé, mais qui nous paraît totalement réaliste.

La Cour des comptes nous a rejoints sur la question des dépenses de personnel, qui est un vrai gisement d’économies. Il est paradoxal qu’au moment où il faut baisser les dépenses, on réfléchisse à une augmentation du Smic, qui, si elle était de 5% par exemple, coûterait, dès la première année, 1,5 milliard d’eurosde plus aux finances publiques sur l’ensemble de trois fonctions publiques.

Le premier vivier d’économies potentielles est la masse salariale de l’Etat et de ses opérateurs. Nous le chiffrons à 15 milliards d’euros sur 5 ans. Il y a aussi la masse salariale des collectivités locales, qui doivent aussi se préoccuper de la dérive du coût de leurs personnels. A leur niveau, nous pourrions économiser 13 milliards sur 5 ans.

Nos propositions ne consistent pas à baisser les salaires : nous proposons seulement de les geler et d’étendre la politique du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux aux collectivités locales et aux opérateurs, et mettre fin à la politique des heures supplémentaires, qui coûte très cher dans le public. La fin des heures supplémentaires permettrait ainsi d’économiser 1 milliard d’euros par an.


L'immobilier de l’État est-il aussi source d'économies potentielles ?

Des efforts ont d’ores et déjà été faits. Mais on peut en revanche dire que les plans de cession n’ont jamais été honorés tels qu’ils avaient été annoncés. A chaque fois, ces plans censés rapporter autour du milliard d’euros ont rapporté au maximum autour de 600à 700 millions.

On a chiffré l’effort encore possible au niveau de l’Etat à 6 milliards d’euros.

Sur l’immobilier territorial, on pourrait aussi économiser mais nous n’avons aucun renseignement sur les possessions immobilières des collectivités territoriales. On se heurte là au problème du renseignement de la donnée publique : il faut qu’on recense les possessions immobilières.

Au niveau de l’immobilier, rien qu’en imposant une logique immobilière de 12m² par agent, ce qui est la logique préconisée par l’Etat, on pourrait gagner énormément d’argent.

Cette politique immobilière, de réduction de la surface ou de cession de bâtiments, ne peut pourtant qu'avoir un impact ponctuel sur l'état des finances publiques. A long terme, permettrait-elle de retrouver l'équilibre ?

A la Fondation iFRAP, nous considérons qu’à chaque instant, quelle que soit la situation budgétaire, il faut contrôler et évaluer l’efficience de la dépense et donc remettre en question en permanence les dépenses.
 

 

 

 

Cela fait des années que nous travaillons sur la question de l’évaluation de la dépense publique, et même avec notre rapport aux 129 milliards d’économies, nous considérons que nous sommes en dessous des économies que nous pourrions réaliser. Avec 56,6 % du PIB en dépenses publiques, la marge d’économies est importante.


Et ce sans pour autant changer de modèle pour la France et sans baisser la qualité des services publics, voire même en les améliorant.

Au delà de la réduction des déficits publics par la baisse de la dépense mais aussi par le fait de créer les condition de la croissance par le secteur marchand qui s’imposent à nous comme des évidences, nous devons aussi penser au moyen et long terme et à la modernisation de nos services publics. La logique de la e-administration va s’imposer de plus en plus, les citoyens font déjà de plus en plus de démarches en ligne. Cela va modifier en profondeur notre modèle administratif. On ne mesure pas aujourd’hui les économies qui seront réalisée demain grâce aux changements technologiques.

Il y a la question de la logique de la dette, mais aussi la question à plus long terme : revoir les périmètres d’intervention de l’Etat et revoir sa façon de fonctionner. Ce n’est que le début du processus, et il notre rapport ouvre des pistes sur la croissance comme sur la baisse des dépenses mais ne doit pas être considéré comme définitif. Dans les années qui viennent, il nous devrons changer en profondeur la façon de concevoir les services publics.

Y a-t-il d'autres sources d'économies réalisables au niveau des collectivités locales ?

Les collectivités locales sont absolument coresponsables de la dette : 20% du déficit résulte de leurs dépenses. C’est pour cela que nous proposons de mettre en place un objectif national des dépenses locales, c’est-à-dire plafonner l’ensemble de leurs dépenses pour qu’elles participent à l’effort. Le gouvernement sera contraint de négocier avec les collectivités locales pour qu’elles se mettent à prendre en considération les contraintes budgétaires.

La question des subventions aux associations entre en compte. En France, elles vivent exclusivement de subventions, qui ne sont pas contrôlées. Il serait plus sain qu’elles vivent avec plus de dons. Quand ce sont des financeurs publics qui versent des subventions, aucune évaluation n’est faite. Il y a pourtant 30 milliards d’euros d’argent public qui vont financer nos associations chaque année.
 

Le dernier volet de votre rapport concerne la protection sociale. Il serait possible d'y économiser 34 milliards d'euros. De quelle façon ? 

En matière de dépenses sociales, il y a beaucoup à faire sachant que nous avons plus de 600 milliards de dépenses sociales par an. Pour l’instant, nous proposons de fusionner tous les régimes de retraites, notamment en supprimant les régimes spéciaux. Cela nous permettrait d'économiser 6 milliards sur cinq ans. Aujourd’hui, force est de constater que les annonces faites sur les retraites ne vont pas dans ce sens mais le rendez-vous de 2013 pourrait apporter des surprises.

Sur les dépenses d’assurance maladie, et la Cour des comptes le dit aussi, arrêter la convergence des tarifs entre les hôpitaux publics et les cliniques privées ne semble pas tenable. Il y a un surcoût de 7 milliards d’euros par an dûs aux écarts de tarifs entre les actes hospitaliers publics et privés. Dans le secteur hospitalier, les dépenses n’ont pas été réduites : il y a beaucoup d’économies à faire sur les transports sanitaires (réduction de 500 millions d’euros par an en 2016), en rabotant le niveau de remboursement des affections longue durée (en le passant de 100 à 94%), et en limitant les actes inutiles.

On peut aussi réduire les dépenses de l’assurance chômage, comme cela a été fait en Allemagne. Par exemple, les indemnités pourraient être conditionnées à l’âge en raccourcissant la durée d’indemnisation pour les moins de 50 ans.
 

 

 


L'Allemagne, justement, est souvent montrée en exemple sur la réduction des déficits publics. Quelles a été sa méthode ?

Les Allemands ont réussi à faire baisser leurs dépenses sociales grâce aux réformes menées par le gouvernement social-démocrate de Gerhard Schröder. Dans les économies développées comme la nôtre, on peut toujours diminuer les dépenses de l’Etat, mais ce qui coûte le plus cher, ce sont les dépenses sociales, parce qu’on a des populations vieillissantes et des niveaux de protection de plus en plus élevés.

Les Allemands ont fait ce travail notamment en baissant la durée d’indemnisation du chômage et en mettant en place un vrai lien entre ces indemnités ou les minima sociaux et le devoir d’accepter un emploi si on vous on propose un. En Allemagne si vous recevez des minima sociaux ou le chômage et que vous refusez un emploi, on vous baisse ces indemnités. Dans une société vraiment solidaire, il y a autant de devoirs que de droits. En théorie, après le refus de deux offres raisonnables d’emploi par un de ses bénéficiaires, selon ce qui est prévu dans les textes, le RSA devrait être supprimé. C’est rarement le cas.

Propos recueillis par Morgan Bourven

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
06.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (43)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 04/06/2012 - 07:30
IFRAP encore plus fort !
L'ifrap fait actuellement une campagne par mailing pour obtenir des dons. Le prospectus est a hurler de rire. Faire un don a l'iFRAP c'est au titre de l'impot sur le revenu , 66% de reduction d'impot envisageable. MAis MIEUX, au titre de l'ISF dans la "limite" de 45000 euros, c'est 75% de reduction d'impot.
C'est pas beau cela !!!! 45.000 euros dans l'ifrap, ca c'est du placement dans de l'investissement productif. Au lieu de payer des impot pour la cour des comptes qui fait des rapports indépendants, payer l'ifrap qui denonce les subventions...et fait cette déclaration fracassante dans son mailing :" Nos idées ne sont ni de droite , ni de gauche..."
Le morceau de bravoure reste :" à qualité egale, un service public peut etre rendu, pour tous, à un moindre cout PAR LE PRIVE, pourquoi la France devrait elle s'en priver?" C'est pas beau . Et d'ailleurs le benefice d'une entreprise privée , ont leur equivalent dans le public, c'est quoi dèjà. Et depuis quelques années la GESTION DE L'EAU retourne dans des gestions publiques TELLEMENT le secteur privé a su reduire les couts ... c'est bien connu par ceux qui paient leur facture d'eau.
Verdier Molinié ou la moquerie haut de gamme.
victor07
- 02/06/2012 - 07:25
Paperasse
Si on commençait à alléger cette paperasse. Avec en plus des noms de ministères qui changent tout le temps ce qui implique le changement des imprimés. Un non sens écologique ! Ne pourrait-on décider une fois pour toute des noms des ministères ?
Et les dépenses somptuaires des régions au lieu de favoriser l'investissement et le soutien aux entreprises ? Combien ça coûte tout çà ?
Endeavour
- 01/06/2012 - 22:27
D'accord à 95%
Des idées que je partage pour la plupart, sauf la réduction des remboursements à 100% pour les longues maladies. La solidarité doit jouer à plein pour ceux qui sont marqués par le destin, sans qu'ils aient, en général, une responsabilité dans l'adversité du sort. Je suis persuadé que la plupart des administrations peuvent serrer les boulons sans pénaliser l'usager, au contraire (rationalisation, amélioration de la productivité...), ni même les agents (on s'habitue assez vite à de nouvelles pratiques, à un changement de braquet ; quand il y a urgence nationale il faut accepter de donner un petit coup de rein, surtout quand on fait partie de la Fonction Publique, qui offre, par ailleurs, des avantages reconnus par rapport au privé, ne serait-ce que la sécurité de l'emploi).