En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Voyage au bout de l'ennui
Journal de Cannes : Sur la route, le pire film du siècle ?
Publié le 24 mai 2012
Adapter "Sur la route", roman sans intrigue érigé au rang d’œuvre culte, relevait de la gageure. Walter Salles a voulu relever le défi, mais s'est pris les pieds dans le tapis. Des personnages dénaturés aux scènes inventées, il n'y a rien à sauver. Ou presque.
Clément Bosqué réfléchit aujourd'hui sur les problématiques de l'action publique, dans le domaine des relations internationales et de la santé. Diplômé de littérature et agrégé d'anglais, il écrit sur le blog letrebuchet.c.la sur l'art, la société et l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Clément Bosqué et Victoria Rivemale
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Clément Bosqué réfléchit aujourd'hui sur les problématiques de l'action publique, dans le domaine des relations internationales et de la santé. Diplômé de littérature et agrégé d'anglais, il écrit sur le blog letrebuchet.c.la sur l'art, la société et l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adapter "Sur la route", roman sans intrigue érigé au rang d’œuvre culte, relevait de la gageure. Walter Salles a voulu relever le défi, mais s'est pris les pieds dans le tapis. Des personnages dénaturés aux scènes inventées, il n'y a rien à sauver. Ou presque.

Après cinq minutes, on se dit que quelque chose va se passer. Après dix minutes, on y croit encore : ça doit être un démarrage en basse intensité. Après vingt minutes, on a compris qu’il ne faudra attendre ni davantage, ni plus longtemps. Lorsqu’au milieu du film Walter Salles fait dire à Sal Paradise qu’il « s’ennuie ferme », on voit ce qu’il veut dire.

Notre voisine de droite se lève et part au bout d’une heure. La voisine de droite de notre voisine de droite ronfle. C’est un carnage.

Tout est là, pourtant : la route, les cactus, les mexicains, le whisky, le jazz, la marijuana. Salles a bien lu l’énoncé de son devoir sur table : « Vous raconterez l’épopée de Sal, Dean et Marylou à travers les Etats-Unis, sans oublier d’évoquer la route, les cactus, les mexicains… »

Alors, qu’est-ce qui manque ?

C’est dommage, Kerouac avait un si beau visage, si intéressant. Ici, l’acteur qui interprète le rôle du narrateur, Sal Paradise, est une petite tête à claque au nez pointu, qui sourit tout au long d’un air gêné de n’avoir que trois poils sur le menton. Il prend la pose de l’écrivain à la Hemingway comme le font trop souvent les jeunes anglophones lettrés.

Dean Moriarty, l’ange sombre du roman ? C’est un blond propret à la carrure de joueur de football américain, qui prend maladroitement une grosse voix pour compenser son regard vide. Dans le roman, le personnage est théâtral, emphatique et étrange. Ici, il est ridicule.

Rappelons que le livre n’est pas une histoire de fête, de jouissance, de virée sympa entre copains et de petites transgressions pour choquer le bourgeois. Mais d’errance visionnaire, un « carnaval fantastique de lumière et de folie » où les choses arrivent aux personnages plus qu’ils ne les cherchent.

L’œuvre de Kerouac, au départ, n’a pas vraiment d’intrigue. Disons qu’il y a une sorte de canevas, mais que l’esprit de l’errance sur la route était incompatible avec la rectitude narrative. Salles, au contraire, veut raccommoder ce canevas trop lâche et introduire de la cohérence là où il n’y avait que coïncidence. Du coup, on a l’impression que le réalisateur ne retient de Sur la route que le squelette des évènements, au détriment de toute atmosphère.

Les figures féminines de Camille et Marylou ? Kirsten Dunst en choux à la crème fatigué, et Kristen Stewart qui a l’air d’en avoir mangé. Dans le roman, les personnages s’amusent à jouer les acteurs. Ici, ce sont les acteurs qui jouent – mal – les personnages. Même Viggo Mortensen est mauvais. Bon Dieu, Walter Salles n’aura épargné personne.

Fallait-il absolument adapter Sur la route au cinéma ?

De toute évidence, l'énergie libertaire brûlante dont Sur la route est l’emblème est devenue, en plus d’un demi-siècle, une idéologie molle et une esthétique de publicité pour jeans ou sodas (dont les slogans sont « vivez votre aventure », « soyez-vous-même », « l’expérience machin-chose »…).

Ça n’est pas simplement que le film soit moins bon que le livre. Mais le récit de Jack Kerouac ne méritait-il pas mieux que cet alignement de clichés pastels ? Salles a pris Sur la route au pied de la lettre en en faisant une ligne droite et plate ; chez Kerouac, elle est au contraire un enchevêtrement aléatoire d’évènements.

Pour se faire pardonner, sans doute pour aller « plus loin » que le roman, Salles se sent obligé d’inventer des scènes. Ainsi, celle où Marylou masturbe Sal et Dean en même temps dans la voiture : dans le livre, la scène est une métaphore : « ôtez le fardeau de tous vos vêtements », propose Dean, et les trois amis de rouler le ventre au soleil. Salles a tenu à en faire une scène coquine : il a réussi un beau cliché vulgaire. Il a d’autre part injecté dans ses personnages toute une palette de sentiments psychologiques à la Dawson, pourtant complètement absents du livre.

Qu’y a-t-il à sauver d’un si complet gâchis ?

Il doit bien y avoir quelque chose, vous dites-vous peut-être. Ce serait trop dur de repartir sans rien. Alors, voilà : une chanson, une seule, pas grand-chose, que le film utilise, à un moment, par-dessus des images sans intérêt. Si nos oreilles ne nous ont pas trompés, il s’agit du bluesman Bukka White (1906-1977).

Enfin, pour mieux oublier cette incarnation pitoyable de Kerouac, et grâce aux routes d’internet, qui recèlent des miracles, écoutez donc l’homme, le vrai, s’exprimer dans son parler québécois.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
02.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
03.
Pourquoi l’influence de Melania Trump sur son mari dépasse de loin ce qu’on en voit
04.
Et la galaxie Benalla s'enrichit d'une nouvelle recrue : Mimi, la reine des paparazzis, qui "fabriqua" Macron...
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
07.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
03.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
04.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Nominations européennes: le jeu dangereux d’Emmanuel Macron face à l’Allemagne
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Racletteauski
- 24/05/2012 - 19:22
Sur la route.
Il n'y avait qu'à monter une webcam sur un camion et basta! On avait le film pour pas cher.