En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
Jolis collants
Au cinéma, les super-héros ont piqué la place des westerns
Publié le 27 mai 2012
Encore un carton. The Avengers a explosé le box-office aussi bien aux Etats-Unis qu'en France. De Batman à Spiderman, les super-héros enchaînent les succès au cinéma. Comment expliquer cet engouement du public pour d'étranges personnages en collants moulants ?
Titulaire d’une maitrise d’analyse économique, Thierry Rogel est professeur agrégé de sciences économiques et sociales au lycée Descartes de Tours (France) et intervenant dans l’enseignement supérieur (IUT de journalisme, Préparation aux concours...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Rogel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Titulaire d’une maitrise d’analyse économique, Thierry Rogel est professeur agrégé de sciences économiques et sociales au lycée Descartes de Tours (France) et intervenant dans l’enseignement supérieur (IUT de journalisme, Préparation aux concours...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Encore un carton. The Avengers a explosé le box-office aussi bien aux Etats-Unis qu'en France. De Batman à Spiderman, les super-héros enchaînent les succès au cinéma. Comment expliquer cet engouement du public pour d'étranges personnages en collants moulants ?

Atlantico : Comment peut-on expliquer le succès remporté par le film The Avengers aux Etats-Unis ? Pourquoi les Américains éprouvent-ils un tel engouement pour ces super-héros ?

Thierry Rogel : Aux Etats-Unis, les films de super-héros profitent de la place laissée vacante par les westerns, que l’on ne voit quasiment plus. Sur ce créneau, ils sont d’ailleurs en concurrence avec les space opera dans la lignée des héritiers de Star Wars.

Les western, comme le peplum, racontent le mythe d’origine. Les western content la légende de l’origine du peuple américain. Ce sont des histoires qui expliquent comment le monde a été fait. Là, on découvrait comment le monde américain s’est créé, dans la lutte contre les Indiens.

Dans les Avengers, on retrouve une réflexion semblable. Il s’agit d’une représentation des codes moraux et symboliques de l’Amérique.

Comment ces personnages, un surhomme congelé venu de la Seconde guerre mondiale, un héros viking et un gros mutant vert, peuvent-ils représenter une mythologie américaine ?

Il faut revenir aux origines de ces super-héros, qui étaient à l’origine des personnages de bande-dessinée. Leur histoire se divise en plusieurs âges. Entre 1938 et 1950, on parle de l’âge d’or. C’est à cette époque que l’on voit apparaître Superman et Batman, puis, quelques années plus tard, Captain America. Ces héros sont invincibles, aussi bien sur le plan physique que moral. Leur rôle est de combattre, au-delà du mal, l’ennemi de l’Amérique d’alors : les nazis. Captain America, dans le comics, a d’ailleurs été créé uniquement dans ce but.

A cette époque, on accepte tout à fait l’idée du surhomme. Il y a une forme d’eugénisme dans cette conception. Dans les bandes-dessinées, les nazis, les bolchéviques et les Américains créent leurs surhommes respectifs. Tout cela disparait à la fin des années 1950. Ces personnages disparaissent progressivement. Dans les magasins, le public se détourne d’eux. Dans les récits, ce sont des campagnes de dénigrement.

En 1961, Stan Lee décide de relancer une série de super-héros plus proches des hommes. On voit apparaître en un rien de temps tout un tas de personnages : les quatre Fantastiques, Thor, Hulk, Daredevil ou encore Spiderman. Ce sont tous ces héros que l’on retrouve dans les films d’aujourd’hui. Ils sont tous caractérisés par un handicap spécifique : Ironman est cardiaque et Daredevil est aveugle. Ils sont également caractérisés par des doubles identités. Chez les personnages des années 1960, la protection de ces identités devient un véritable enjeu dans le récit.

Spiderman est à la fois un étudiant qui cherche à s’intégrer, un neveu qui prend soin de sa vieille tante et un jeune photographe qui cherche sa place dans son journal. C’est une métaphore de l’adolescence, période de tous les bouleversements, qui prend tout son sens dans une Amérique qui voit grandir les enfants du Baby-boom.

C’est aussi une Amérique moins sûre d’elle, moins excessive. Ironman est là aussi un bon exemple : conçu pour combattre les communistes, coréens dans la version américaine et vietnamiens dans la version française, c’est un marchand d’armes qui s’assume. Problème, dans les années 1970, la guerre et les armes sont dénoncées par l’opinion américaine. Ironman devient alors un personnage plus complexe, très différent. Ces dernières années, au cinéma, il évolue encore pour devenir très cynique et affronter des terroristes dans un Afghanistan imaginaire.

Dans les années 1980, les Américains vont jusqu’à inventer les Watchmen, des héros vieillissants et pas toujours très fréquentables : on trouve un assassin et même un personnage qui cherche à violer une super-héroïne. Ces figures maintiennent l’ordre contre la justice, ne respectant rien d’autre que la force. L’Amérique réalise alors que la force, la justice et la morale peuvent être très contestables, avec des côtés plus sombres.

Au cinéma, on retrouve la perfection de héros mythique d’un autre temps : les superhéros des Avengers sont finalement les cowboys qui allaient conquérir l’ouest américain sur les écrans d’une autre époque. Sans peur et sans reproches, ils sauvent la veuve et l’orphelin. Cette absence de complexité morale pourrait d’ailleurs un jour poser problème au spectateur qui risque de rapidement ne plus y croire.

Que les Américains soient fascinés par ces icônes est une chose. Mais comment comprendre qu’en France aussi, ces films emportent un important succès ?

Pour les comics, au départ, dans les années 1970, c’est très certainement la métaphore de l’adolescence qui a attiré toute une minorité de jeunes Français.

Pour les films, je pense qu’on est beaucoup plus bêtement dans un principe de consommation, comme pour des films comme Avatar. La majorité des gens consomment ces films comme des spectacles, sans chercher à aller plus loin.

Ce qu’il reste dans les films, c’est l’aspect purement mythologique, au sens de la structure. Pas forcément au sens gréco-romain de la mythologie mais bel et bien sous sa forme nordique : on retrouve d’ailleurs Thor, Loki et la scène finale qui n’est rien d’autre que le Ragnarök.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
04.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
05.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
07.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
Déjà 10 ans de croissance record aux Etats-Unis : voilà les erreurs françaises et européennes qui nous en ont privé
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
SOS partis disparus : quand la démocratie française s’abîme dans une crise d’immaturité collective
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
06.
La droite après Les Républicains
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Zahsank
- 27/05/2012 - 12:13
Watchmen
Les créateurs des' Watchmen' Alan Moore, Scénario - Dave Gibbons, dessins, sont britanniques. L'éditeur, DC comics, est américain.