En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 20 min 21 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 42 min 33 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 17 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 2 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 28 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 22 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 1 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 49 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 21 heures 55 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 24 min 21 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 5 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 31 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 54 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 27 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 35 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 22 heures 11 min
exposition Beardsley musée d'Orsay
exposition Beardsley musée d'Orsay
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

Publié le 29 octobre 2020
Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay.
Paul Ivernel pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul Ivernel est chroniqueur pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay.

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay 

 

INFOS & RÉSERVATION
Musée d’Orsay
1 rue de la Légion d’Honneur
75007 Paris
Tél. : 01 40 49 48 14
http://www.musee-orsay.fr
Jusqu’au 10 janvier 2021

 

RECOMMANDATION
Excellent


THEME
Le Musée d’Orsay propose jusqu’au 10 janvier 2021 la première monographie en France consacrée à illustrateur britannique Aubrey Beardsley. Bien menée, l’exposition illustre à merveille le talent d’un artiste prolifique de la fin du XIXe siècle.

Mort à l’âge de vingt-cinq ans, Aubrey Beardsley avait réalisé plus de mille dessins, dont une centaine d’originaux sont réunis pour l’exposition au Musée d’Orsay. Le public français découvre alors une Oeuvre méconnue car confidentielle. En effet, ses dessins étaient surtout destinés à l’époque à être publiés dans des revues, livres et magazines britanniques comme The Savoy ou The Yellow Book.

Le parcours chronologique permet de retracer l’évolution du style de Beardsley au fil des ans, et de mieux comprendre la complexité d’un artiste dandy, anticonformiste et provocateur, qui se plaisait à dévoiler l’hypocrisie du puritanisme de la fin de l’ère victorienne.

« Aubrey Beardsley était définitivement un pionnier dans la représentation des identités et désirs associés à la liberté sexuelle et à la fluidité des genres » explique-t-on dans le texte de présentation.

Les salles et leur thème respectif se succèdent avec rythme et brio. Nous comprenons bien les différentes étapes de la vie mouvementée de l’artiste et ses inspirations, parfaitement expliquées. Beardsley illustre des opéras de Richard Wagner et collabore avec des figures du pré-raphaélisme comme Edward Burne-Jones ou des grands écrivains de son temps comme Oscar Wilde ou Théophile Gauthier, entre autres. Logiquement, les travaux de Beardsley tournent autour de thèmes mythologiques et bibliques. Plus largement, nous découvrons l’originalité d’un univers étrange, audacieux et érotique propre à l’illustrateur.

Les oeuvres fines et sensibles de Beardsley ne sont pas particulièrement mises en valeurs par la scénographie de l’exposition, qui, somme tout, reste sobre. En fait, les murs pastels (orange, vert kaki ou violacés) ne rendent ni hommage à l’intimité des illustrations de l’artiste, ni autrement à leur dimension licencieuse. Seule la petite salle « Antiquité paillarde: illustrer Aristophane et Juvénal », aux oeuvres explicitement sexuelles, est colorée en rouge plutôt vif.

Bien que mort à vingt-cinq ans, l’artiste aura connu la postérité, et sera imité et copié au début du vingtième siècle. Un véritable « Beardsley Boom » lui rendra hommage.

 

POINTS FORTS
- La situation de l’Oeuvre de Beardsley et sa mise en contexte sont parfaitement expliquées. Nous comprenons bien les relations, les influences et les sources de motivation de l’artiste dans l’Angleterre de la fin de l’ère victorienne. Par ailleurs, la mise en perspective est aussi pertinente, car l’Oeuvre de Beardsley est d’actualité par son questionnement sur le genre et la sexualité.

- Le commissariat et le choix des oeuvres est très bon. Sur la centaines d’illustrations exposées, nous observons aussi bien des chefs d’oeuvre connus que des dessins plus confidentiels, sur différents supports de surcroît.

- Cette exposition est un événement car il s’agit de la première monographie d’Aubrey Beardsley en France.

 

POINTS FAIBLES
- La scénographie aurait pu être plus ambitieuse pour illustrer la complexité des thèmes de l’artiste.

 

EN DEUX MOTS
L’exposition, première monographie d’Aubrey Beardsley en France, rend un bel hommage à l’artiste. C’est une occasion unique de découvrir la vie et l’Oeuvre d’un illustrateur prolifique, provocateur et libre dans l’Angleterre sclérosée de la fin de l’ère victorienne.

 

UNE ILLUSTRATION 

 

UN EXTRAIT
- «  Je ne suis rien si je ne suis pas grotesque » ( Aubrey Beardsley).

- «  Beardsley n’était attiré dans la vie que par ce qu’elle a d’excitant, de brillant, de rare et par le grotesque, le monstrueux, le comique » (Jacques-Émile Blanche).

 

L'AUTEUR
Aubrey Beardsley (1872-1898) disparaît à l'âge de vingt-cinq ans, en pleine ascension. La grande diffusion de l'œuvre de cet artiste prolifique en a fait un acteur incontournable de la scène londonienne des années 1890.

A vingt ans, Aubrey Beardsley reçoit sa première commande importante de l'éditeur J.M. Dent : l'illustration de La Mort d'Arthur de Thomas Malory, pour laquelle il réalise plusieurs centaines de dessins et qui lui permet de vivre désormais de son art. Revues, recueils, poésie, romans, en quelques années, son travail se diffuse à travers la production éditoriale anglaise. Les illustrations qu'il réalise pour Salomé d'Oscar Wilde figurent parmi les plus célèbres de l'artiste.

Les dessins de cette figure originale de l'Angleterre fin-de-siècle, dessins vifs et virtuoses, en noir et blanc, mettent en scène un univers étrange, érotique, audacieux et anticonformiste. Son style très personnel, aisément reconnaissable, allié à la large diffusion de ses travaux, font de lui un phénomène, à tel point que le critique Max Beerbohm qualifie les années 1890 à Londres de "Beardsley Period".

Au musée d’Orsay, l’exposition déroule le parcours de cet artiste d'exception, de ses premières réalisations publiées en 1891 jusqu'à ses dernières œuvres en 1898.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires