En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 13 heures 21 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 14 heures 5 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 16 heures 33 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 17 heures 17 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 18 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 19 heures 24 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 19 heures 47 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 19 heures 59 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 20 heures 22 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 20 heures 40 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 13 heures 46 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 15 heures 15 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 16 heures 48 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 17 heures 45 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 18 heures 43 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 19 heures 40 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 19 heures 53 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 20 heures 13 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 20 heures 32 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 20 heures 44 min
© DR / Musée du Luxembourg
Man Ray exposition Musée du Luxembourg Paris
© DR / Musée du Luxembourg
Man Ray exposition Musée du Luxembourg Paris
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

Publié le 22 octobre 2020
L'exposition "Man Ray et la mode" est à découvrir jusqu'au 17 janvier au Musée du Luxembourg.
Anne Jouffroy pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anne Jouffroy est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'exposition "Man Ray et la mode" est à découvrir jusqu'au 17 janvier au Musée du Luxembourg.

"Man Ray et la mode" 

 

INFOS & RÉSERVATION
Musée du Luxembourg
19, rue de Vaugirard
75006 Paris
Tél. : 01 40 13 62 00
http://www.museeduluxembourg.fr
Jusqu'au 17 janvier 2021

 

RECOMMANDATION 
Excellent

 

THEME
Entre-les-deux-guerres à Paris, Man Ray révolutionne la photographie de mode en lui donnant une dimension artistique et poétique.

Cette exposition - qui succède aux deux expositions marseillaises du début de l'année 2020- explore deux thèmes principaux. D'une part l'oeuvre trop méconnue de Man Ray en tant que photographe professionnel de la mode et, d'autre part, l'émergence d'un phénomène de société après la 1ère Guerre Mondiale: la place prise par la mode au sens large, non seulement les vêtements mais aussi le maquillage, la coiffure, la façon de bouger...un nouveau style de vie au féminin et sa publicité dans la presse.

Le parcours au musée du Luxembourg est chronologique : Du portrait des années 1920 à la photographie de mode; La montée de la mode et la publicité; L'apogée d'un photographe de mode, les années Bazaar.

C'est en 1921 à 31 ans que Man Ray, peintre sans ressources à New-York, tente sa chance à Paris où des amis l'attendent. Pour subsister, il commence par photographier ses proches (Alice Prin la future Kiki de Montparnasse, Gabrièle Buffet-Picabia), puis ses compatriotes (Peggy Guggenheim, Nancy Cunard) et enfin tout le milieu parisien mondain. Ces dames lui ouvrent les portes des maisons de haute-couture (Paul Poiret, Gabrielle Chanel, Jeanne Lanvin, Worth, Lucien Lelong... et plus tard Jean Patou, Elsa Schiaparelli). Il y photographie mannequins, clientes, et ses amies vêtues des robes des couturiers. « Pour satisfaire son inspiration, il n'hésite pas à employer aussi ses compagnes, Kiki, puis Lee Miller, pour passer subtilement du portrait à la photographie de mode et abandonner les formes compassées de ses débuts pour adopter un style plus spontané, où s'exprime davantage la sensualité du corps féminin » (dossier de presse).

Les femmes ont une place essentielle dans sa vie. Dandy séducteur, Man Ray adore leurs corps, leurs attitudes, leur sex-appeal. Ses photos artistiques les mettent en lumière, les subliment et en offrent une vision onirique et érotique.

Pour Man Ray, la photographie est un art mineur qu'il ne pratique que pour des raisons financières. Pour se démarquer des photographes «ordinaires» et prouver que, lui, est un artiste-photographe il dé-réalise son sujet et cherche à scandaliser, à provoquer. Il intègre son vocabulaire surréaliste, étrangeté et magie, à ses photos de mode. «Je voulais lier l'art à la mode», dira-t-il.

C'est aussi un bon technicien et un innovateur. Il utilise et améliore des procédés déjà existants mais peu mis en pratique: le rayogramme («photographie sans objectif» qui modifie les intensités de couleur), la solarisation (exposition à la lumière du négatif ou de l'épreuve au cours du développement), la surimpression (clichés successifs sur la même plaque ou négatifs superposés au tirage), les photomontages, les recadrages.

A partir des années 30, Alexey Brodovitch, le directeur de la revue new-yorkaise Harper's Bazaar, fait sans cesse appel aux talents de Man Ray et lui permet de mener un grand train de vie à Paris.

Harper's Bazaar est, en effet, à ce moment-là, à la tête de presque tout le marché de la revue de mode aux Etats-Unis. Mais Man Ray n'aime pas les contraintes. Lassé de répondre à des commandes publicitaires, il rompt en 1939 son contrat avec Harper's Bazaar.

Dans le sillage de Man Ray cette exposition met en scène les évolutions stylistiques féminines de la mode de 1920 à 1939 : La garçonne des années 1920; La femme épanouie des années 1930.

Et Man Ray, témoin privilégié, a su merveilleusement capter ces évolutions, ces nouvelles manières de vivre qui caractérisent l'Entre-deux-guerres.

 

POINTS FORTS
- La patte Dada de Man Ray illustrée dès la première salle par deux de ses objets insolites (un fer à repasser à la semelle piquetée comme le dos d'un porc-épic, un enchevêtrement de 32 cintres très haut perchés).

-La scénographie sobre, classique, qui, sur des cimaises blanches, met en valeur les superbes photos de femmes déesses de la mode.

-Les grandes vitrines où sont exposées de somptueuses robes, modèles griffés des maisons prestigieuses de l'époque.

-Le parcours multimédia avec chroniques mondaines, extraits de films publicitaires, images variées.

 

POINTS FAIBLES
Certes il faut aimer les photos en noir et blanc. Mais les camaïeux de gris, les jeux d’ombre et de transparence sont admirables.

 

EN DEUX MOTS
On sort ébloui de cette exposition qui, semble-t-il, reflète bien la personnalité de Man Ray et les paradoxes de ces années 1920-1939 débridées mais aussi raffinées : humour et rigueur, anticonformisme et classicisme...

Et on se demande si Man Ray ne demeure pas le maître absolu de la photographie de mode. A-t-on fait mieux depuis?

 

L'AUTEUR
Man Ray (pseudonyme d'Emmanuel Radnitsky), né en 1890 à Philadelphie, est un peintre, un réalisateur de cinéma et l'un des rares artistes photographes du surréalisme. Il s'installe de 1911 à 1921 à New-York où il pratique le dessin, la gravure, la photographie et découvre grâce à Marcel Duchamp les avant-gardes artistiques européennes et le surréalisme. En 1921, il débarque à Paris chez Marcel Duchamp qui l'introduit dans le milieu de l'avant-garde et dans le Tout-Paris des Années folles. En 1939, il quitte la France pour New-York. Puis il décide de partir à Tahiti mais, finalement, il s'arrête en chemin à Los Angeles où il revient à la peinture et cesse de photographier. De retour à Paris en 1951, il se consacre à sa vocation de peintre qui ne l'a jamais quitté - bien qu’il expérimente la photographie en couleur. En 1961, il reçoit la médaille d'or de la photographie à la Biennale de Venise et en 1962 son oeuvre photographique fait l'objet d'une exposition à la Bibliothèque nationale. Man Ray meurt à Paris en 1976.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires