En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 9 heures 34 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 10 heures 12 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 12 heures 55 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 13 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 17 heures 41 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 17 heures 52 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 18 heures 13 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 18 heures 51 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 18 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 9 heures 54 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 11 heures 56 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 13 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 14 heures 50 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 17 heures 33 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 17 heures 49 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 18 heures 3 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 18 heures 17 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 18 heures 55 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 18 heures 59 min
© bananas and kings
bananas and kings
© bananas and kings
bananas and kings
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

Publié le 21 septembre 2020
La pièce "Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman est à découvrir au Théâtre de la Reine blanche jusqu'au 1er novembre.
Jean Ruhlmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Ruhlmann est historien et maître de conférences en histoire contemporaine à l'université Lille III et à Sciences Po Paris. Il est également l'auteur de Ni bourgeois Ni prolétaires. La Défense des classes moyennes en France au XXe siècle ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La pièce "Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman est à découvrir au Théâtre de la Reine blanche jusqu'au 1er novembre.

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman

Mise en scène : Julie Timmerman
Avec Julie Timmerman, Anne Cressent, Mathieu Desfemmes, Jean-Baptiste Verquin

 

INFOS & RÉSERVATION
Théâtre de la Reine blanche
2 bis passage Ruelle
75018 Paris
Tél. : 01 40 05 06 96
http://www.reineblanche.com/
Du 9 septembre au 1er novembre

 

RECOMMANDATION 

Bon

 

THEME
• On a oublié – et c’est dommage - ce qui se cachait « behind the blue sticker » apposé à ces régimes de bananes dont raffolaient les Américains dans la première moitié du XXe siècle : l’empire et l’emprise pratiquement sans équivalent d’une entreprise d’exploitation fruitière établie fin XIXeme en Amérique centrale, sous la houlette de Minor Cooper Keith, l’un de ces « barons voleurs » aussi audacieux que sans scrupules envers les hommes, les peuples et les terres ancestrales.

• Puissance foncière et économique aux ramifications tentaculaires, la United Fruit Company s’était implantée du Costa Rica à la Jamaïque, et du Panama à la Colombie. Partout, une exploitation impitoyable des peones, dont les terres sont rachetées (dans le meilleur des cas) et les révoltes matées (massacre de Santa Marta, 1928), alors que les procédés pour lutter contre les parasites menaçant les récoltes (la fameuse “bouillie bordelaise“ à base de sulfate de cuivre) déciment ceux qui sont chargés de la répandre sur les cultures. Cela ne vous rappelle rien ?

• Mais voilà qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le suffrage porte au pouvoir une nouvelle équipe dirigeante, d’où se détache bientôt le colonel Arbentz, un officier socialiste, c’est-à-dire communiste pour l’administration Eisenhower plongée dans la guerre froide. Arbentz entend imposer un code du travail respectueux d’une main d’œuvre surexploitée et sous-payée, et prétend soustraire à la multinationale une partie de son formidable parc foncier, pour le rendre aux petits exploitants. Comment la United Fruit - qui avait un temps pour avocats les frères Dulles, au cœur du pouvoir à Washington en 1954 – va t elle réagir ?

• Julie Timmerman prend le parti de traiter cette histoire en opéra-bouffe (chœur, distorsions des personnages, aspects grotesques suscitant le rire en dépit du tragique des situations montrées), tout en s’inspirant des codes du théâtre brechtien (place de la musique, segmentation des espaces par une séparation, décors fonctionnels et polysémiques).

 

POINTS FORTS 
 • L’histoire, tout à fait passionnante, est bien restituée avec une économie de moyens et de comédiens, puisqu’ils sont 4 sur scène pour 43 rôles, et se dépensent sans compter.

• Le dispositif installé est probant et, en dépit de la gravité des atteintes portées par la multinationale à l’Amérique latine dans son ensemble ; il y a quelques moments franchement comiques, et des clins d’œil certes un peu appuyés mais souvent pertinents.

• En effet, la saga de cette United Fruit se prête à des analogies avec les us et coutumes d’entreprises de même calibre contemporaines, des GAFA à Monsanto, en passant par les stratégies du Science Washing permettant d’écarter les interprétations scientifiques les plus solides au motif d’un doute prétendument “raisonnable“, et de les ensevelir sous des procédures longues, coûteuses et dissuasives pour qui n’en a pas les moyens...

 

POINTS FAIBLES
• L’indignation n’est pas toujours bonne conseillère au théâtre, notamment en matière d’expression : même si certaines actions et injustices s’y prêtent, on crie beaucoup et beaucoup trop parfois, la plupart du temps sans grande modulation dans la voix.

• Les effets comiques sont appuyés, et c’est de bonne guerre, car sans eux, on serait accablé par le réquisitoire de l’United Fruit ; en revanche, certains passages pêchent par un didactisme un peu appuyé. Il ne faudrait pas qu’on en vienne à soupçonner la patte de Fidel Castro ou du Che dans l’écriture de la pièce...

• On peut regretter une certaine disparité dans les prestations, même si la pièce se rode : aux extrêmes, si Mathieu Desfemmes est parfaitement à l’aise dans divers rôles et franchement comique en néo-Américain venu d’un shtetl russe, c’est paradoxalement l’autrice du texte et la metteuse en scène qui se révèle la moins subtile dans les divers personnages qu’elle endosse.

 

EN DEUX MOTS
• Une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais.

 

UN EXTRAIT
« Les terres appartiennent à ceux qui en tirent le maximum. » (Minor Cooper Keith, fondateur et premier dirigeant de la United Fruit, 1899-1928)

 

L'AUTEUR
• Julie Timmerman poursuit avec Bananas un projet théâtral explorant les clefs de compréhension de l’Occident contemporain. Le premier volet de son œuvre, Un Démocrate, auscultait ainsi les arcanes de la communication et de la manipulation politiques.

• Cette fois-ci, en retraçant la saga de l’United Fruit Company, elle s’attache à montrer comment une multinationale parvient en deux générations à dominer tout un subcontinent, en l’occurrence l’Amérique centrale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires