En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 7 heures 11 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 10 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 15 heures 49 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 15 heures 59 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 16 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 16 heures 52 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 17 heures 32 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 17 heures 57 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 8 heures 23 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 10 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 13 heures 11 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 15 heures 33 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 15 heures 56 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 16 heures 6 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 16 heures 41 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 17 heures 25 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 17 heures 34 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 18 heures 4 min
Antoinette dans les Cévennes
Antoinette dans les Cévennes
Atlanti Culture

"Antoinette dans les Cévennes" de Caroline Vignal : le haut de l’affiche sied à merveille à Laure Calamy… dans cette délicieuse balade sur les chemins de la Corrèze avec un âne pour compagnon

Publié le 16 septembre 2020
"Antoinette dans les Cévennes" de Caroline Vignal est sorti dans les salles de cinéma ce mercredi 16 septembre.
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Antoinette dans les Cévennes" de Caroline Vignal est sorti dans les salles de cinéma ce mercredi 16 septembre.

"Antoinette dans les Cévennes" de Caroline Vignal

Avec Laure Calamy, Benjamin Lavernhe, Olivia Côte…

 

RECOMMANDATION
En priorité

 

THEME
Il y a des mois qu’Antoinette, institutrice enthousiaste (Laure Calamy) attend les vacances d’été pour partir une semaine en escapade avec son amoureux, Vladimir (Benjamin Lavernhe), comme il le lui a promis. Mais au dernier moment, sous le prétexte que sa femme (Laurence Côte) a prévu une randonnée en famille dans les Cévennes avec un âne, ce dernier annule ! Après un bref moment de désespoir, Antoinette décide de partir, elle aussi, sur les chemins escarpés de cette région. Au départ de son périple, qui sera semé d’embûches, pas de Vladimir, mais un certain Patrick, un âne récalcitrant qui va l’accompagner…

 

POINTS FORTS
– En 1878, pour tenter d’oublier un chagrin d’amour, l’Ecossais Robert Louis Stevenson était parti suivre, en compagnie d’un âne, les 200 km du GR 70 qui traverse les Cévennes. L’écrivain avait consigné son périple dans un livre qu’il avait intitulé Voyage avec un âne dans les Cévennes… C’est après avoir lu ce récit et avoir emprunté, à son tour, ce même GR, également en compagnie d’un âne, que Caroline Vignal a eu l’idée d’en faire le sujet d’un film. Son scénario est un petit bijou, qui tient du buddy movie en mêlant, en vrac, balade, récit initiatique, vaudeville et comédie romantique. Tout cela ? Oui, tout cela ! Et le plus étonnant c’est que ce scénario mille-feuilles est d’une fluidité confondante.

– Dans le personnage d’Antoinette, l’amoureuse délaissée, Laure Calamy irradie. De tous les plans ou presque, la comédienne, qui tient enfin son premier grand rôle au cinéma, déploie une palette de jeu impressionnante avec un naturel fou. Pour l’avoir vue toujours très juste dans des emplois et des textes très différents, on se doutait qu’aucun rôle ne pouvait lui « résister ». Avec celui-ci, qui exige une vitalité de tous les diables et un sens aigu de l’autodérision, on en a la preuve éclatante : Laure Calamy est de ces rares comédiennes qui peuvent se réinventer à chaque instant. Son aisance est époustouflante.

– Dans son genre, Patrick, son équidé de partenaire n’est pas mal non plus. Tour à tour tendre, attentif, docile et, bien sûr, têtu, il est craquant à souhait. On ose à peine dévoiler qu’en réalité, ils sont deux à tenir le rôle. L’un avait en charge les scènes d’émotion, l’autre, celles des cascades. Lequel est lequel ? On vous met au défi de les distinguer, tant ils sont à la fois semblables et complémentaires.

– Les amoureux des Cévennes ne seront pas déçus. Caroline Vignal a su filmer ce massif à la fois austère et flamboyant dans toute sa magnificence, son charme et son mystère.

 

POINTS FAIBLES
Aucun.

 

EN DEUX MOTS
Tonique, rafraîchissante, stimulante, drôlissime, d’une belle sensibilité, mais dépourvue de toute sensiblerie, voici la comédie la plus délicieuse et la plus futée de la rentrée. On l’aime d’autant plus qu’elle propose le portrait d’une femme irrésistible et met en lumière une comédienne qui ne l’est pas moins, Laure Calamy. Surtout abonnée jusqu’à présent aux seconds rôles qu’elle habitait formidablement, au théâtre (privé et subventionné), comme au ciné et à la télé (La secrétaire amoureuse de son patron dans la série Dix pour cent ! c’est elle !), cette interprète de 45 ans, à la fois solaire et terrienne, juste et précise, dotée, qui plus est, d’un humour ravageur, ne devrait plus quitter le haut de l’affiche.

 

UN EXTRAIT
« J’ai lu le scénario d’une traite, et je me suis dit : « Ce n’est pas possible ! C’est pour moi ! ». Je n’en croyais pas mes yeux : c’est comme si ce projet m’était destiné…Tout me donnait envie d’y aller, à commencer par la marche, que j’adore, les ânes, cette histoire si singulière… J’avais la larme à l’œil à la fin de ma lecture. Et j’étais très impressionnée par la qualité d’écriture de Caroline Vignal! » (Laure Calamy, comédienne).

 

LE REALISATEUR
Les cinéphiles se souviennent peut-être du long métrage, Les Autres Filles. C’était le premier film de Caroline Vignal, qui en avait également signé le scénario. La carrière de ce joli récit initiatique paraissait bien démarrer puisqu’il avait été sélectionné haut la main pour la Semaine de la Critique à Cannes. Las ! Le film avait fait un flop. C’était en l’an 2000. Depuis, chat échaudé craignant l’eau froide, Caroline Vignal ne s’était plus risquée à la réalisation et elle était retournée à son métier premier, l’écriture de scénarios, pour la radio, la télé et le ciné. Vingt ans après, elle a décidé de « remonter en selle » et de porter sur grand écran Antoinette dans les Cévennes, un scénario qui lui a été inspiré par une balade qu’elle fit un été dans cette région, escortée d’un âne prénommé, lui aussi,… Patrick. Le résultat est cette comédie qui, après avoir été en sélection officielle du Festival de Cannes, a récemment enthousiasmé les spectateurs du Festival d’Angoulême. Un petit doigt nous dit que Caroline Vignal ne va plus nous laisser 20 ans sans nouvelles. De toute façon, on connaît l’adage : jamais deux sans trois…

Et aussi
 

– LES CHOSES QU’ON DIT, LES CHOSES QU’ON FAIT  D’EMMANUEL MOURET – AVEC NIELS SCHNEIDER, CAMÉLIA JORDANA, VINCENT MACAIGNE, EMILIE DEQUENNE…

Depuis son premier film, en 1999, Promène-toi donc tout nu, un divertissement romanesque aussi drôle que léger, le réalisateur marseillais Emmanuel Mouret ne cesse d’explorer les chemins du marivaudage. De Un Baiser, s’il vous plaît ! à Mademoiselle de Joncquières, tous ses films ont traité des jeux de l’amour et du hasard, et ils ont mis en scène des chassés croisés amoureux, tendres parfois, mais le plus souvent, délicieusement cruels. Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait est de cette veine… De quoi s’agit-il ?

Enceinte de trois mois, Daphné doit accueillir Maxime, le cousin de son compagnon, François, qui a dû s’absenter pour son travail. Daphné et Maxime ne se connaissent pas… Et pourtant, pendant les quatre jours que va durer leur tête à tête, ces deux-là vont se raconter leurs histoires d’amour, d’hier et d’aujourd’hui, nous embarquant dans un récit construit selon un schéma cher au réalisateur, celui des poupées russes. Chacun des chapitres de son histoire va s’emboîter dans le précédent, avec une précision assez époustouflante. Comme d’habitude chez lui, les dialogues sont ciselés, la mise en scène, raffinée, la photo, élégante, et les acteurs, parfaitement dirigés. Dans leurs façons, pourtant si différentes de raconter leurs émois, leurs élans, leurs chagrins et leurs souffrances, tous sont sensationnels de retenue et d’intensité. Mention spéciale pour Emilie Dequenne, extraordinaire de naturel, d’intériorité et de dignité dans son rôle d’amoureuse bafouée.

A la fois drôle et désenchanté, tragique et romantique, simple et sophistiqué, Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait est sans aucun doute le film le plus abouti de son auteur. Ce « polar sentimental au lyrisme romanesque » arrive sur les écrans auréolé du label Cannes 2020. Ce n’est pas rien.

Recommandation : en priorité

 

–  J’IRAI MOURIR DANS LES CARPATES  DE ANTOINE DE MAXIMY– AVEC ANTOINE DE MAXIMY, ALICE POL, MAX BOUBLIL…

Douze ans après J’irai dormir à Hollywood, Antoine de Maximy, le créateur et présentateur de l’émission à succès J’irai dormir chez vous, retrouve le grand écran, mais pour la première fois, avec une fiction. Pour J’irai dormir dans les Carpates, ce routard aussi sympathique qu’invétéré, a concocté un film qui ne tient pas des hasards de rencontres (comme dans ses émissions de télé), mais qui relève d’un jeu de piste bien organisé. Parce qu’on ne change pas une formule qui gagne, le réalisateur a, bien sûr, de nouveau enfilé sa célèbre chemise rouge et il a repris l’essentiel du dispositif qui a fait sa notoriété et sa popularité : un filmage à trois caméras, dont l’une est braquée sur son visage. La nouveauté est qu’ici, tout est faux… Le film s’ouvre sur l’accident de la voiture de Maximy dans les montagnes des Carpates. Parce que son corps reste introuvable, décision est prise de rapatrier son matériel à Paris, où, en son hommage, son assistante (Alice Pol) va décider de monter les vidéos récupérées. Mais le doute survient : certains détails des images laissent supposer que l’accident pourrait avoir maquillé un assassinat. Un policier (Max Boublil) se pointe, l’enquête démarre… A l’arrivée, J’irai dormir dans les Carpates donne un film qui relève de la comédie, mais une comédie cocasse et décalée, qui aurait flirté à la fois avec le documentaire, le thriller et même le fantastique. Lors de la tournée hexagonale qui a précédé sa sortie en salles, ce long métrage singulier et fantaisiste a cartonné. Il faut dire que dans son genre, la docu-fiction, il est très divertissant.

Recommandation : excellent

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires