En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 40 min 1 sec
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 2 heures 15 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 2 heures 35 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 2 heures 46 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 3 heures 19 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 3 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 19 heures 24 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 55 min 31 sec
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 3 heures 1 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 3 heures 26 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 19 heures 4 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 19 heures 41 min
© ARUN SANKAR / AFP
© ARUN SANKAR / AFP
Vie privée

Tracking de données personnelles : Apple et Facebook se lancent dans une guerre. Et nous sommes au milieu

Publié le 06 septembre 2020
Facebook a vivement critiqué les nouveautés du prochain OS mobile d'Apple, dont des fonctionnalités visent à limiter le pistage des utilisateurs. Selon Facebook, cela réduirait les possibilités des partenaires du réseau social, notamment dans la mesure de l'efficacité des campagnes publicitaires.
Jean-Paul Pinte
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Pinte est docteur en information scientifique et technique. Maître de conférences à l'Université Catholique de Lille et expert  en cybercriminalité, il intervient en tant qu'expert au Collège Européen de la Police (CEPOL) et dans de nombreux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Facebook a vivement critiqué les nouveautés du prochain OS mobile d'Apple, dont des fonctionnalités visent à limiter le pistage des utilisateurs. Selon Facebook, cela réduirait les possibilités des partenaires du réseau social, notamment dans la mesure de l'efficacité des campagnes publicitaires.

Quels sont les enjeux de la bataille entre Apple et Facebook ? Quelles sont les spécificités de iOS 14 qui irritent particulièrement Facebook et notamment sur la question des données personnelles ?

La notion de vie privée et celle de sa gestion occupent de plus en plus de place dans la vie et le fonctionnement de sociétés comme Apple et Facebook. Elle crée même certaines frictions entre ces deux grands de l’Internet..

Le géant des réseaux sociaux accuse ainsi celui de l'électronique high-tech de faire perdre des revenus aux PME qui éditent des applications.

Chez Apple, ils pensent que la vie privée est un droit humain fondamental. Comme annoncé à la WWDC20, les pages produits de l'App Store comporteront une nouvelle section d'informations sur la confidentialité pour aider les utilisateurs à comprendre les pratiques de confidentialité d'une application. Aujourd'hui, ils publient plus de détails pour les développeurs sur ce qui sera couvert dans cette nouvelle section de confidentialité. D'ici la fin du mois d’octobre, vous pourrez soumettre vos informations via App Store Connect pour préparer le déploiement de cette fonctionnalité aux utilisateurs d'ici la fin de l'année.


 

En juin 2020, Apple avait annoncé les mises à jour iOS 14 qui, entre autres modifications, obligeront les applications à demander aux utilisateurs l'autorisation de collecter et de partager des données à l'aide de l'identifiant d'appareil d'Apple.

Compte tenu de l'impact que la politique aura sur la capacité des entreprises à se commercialiser et à monétiser par le biais d'annonces, nous partageons la façon dont nous traitons les changements d'iOS 14 et fournissons des recommandations pour aider nos partenaires à se préparer, pendant que les développeurs attendent plus de détails sur cette politique.


 

En outre, sur iOS 14, iPadOS 14 et tvOS 14, les applications devront recevoir l'autorisation de l'utilisateur pour suivre les utilisateurs sur des applications ou des sites Web appartenant à d'autres sociétés, ou pour accéder à l'identifiant publicitaire de l'appareil. Apple s’engage à faire en sorte que les utilisateurs puissent choisir d'autoriser ou non une application à les suivre. Pour donner aux développeurs le temps d'apporter les modifications nécessaires, les applications devront obtenir l'autorisation de suivre les utilisateurs à partir du début de l'année prochaine. Plus d'informations, y compris une mise à jour des directives d'examen de l'App Store, suivront cet automne.

Pour Apple « Future is private » déclarait Mark Zuckerberg suite au scandale Cambridge Analytica… mais pas trop. La société a en effet vertement critiqué les nouveautés du prochain OS mobile d'Apple.

En cause, des fonctionnalités visant à limiter le pistage des utilisateurs, ce qui limiterait les possibilités des partenaires du réseau social, notamment dans la mesure de l'efficacité de leurs campagnes. En voulant protéger la vie privée de ses clients, Apple empêcherait donc le réseau social Facebook de s’adonner à son activité favorite : exploiter les données à des fins publicitaires !

Apple avait prévenu : « vous devrez demander leur permission aux utilisateurs pour les suivre sur les applications et sites web détenus par d’autres sociétés ».

Selon un article de FRANDROID  si la mouvance générale s’oriente vers une plus forte protection des données privées – en témoigne le RGPD – cela n’est pas du goût de Facebook dont le modèle économique repose essentiellement sur l’utilisation de ces données à des fins publicitaires.

 Toujours selon le site FRANDROID, dans un communiqué, Faceook déclare que la nouvelle mise à jour prévue par Apple aura un impact économique pour les éditeurs et développeurs. D’après ses simulations, le géant californien a mesuré « plus de 50 % de pertes de revenus lorsque la personnalisation des campagnes de pub sur mobile est retirée » mais précise que « l’impact pourrait être beaucoup plus important ». Et d’ajouter :

« iOS 14 va nuire à de nombreux développeurs et éditeurs dans une période déjà difficile pour les entreprises. Nous travaillons avec plus de 19 000 d’entre eux dans le monde et leur avons versé en 2019 des milliards de dollars. Beaucoup de ces PME dépendent de la publicité pour survivre »

Facebook attend aussi de voir quel impact cela aura sur la capacité des entreprises à se commercialiser et à monétiser par le biais d'annonces et partagent la façon dont ils traitent les changements d'iOS 14 et fournissent des recommandations pour aider ses partenaires à se préparer, pendant que les développeurs attendent bien sûr plus de détails sur cette politique.

Premièrement, nous ne collecterons pas l'identifiant pour les annonceurs (IDFA) sur nos propres applications sur les appareils iOS 14. Nous pensons que cette approche offre autant de certitude et de stabilité que nous pouvons offrir à nos partenaires en ce moment. Nous pouvons revoir cette décision car Apple offre plus de conseils. Facebook envisage donc aussi de ne plus proposer ses outils de suivi, ciblage et monétisations aux développeurs d’applications sur iOS. Bien entendu, tous les services du groupe sont concernés (Instagram WhatsApp et Messenger). Sur Android, rien ne changera puisque le modèle économique de Google repose lui aussi essentiellement sur l’utilisation des données personnelles à des fins publicitaires.

Quelles pourraient être les répercussions sur le plan des données personnelles d'une telle bataille ? Les utilisateurs vont-ils y perdre ou ont-ils tout à y gagner ? 

Facebook, avide de données, vit donc une sorte de cauchemar avec ces annonces de Apple autour d’iOS 14.

Les problèmes pour Facebook et ses annonceurs proviennent du fait qu’iOS 14 signale la fin de la collecte des identifiants de l’iPhone pour les annonceurs (IDFA). Cela est en raison des mesures strictes d’Apple pour empêcher les services de vous suivre à travers les applications nous rappelle le site FORBES.

Les nouvelles fonctionnalités de fonctionnalité de Apple auront un impact non négligeable sur Facebook est ses partenaires car les problèmes pour Facebook et ses annonceurs proviennent du fait qu’iOS 14 signale la fin de la collecte des identifiants de l’iPhone pour les annonceurs (IDFA). Cela est en raison des mesures strictes d’Apple pour empêcher les services de vous suivre à travers les applications.

iOS 14, Apple exige ainsi que nous participions  activement au suivi des publicités. Avant d’être suivi, vous recevrez une notification indiquant que « x souhaite être autorisé à vous suivre sur des applications et des sites web appartenant à d’autres sociétés ». Vos données seront donc utilisées pour vous envoyer des publicités personnalisées ».
Apple vous permettra de choisir entre « Autoriser le suivi » ou « Demander à l’application de ne pas vous suivre ».
Selon Facebook, cela aura un impact négatif sur la capacité des entreprises à se commercialiser et à monétiser par le biais de publicités. En réponse, il a annoncé qu’il ne collectera plus l’IDFA sur ses propres applications sur les appareils iOS 14.

A propos de l’IDFA et selon ce site propre au marketing, les cookies n’existent pas dans l’environnement applicatif (Iphone et Android). Au sein des applications mobiles, l’équivalent du cookie se nomme « device ID ». Il s’agit d’un numéro d’identification unique du terminal crypté, attribué par le système d’exploitation (OS) : IDFA sur iOS et AAID sur Android.

L’énorme avantage du device ID sur le cookie est sa constance, sa persistance dans le temps. Là où un cookie publicitaire a une durée de vie moyenne de 30 jours et un cookie d’analytics entre 180 et 300 jours, les IDFA et les AAID peuvent être actifs tout le long de la vie de votre smartphone.

En effet, il n’est possible de réinitialiser un IDFA ou un AAID que manuellement, dans les paramètres de votre téléphone. Les annonceurs qui possèdent les device ID de leurs clients (et bien entendu l’autorisation de les utiliser pour l’envoi de publicité personnalisée par exemple) ont un canal de contact direct multi-formats avec ces derniers. Ce qui est bien entendu le cas des GAFA et qui explique leurs capacités phénoménales d’adressabilité des consommateurs

Cette lutte pour les outils de suivi et de monétisation entre les géants du numérique va-t-il remettre en cause le modèle économique de Facebook, Apple et Google ?

L’or noir qu’est la donnée personnelle est de nouveau sur la table entre Apple et Facebook.

Il s’agit en fait de nos données personnelles qui vont remettre en cause le modèle économique qu’avaient imposé ces deux grands d’Internet.

On parle ainsi de "plus de 50% de perte de revenus lorsque la personnalisation des campagnes de pub sur mobile est retirée". "En réalité, l'impact pourrait être beaucoup plus important" pour les partenaires concernés, ajoute la plateforme.

Selon la revue Capital, la dernière mise à jour du système d'exploitation d'Apple (iOS) pour ses smartphones, tablettes et l'Apple TV, sous iOS 14, "vous devrez demander leur permission aux utilisateurs pour les suivre sur les applications et sites web détenus par d'autres sociétés", avait prévenu Apple. Le pistage des utilisateurs, grâce à leur identifiant publicitaire unique sur les mobiles, permet de récolter et partager des données sur eux, afin de les cibler avec des publicités personnalisées. C'est l'un des aspects essentiels du modèle économique de Facebook, dont les algorithmes font ce travail de recueil et de traitement des données en profils anonymisés.

En effet, toujours selon le même article, les plateformes du groupe vendent des espaces publicitaires ultra-ciblés à très grande échelle aux annonceurs. Elles fournissent aussi des outils qui permettent de suivre et monétiser ces profils quand ils sortent de Facebook pour aller sur une autre application. Les applis tierces vendent ensuite des espaces publicitaires, tout aussi ciblés, et donc bien plus lucratifs que des annonces génériques, non personnalisées. "iOS 14 va nuire à de nombreux développeurs et éditeurs dans une période déjà difficile pour les entreprises", argumente Facebook. "Nous travaillons avec plus de 19.000 d'entre eux dans le monde et leur avons versé en 2019 des milliards de dollars. Beaucoup de ces PME dépendent de la publicité pour survivre".

Facebook, qui détient aussi, entre autres, Instagram, Messenger et WhatsApp, envisage donc de ne plus proposer ses outils de suivi, ciblage et monétisation aux applications tierces sur iOS 14. Ils continueront de fonctionner sur Android, le système d'exploitation de Google. Les trois voisins de la Silicon Valley s'affrontent régulièrement sur le sujet des données. Apple, qui fait partie des trois premiers fabricants de smartphones au monde, a beaucoup critiqué dans le passé les modèles économiques de Facebook et Google (dont YouTube), qui dominent largement le marché publicitaire mondial.

"C'est un choix stratégique de la part d'Apple. Ils mettent en avant le respect de la vie privée, s'attirent les bonnes grâces des gouvernements et consommateurs et se différencient des autres sociétés qui ne peuvent pas en faire autant à cause de leur dépendance au marché publicitaire", commente Neil Sweeney, fondateur et patron de Killi, une plateforme qui permet à ses abonnés de contrôler et monétiser leurs données numériques.

Il faut se rappeler qu'Apple récupère 30% de tous les abonnements aux applications (téléchargées dans l'App Store). Donc s'ils peuvent améliorer la qualité des applications proposées et promouvoir les transactions, ils sont gagnants sur tous les plans", ajoute-t-il pour l'AFP. Les réseaux sociaux estiment que les utilisateurs préfèrent des publicités personnalisées en fonction de leurs goûts et que la publicité permet de fournir des services "gratuits".

L’entreprise Facebook enfin estime que ce changement pourrait avoir peu d’impact sur les publicités affichées sur ses applications. D’ailleurs, Facebook ne compte pas utiliser les identifiants publicitaires sur ses propres applications sur la nouvelle version du système d’exploitation. En revanche, la mise à jour vers iOS 14 pourrait avoir un impact plus important sur Audience Network. Pour rappel, il s’agit d’un réseau publicitaire proposé par Facebook qui permet aux développeurs d’applications ou de sites tiers de gagner de l’argent grâce à des bannières publicitaires.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 06/09/2020 - 20:21
Qui contrôle les données assène se vérité
Donc la le pouvoir