En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

06.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 15 min 54 sec
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 28 min 2 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 2 heures 1 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 2 heures 16 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 2 heures 36 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 3 heures 17 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 34 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 5 heures 28 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 26 min 34 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 58 min 37 sec
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 2 heures 5 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 2 heures 29 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 2 heures 58 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 3 heures 8 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 3 heures 42 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 5 heures 8 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 34 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 20 heures 55 min
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Corto Maltese : le jour de Tarowean" : Corto avant Corto

Publié le 18 juillet 2020
Retrouvez les "lectures d'été" de Culture-Tops, les meilleures chroniques essais, romans et bandes dessinées des 10 derniers mois. Aujourd'hui, "Corto Maltese : le jour de Tarowean".
Dominique Clausse pour Culture Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Clausse est chroniqueur pour Culture Tops
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Retrouvez les "lectures d'été" de Culture-Tops, les meilleures chroniques essais, romans et bandes dessinées des 10 derniers mois. Aujourd'hui, "Corto Maltese : le jour de Tarowean".

Corto Maltese : le jour de Tarowean
Dessins : Ruben Pellejero, Scénario : Juan Diaz Canales
Editions Casterman, 78 pages, 16 €

RECOMMANDATION

En prioritéEn priorité

THÈME

Canales et Pellejero ont repris les aventures de Corto Maltese, après la disparition du créateur original, l’auteur italien Hugo Pratt. Ce Jour de Tarowean est le troisième album issu de cette collaboration, et il a la particularité d’être le prequel d’une autre aventure de Corto Maltese, la ballade de la mer salée.

Un Prequel est une histoire qui se situe chronologiquement juste avant le récit original. Après ses succès dans le cinéma ou de la série TV, cette pratique devient également un grand classique le Bande Dessinée. On pense en particulier au Bâton de Plutarque, de Sente et Julliard, qui racontait les aventures de Blake et Mortimer, juste avant le mythique Secret de l’Espadon. Le parallèle entre ce Bâton de Plutarque et la dernière aventure de Corto Maltese est d’ailleurs assez évident : deux immenses mythes de la BD, revisités par de nouvelles équipes, respectueuses de l’original, mais qui s’amusent à remonter le temps et à imaginer la vie de ces héros avant leur toute première aventure.

La Ballade de la Mer Salée était donc la toute première aventure de Corto Maltese, parue en France au début des années 70. Ce n’est pas, pour moi, le meilleur album de la série, l’histoire est un peu décousue, le graphisme encore un peu aride, les personnages principaux pas encore totalement maîtrisés, mais c’est celui où Hugo Pratt impose un héros exceptionnel qui deviendra une des icones de la Bande Dessinée moderne. Corto Maltese est d’ailleurs plutôt un anti-héros qu’un héros, se baladant toujours entre esprit chevaleresque et égoïsme désabusé. Ses aventures connaissent un succès planétaire et tout le monde, amateur de BD ou pas, connaît la silhouette de ce capitaine sans navire.

Au début de La Ballade de la Mer Salée, Corto apparaissait attaché à un radeau et balloté par les vagues du Pacifique, sauvé par celui qui sera, tout au long des futures aventures, son ami-ennemi et son miroir négatif, le cruel Raspoutine. Le récit ne donnait presque pas d’explication à cet étrange début d’histoire, et c’est de ce « presque » qu’est parti Canales, le scénariste, pour imaginer pourquoi Corto s’était retrouvé dans cette position inconfortable. Le jour de Tarowean est donc une aventure de Corto qui se termine là où commence celle de La Ballade de la Mer Salée.

POINTS FORTS

Canales réalise un exercice de virtuose, pour bâtir une histoire qui tienne la route, malgré le peu d’indices laissés par Pratt dans sa Ballade : par exemple, dans la ballade, Corto explique à Raspoutine qu’il a été jeté à l’eau par son ancien maître d’équipage, furieux car Corto aurait rompu une promesse de mariage avec sa sœur. Vous découvrirez comment Canales exploite cette anecdote dans Le jour de Tarowean : c’est absolument remarquable. Et tout est à l’avenant, si bien que, lorsque vous arrivez à la fin de cet album, vous n’avez qu’une envie : vous replonger avec délices dans La Ballade de la Mer Salée pour (re) découvrir la suite de l’aventure.

Le dessin de Pellejero est remarquable d’équilibre entre la fidélité au trait d’Hugo Pratt et sa propre originalité. Il réussit la performance de s’approprier le style sans se dissoudre dedans. La façon dont il travaille le noir et blanc, avec ces grands effets d’ombre fait vraiment penser à Pratt, mais la couleur donne ensuite un éclat nouveau aux aventures du célèbre marin.

POINTS FAIBLES

Certaines parties de l’histoire paraissent superflues (comme, par exemple la rencontre de Raspoutine et de la secte de l’ordre du soleil), mais même ce superflu est, d’une certaine façon, fidèle à l’esprit d’Hugo Pratt qui aimait ces digressions étranges.

EN DEUX MOTS ...

Il y a une véritable émotion de Bédéphile à retrouver les origines imaginées d’une histoire qui a bercé notre adolescence, surtout quand ce récit est écrit de nombreuses années après l’original. Cette émotion, je l’ai ressentie pendant la lecture du jour de Tarowean. On retrouve la magie intacte d’un album de Corto Maltese. On le lit, non pas comme un roman fait d’intrigues et de rebondissements, mais comme un poème qui nous transporterait dans un autre monde, plus onirique, voire, parfois, ésotérique. Le jour de Tarowean est un album indispensable pour tous les amoureux de Corto Maltese.

UNE ILLUSTRATION

L'AUTEUR

Juan Díaz Canalès est né en 1972 à Madrid, en Espagne. Il lit très tôt de la bande dessinée avant de s'intéresser au dessin animé. C'est décidé, il en fera son métier : à 18 ans il intègre un studio d'animation. C'est là qu'il rencontrera Guarnido avec lequel il se liera d'amitié. Juan Díaz Canalès restera en Espagne alors que Juanjo Guarnido partira en France travailler aux studios d'animation de Disney. Mais cela ne les empêche pas de réfléchir à un projet de bande dessinée qui prendra forme sous le nom de Blacksad. Une série écrite par Díaz Canalès dans le plus pur style polar noir des années 50. Et, pour moi, un des chefs d’œuvres de la Bande Dessinée.

Pellejero est né à Badalona, près de Barcelone, en 1952. Dessinateur professionnel depuis 1970, il ne se tourne vers la bande dessinée qu’en 1982 avec la publication de Historias de una Barcelona, dans la revue Cairo. Avec Jorge Zentner, il met en images la série Mémorias de Monsieur Griffon, en 1982, puis FM en frecuencia modula, en 1984. En 1985, toujours dans Cairo et en collaboration avec Zentner, il dessine le premier album de la série Dieter Lumpen, qui marque le retour de la grande aventure dans l’ambiance des années 40. En 1996, il publie chez Casterman : Le silence de Malka (Alphart du meilleur album étranger à Angoulême en 1997 et Prix Œcuménique), suivi, en août 1999, de Blues et autres récits.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Corto Maltese
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires