En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

04.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

05.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

06.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

07.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 14 min 52 sec
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 58 min 26 sec
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 2 heures 25 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 4 heures 5 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 5 heures 24 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 7 heures 54 min
décryptage > France
A la guerre comme à la guerre

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

il y a 10 heures 39 min
décryptage > Terrorisme
Nouvelle attaque

Afghanistan : Daech à l’offensive

il y a 11 heures 9 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

il y a 11 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Europe, relance, dettes... L'Allemagne change de politique, plus pour renforcer son rôle de locomotive que pour plaire aux Européens

il y a 12 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 40 min 7 sec
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 1 heure 49 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 3 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 4 heures 50 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 7 heures 16 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 9 heures 26 min
décryptage > Société
Ils ont osé ça

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Société
Réorganisation des entreprises

Open space : la Covid m’a tué

il y a 12 heures 28 min
décryptage > France
Risques à domicile

De Lubrizol à Beyrouth en passant par le pont de Gênes, les leçons des catastrophes sont-elles bien tirées en France ?

il y a 13 heures 8 min
© DR
Michel Lambert je me retournerai souvent
© DR
Michel Lambert je me retournerai souvent
Culture

"Je me retournerai souvent" de Michel Lambert : le peintre des replis de l’âme à l'écriture cristalline

Publié le 16 juillet 2020
Alice Ruffi revient sur le recueil de nouvelles de Michel Lambert, "Je me retournerai souvent", publié aux éditions Pierre-Guillaume de Roux. Cet ouvrage fait partie de la sélection du prix Renaudot 2020.
Alice Ruffi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alice Ruffi, issue d’une famille d’amateurs d’art, est une lectrice passionnée de tous ces auteurs « irréguliers » d’hier et d’aujourd’hui, dont l’écriture nous éclaire et nous transforme.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alice Ruffi revient sur le recueil de nouvelles de Michel Lambert, "Je me retournerai souvent", publié aux éditions Pierre-Guillaume de Roux. Cet ouvrage fait partie de la sélection du prix Renaudot 2020.

Passons passons puisque tout passe / Je me retournerai souvent / Les souvenirs sont cors de chasse / Dont meurt le bruit parmi le vent. Ces vers d’Apollinaire issus d’Alcools forment l’épigraphe choisie par Michel Lambert en ouverture de son nouveau recueil de nouvelles. Huit histoires réunies sous le signe de la mélancolie où l’éternel et douloureux « trop tard ! », se fait écho de l’une à l’autre.

Auteur d’une dizaine de recueils de nouvelles mais également de cinq romans, Michel Lambert privilégie le texte court où il excelle dans l’art de l’ellipse, et où les silences s’immisçant dans des dialogues volontairement ramassés, en disent aussi long. Avec maestria, il transporte le lecteur au coeur de l’action. Car ce n’est pas tant l’intrigue qui l’intéresse mais le mal de vivre incurable dont sont atteints ses personnages et qu’un évènement isolé de leur vie permet de révéler. Des êtres qui se retrouvent soudainement dépossédés d’eux-mêmes, accablés de regrets, de culpabilité lorsque le passé qui leur « collait à la cervelle comme un vieux sparadrap », refait surface leur faisant prendre conscience de leurs désillusions et de leur solitude abyssale : « Mais ce chemin-là, comme tous les autres, était un leurre. Un cul-de-sac » ; « Il allait mourir tous les jours, tout le temps, n’avait plus aucun répit » ; « Transformiste de l’âme capable de changer de sentiment comme on change de chemise »;  « Devant chaque jour dégradé, j’ai l’impression de saluer une défaite personnelle ». Dans son Etude sur le temps humain, Georges Poulet explique qu’un passé révolu réapparaissant, peut procurer une sensation de perte renouvelée car « se souvenir, alors, ce n’est plus abolir l’intervalle, unir le présent à l’existence retrouvée ; c’est, au contraire, prendre la conscience la plus aiguë de cet intervalle. » Le souvenir marque la distance irrémédiable avec ce qui ne peut plus être.

Or ces portraits sans fard, d’une lucidité parfois insoutenable, n’ont pas les traits du désespoir, ni de la tristesse, mais ceux protéiformes de la mélancolie. Cet état instable de l’âme qui a tant fait couler d’encre depuis l’Antiquité et qui, nous le rappelle Yves Hersant dans son anthologie consacrée à l’histoire de la mélancolie, « nomme tour à tour un sentiment vague et rêveur, un malaise existentiel, ou une folie des plus redoutables ». Idées fixes, désirs irrépressibles, dérision, agressivité ou repli sur soi, enthousiasme ou accablement, s’emparent à la fois de ces personnages dont les errances de l’âmes sont exacerbées par les souffrances d’un corps fléchissant sous le lourd poids de l’angoisse et de la peur.

Mais tout n’est peut-être pas perdu. D’une nouvelle à une autre, le ciel est omniprésent. Cette voûte céleste réunissant tous les hommes qui, le temps d’un regard, semblent l’implorer pour se rassurer. Pourtant aucun ciel n’est pareil à un autre : « d’un bleu délavé, légèrement ombré »; « noir, encombré de nuages qui roulaient à toute allure »; « bleu, et jaune là-bas, presque orange et blanc aux confins, strié de filaments roses »; autant de nuances de la mélancolie que la présence du ciel incarne dans son éternelle tension entre lumière et obscurité.

Avec un mélange subtil de gravité et de légèreté, Michel Lambert se fait ainsi le peintre des replis inquiétants de l’âme qu’il met en scène dans une oeuvre atemporelle, portée par une écriture cristalline à la musique feutrée. S’il rehausse à l’aide d’une « touche de désastre » fitzgeraldienne les fêlures de ses personnages, c’est pour mieux éclairer leur souffrance, et lui trouver un sens. Bien que les récits restent en suspens ne nous livrant ni leur vérité, ni leur avenir, une rédemption demeure possible.

Et dans ce corps unique que composent l’ensemble des écrits de Michel Lambert, parsemé de noms d’écrivains ou de peintres, s’esquisse en filigrane le portrait même de l’auteur. Ce tempérament mélancolique de l’enfant de Saturne si bien décrit par les Wittkower, où résident les sources mystérieuses de la force créatrice.

Michel Lambert, Je me retournerai souvent, éditions Pierre-Guillaume de Roux, 208 p., 18€

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires