En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

02.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

03.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

04.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

05.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

06.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

07.

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 13 heures 36 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 15 heures 2 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 15 heures 35 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 18 heures 11 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 18 heures 59 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 20 heures 32 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 21 heures 29 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 21 heures 49 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 21 heures 49 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 21 heures 50 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 13 heures 49 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 15 heures 19 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 16 heures 12 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 18 heures 29 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 19 heures 25 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 20 heures 48 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 21 heures 36 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 21 heures 49 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 21 heures 49 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le français ?

il y a 21 heures 50 min
chained - beloved
chained - beloved
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

Publié le 09 juillet 2020
"Chained / Beloved" de Yaron Shani. "Flic consciencieux et expérimenté, Rashi est en couple avec Avigail dont il attend un enfant. Le jour où il se trouve brutalement mis à pied, il réalise que sa femme lui échappe de plus en plus…"
Dominique Poncet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Chained / Beloved" de Yaron Shani. "Flic consciencieux et expérimenté, Rashi est en couple avec Avigail dont il attend un enfant. Le jour où il se trouve brutalement mis à pied, il réalise que sa femme lui échappe de plus en plus…"

"Chained / Beloved" de Yaron Shani 

Avec ERAN NAIM, STAV ALMAGOR, TAV PATAI…

 

RECOMMANDATION
Excellent

 

THEME
Flic de terrain consciencieux et expérimenté, Rashi  (Eran Naim) est en couple avec Avigail ( Stav Almagor) avec laquelle il espère avoir un enfant. Un jour, à la suite d’une enquête interne déclenchée par la police de Tel Aviv, il se retrouve injustement mis à pied. Cet  effondrement professionnel va s’accompagner, pour lui, d’un autre séisme : fatiguée par les traitements qu’elle suit pour tomber enceinte, sa femme va s’éloigner de lui, jusqu’à la rupture..

 

POINTS FORTS
- La forme du film: Même si Chained sort ce mercredi 8 juillet sur les écrans, et Beloved, le 15,  il s’agit d’un diptyque  dont les deux parties peuvent se voir dans n’importe quel ordre. Car c’est l’ histoire de l’effritement, puis de la désagrégation d’un même couple que chacun d’eux raconte.  Chained est donné du point de vue de l’homme et Beloved épouse celui de sa femme. Si bien évidemment les héros sont les mêmes, on n’a pourtant jamais l’impression d’une redite ou d’un doublon tant Yaron Shani a varié les angles et  les regards. Chained se focalise sur  Rashi  et son lent effondrement, Beloved, sur la douce Abigail qui va donner à faire ressentir comment peut s’installer le désamour d’une femme pour son mari. Chained est direct, linéaire, presque abrupt dans sa narration, Beloved, beaucoup plus nuancé, éclaté  et psychologique. Les deux sont passionnants.

- Comme il l’avait déjà fait pour Ajami, Yaron Shani a fait jouer les deux héros de son histoire par des acteurs non professionnels, qui avaient pour point commun d’avoir vécu, chacun, un peu ce que leur personnage  vit dans le film. Cela donne à ces deux interprètes une spontanéité, une vérité et une fragilité incroyables. La caméra les suit souvent au plus près de leurs corps et de leurs visages, mais pourtant, le spectateur n’a  jamais l’impression d’être transformé en voyeur. C’est du cinéma au scalpel, mais sans intrusion malsaine.

 

POINTS FAIBLES
Aucun.

 

EN DEUX MOTS
Raconter une histoire de plusieurs points de vue n’est pas, au cinéma  une  nouveauté. Ce qui est passionnant ici, dans ce diptyque, c’est son thème, celui du couple, de son usure,  de son implosion ou son explosion ( selon l’angle où se se place). Yaron Shani prend un homme et une femme et il les filme avec tant de compassion et de  précision qu’il atteint l’universel. Il y a du Cassavetes chez ce réalisateur israélien. Et ce n’est pas un mince compliment. On attend avec impatience le troisième volet Stipped. Il devrait sortir à la rentrée.

 

UN EXTRAIT
«  Les cinéastes ont tendance à se concentrer principalement sur des mots et des actions. Je me concentre sur leur origine: les émotions. Les mots et les actions sont facilement feints, pas les émotions, elles ne peuvent pas être écrites ou exécutées car elles viennent de l’inconscient. Elles apparaissent simplement sans intention ni contrôle. Mon but est de trouver des personnes qui peuvent s’identifier profondément aux personnages, puis de les laisser vivre » (Yaron Shani, cinéaste).

 

LE REALISATEUR
Né en 1973, Yaron Shani est diplômé du département de cinéma de l’Université de Tel Aviv. Dès son premier court métrage Disphoria qu’il réalise à trente ans, il expérimente une manière  très personnelle de faire de la fiction: il n’engage que des acteurs non- professionnels qui ont vécu des histoires proches de celles qu’il veut raconter. 

Sinon unique, du moins très peu usitée, cette façon d’aborder la fiction va lui valoir d’être remarqué dès son premier long métrage, Ajami, qu’il co-réalise  en 2009 avec Scandar Copti. Ajami, où l’on voit comment Juifs, Musulmans et Chrétiens arrivent à coexister tant bien que mal, est nominé aux Oscars du meilleur film étranger, reçoit à Cannes le Prix Caméra d’or-mention spéciale, obtient Cinq Oscars israéliens dont celui du meilleur film, et rafle en outre quinze autres prix internationaux.

Quatre ans plus tard, son Life Sentences co-réalisé avec Nurit Kedar remporte le prix du meilleur documentaire au Festival du film de Jérusalem 2013.

Après un silence de sept ans, Yaron Shani fait enfin son retour sur les écrans pour ce dyptique captivant, qui lui vaut une nouvelle fois, des dithyrambes partout où il est projeté.

Et aussi
 

- « Lucky Strike » de Kim Yong-hoon - Avec Jung Woo-sung, Jeon Do-yeon…

Un douanier corrompu, un employé de sauna « dézingué »par ses problèmes familiaux, un prêteur sur gages inquiétant, une hôtesse de bar dépourvue de morale… Normalement, ces personnages  pas bien reluisants n’auraient jamais dû se croiser. A cause d’un sac rempli de billets de banque, ils vont pourtant se rencontrer …Et là, ça va saigner. Arnaques, meurtres, trahisons… au nom de leur rêve d’un nouveau départ, ces affreux sans scrupule vont tout se permettre…

Un an après Parasite, le cinéma sud coréen est de retour  sur nos écrans avec ce thriller adapté d‘un roman japonais  et signé d’un réalisateur dont c’est le premier film. S’il pêche par trop de convention et une narration au début un peu trop compliquée, il réjouit quand même beaucoup par son ironie, son cynisme et sa façon, ludique, de jouer avec les temporalités. Indéniablement,  Lucky Strike amuse. Au  Festival international de Rotterdam, le jury lui avait d’ailleurs décerné son Prix spécial à l’unanimité.

Recommandation: (presque) excellent.

 

- « La Forêt de mon père » de Véro Cratzborn- Avec Léonie Souchaud, Ludivine Sagnier, Alban Lenoir…

Pour avoir décidé de ne plus élaguer les arbres, un jeune bûcheron se fait virer de son job. Peu à peu, ce jeune père de famille qui vit en HLM avec sa femme et ses deux enfants  va perdre les pédales et souffrir d’un délire psychotique tel qu’il va devoir être interné. Bien que très soudée avant ce drame, la famille va se désintégrer…sous le regard de Léonie, la fille aînée..

Après vingt années de courts métrages, la belge Vero Cratzborn passe au long. Avec une bouleversante intégrité, elle traite dans La Forêt de mon père des thèmes qui lui tiennent à coeur depuis toujours, parmi lesquels, la famille, l’adolescence et la désocialisation. On pourra lui reprocher par moments d’être un peu trop démonstrative, mais son réalisme, sa sincérité et la réussite de son casting font oublier ce bémol. En père illuminé Alban Lenoir est très émouvant. Léonie Souchaud, qui joue la fille ainée a une grâce et une présence assez magnétiques.

Recommandation: bon

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires