En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

04.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 6 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 7 heures 23 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 8 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 8 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 9 heures 14 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 10 heures 43 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 12 heures 1 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 12 heures 40 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 13 heures 14 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 7 heures 9 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 7 heures 57 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 8 heures 41 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 9 heures 3 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 10 heures 28 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 11 heures 45 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 12 heures 19 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 13 heures 4 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 13 heures 26 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 14 heures 16 min
Atlanti Culture

"Le tiers temps" de Maylis Besserie : les derniers mois de Samuel Beckett (Prix Goncourt du Premier roman 2020)

Publié le 30 juin 2020
Maylis Besserie a publié "Le tiers temps". "Ce premier roman dévoile un Beckett surprenant, attendant la fin (un comble), devenu pour ainsi dire l’un de ses propres personnages".
Véronique Roland
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Véronique Roland est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maylis Besserie a publié "Le tiers temps". "Ce premier roman dévoile un Beckett surprenant, attendant la fin (un comble), devenu pour ainsi dire l’un de ses propres personnages".

"Le tiers temps" de Maylis Besserie

Gallimard, 192 p, 18 €

 

RECOMMANDATION
Bon


THEME
Samuel Beckett, génie de la littérature, travailleur inlassable et épuisé, attend avec dérision, lucidité et mélancolie sa propre « fin de partie » dans une maison de retraite du XIVe arrondissement parisien, Le tiers temps…

Maylis Besserie prend le pari d’entrer dans la tête de Samuel Beckett et de lui faire tenir le journal intime (fictif) de ses derniers mois. Une entreprise hautement ambitieuse compte tenu de la notoriété et de la complexité de cet Irlandais, francophile, érudit, à l’itinéraire personnel et littéraire singulier. 

Construit en trois parties, l’ouvrage alterne le journal de l’écrivain et les compte-rendus du personnel soignant employé au Tiers temps puis à l’hôpital Sainte-Anne où il mourra en décembre 1989. Entrent ainsi en collision d’un côté la riche perception de l’homme par lui-même, nourrie de l’observation de son environnement immédiat, de toutes ses sensations, de ses souvenirs, de son ironie et de son travail ; de l’autre, l’évaluation médicale, factuelle, qui frappe par sa capacité à ramener un génie au niveau de ses constantes physiques et d’une vie matérielle où les choix se réduisent à « compote ou yaourt, aujourd’hui, monsieur Beckett ? »… 

 

POINTS FORTS
● Dans ce journal fictif, l’auteure ne s’essaie pas à un « à la manière de », objectif impossible qu’elle aurait forcément manqué. Elle choisit de brosser l’auto-portrait du grand Sam qui regarde avec causticité et désolation son corps le lâcher progressivement, et attend la fin en se rappelant les moments, les lieux et les êtres qui ont aiguillé sa vie : on voit ainsi apparaître l’enfant qu’il fut, ses parents – sa mère, surtout --, l’Irlande, la France, sa rencontre déterminante avec James Joyce, qu’il admirera pour toujours, son idylle avec la fille de ce dernier. Et puis, Suzanne, amie de Normale sup qui deviendra sa femme et son soutien, et lui trouvera un éditeur qu’on ne présente plus, Jérôme Lindon. La maison d’Ussy-sur-Marne, son refuge...

● Quelques personnages et des œuvres de Beckett reviennent frapper à la porte. Godot passe la tête, l’évocation confuse de photos (quand la mort est proche) rappelle les photos de famille de  Solo, et la longue réminiscence de Film – court métrage en noir et blanc où Buster Keaton tient le rôle clé-- accompagne les dernières heures d’un Beckett plongé dans le coma profond de la sédation. Ces dernières pages sont, selon moi, les plus réussies. Comme une ultime mise en scène, sans le son, du texte théâtral  La dernière bande. 

Le livre de Maylis Besserie se termine sur un cri que Beckett, au seuil du néant sur son lit d’hôpital, tente en vain de pousser pour avertir les vivants « des dangers de l’obscurité », pour « sonner l’alarme » de la mort prochaine. Superbe.

 

POINTS FAIBLES
● C’est un peu long et la démarche de faire parler une célébrité n’est pas vraiment originale. 

● Les intimes de Beckett trouveront qu’il y a un certain contre-sens à prêter l’écriture d’un journal à un homme qui pensait que le langage est, au contraire, impuissant à rendre compte de soi.

● Enfin, sans faire de Beckett une figure intouchable et sacrée, on est tout de même un peu gêné de ne jamais savoir quels sont les éléments fictifs et quels sont ceux qui ne le sont pas. Comme si une espèce d’imposteur, très renseigné mais imposteur tout de même, parlait à la place de Beckett.

 

EN DEUX MOTS
Un livre un peu long mais bien écrit, qui mêle des éléments biographiques à des faits imaginaires pour raconter les derniers mois de Samuel Beckett à la résidence où il a réellement fini sa vie, avant de mourir à Sainte-Anne. Si on connaît Beckett, on n’apprendra rien mais on le retrouvera sous un autre jour, peut-être avec plaisir, et on appréciera l’écriture de Maylis Besserie. Si on ne le connaît pas, on se laissera émouvoir par la figure tragique, souvent drôle mais jamais ridicule ni pitoyable, d’un vieux monsieur pas comme les autres, désormais seul, face à lui-même, miné par la maladie et confronté à la générosité infantilisante – et même humiliante bien que nécessaire-- de l’accompagnement médical. 

 

UN EXTRAIT
L’infirmière Nadja se promène sur la bande de gazon avec moi (…). Je la sens, quand elle prend mon bras, comme à un vieux mari. Je la sens, lorsqu’elle effleure ma vieille charpente pour l’aider à se mouvoir (…). Que se dit-elle, quand elle prend mon bras inerte et que je la regarde derrière mes grosses lunettes de hibou ? Je ne sais pas. Elle fait son travail. Elle est gentille. Si je l’ennuie, elle ne me le fait pas sentir. Moi, je sens de loin ses cheveux. Je ne m’approche pas – honte de ce qu’elle pourrait sentir. Je laisse pendre mon bras en espérant qu’elle le prenne. Ca n’arrive pas tous les jours.

 

L'AUTEUR
Maylis Besserie est née à Bordeaux et a trente-huit ans. Diplômée de Sciences Po, elle a enseigné le documentaire audio avant de rejoindre France Culture comme productrice. L’Académie Goncourt lui a décerné le prix du Premier roman 2020 en mai.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires