En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

04.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

07.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 58 min 1 sec
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 1 heure 40 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 1 heure 53 min
décryptage > Politique
Il ne vous est pas interdit de rire

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

il y a 1 heure 58 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Racisme : la police au banc des accusés ?

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 12 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 14 heures 18 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 18 heures 53 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 20 heures 42 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 1 heure 30 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 1 heure 47 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Covid-19 : les bons réflexes à avoir en cas de symptômes

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Qui veut risquer sa vie la sauvera (Mémoires)" de Jean-Pierre Chevènement : heureux qui comme Chevènement a eu plusieurs vies dans sa vie en maintenant la même trajectoire. Un panorama exhaustif de l’histoire de notre pays de 1962 à 2019

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 13 heures 18 min
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 17 heures 44 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 19 heures 13 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 21 heures 45 min
Atlanti Culture

La Résistance dans le cinéma français : une vision particulière de Français "très ordinaires" aux prises avec les péripéties de la guerre

Publié le 17 juin 2020
Certains films de René Clément, de Jacques Audiard et de Jean-Paul Rappeneau ont abordé la question de la Résistance.
Françoise Thibaut pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Françoise Thibaut est chroniqueuse pour le site Culture-Tops.   Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Certains films de René Clément, de Jacques Audiard et de Jean-Paul Rappeneau ont abordé la question de la Résistance.

La Résistance dans le cinéma français dans les films de René Clément, Jacques Audiard et Jean-Paul Rappeneau

 

RECOMMANDATION
Bon

 

THEME
La terrifiante Seconde Guerre Mondiale occupe toujours nos esprits et nos mémoires. Le cinéma s’est emparé du sujet sans se lasser à tel point que pendant plusieurs décennies plus de la moitié des productions (surtout US) y étaient consacrées. Cela s’est ralenti avec l’irruption des films (donc des guerres) de science fiction.  Nous avons tous été abreuvés au « tous des héros », « les rois de l’évasion », « collabos et patriotes », « vive la résistance », « le fantastique D Day » ou « l’héroïsme du Pacifique ».

La production française se démarque nettement de ces morceaux de bravoure, en se faisant une jolie spécialité de comédies (parfois dramatiques) légères et subtiles narrant les aventures de Français « très ordinaires » coincés dans les hasards du déluge de feu. Laissons de côté les farces de « La grande vadrouille», « Papy fait de la résistance » ou » la Septième compagnie ». Réfugions nous dans le cocon douillet de vies paisibles, soudain déglinguées par l’irruption de réalités peu avenantes. C’est très français, traité sur le mode léger, même si le propos est grave. C’est donc unique au monde….

Quatre films épatants :

Le Père Tranquille”, scénario et dialogues  Noël Noël, réalisation René Clément  photo Claude Renoir. Noir et blanc. (1h35). Une petite ville du Sud-Ouest en pleine occupation, Monsieur Martin, paisible assureur, se contente de belotes au bistrot et d’une agréable vie de famille. En fait, chef de réseau de la Résistance, il traque et déjoue l’ennemi, guette les messages codés de Londres et les parachutages alliés.
Sorti en 1946, c’est un énorme succès. On est proche de la Libération, et le film (inspiré d’une histoire vraie du maquis du Limousin), séduit pas sa fraîcheur, la drôlerie de nombreuses situations familiales, contrepoids aux exécutions sommaires,  dangers imminents et drames. Irrésistible Noël Noël, Claire Olivier en épouse dorloteuse, Nadine Alari en fille futée, et...José Arthur, tout jeune (il détesta l’expérience) en fils de famille révolté.
Judicieusement restauré en 2004, le film peint une époque disparue à jamais, une France proche de retrouver sa liberté, aimant les confitures, la romance et les jardins.
Dans la collection Classiques du Studio Canal et sur les sites de location à la demande.

Un héros très discret” de Jacques Audiard (1995, 1h40) Prix du meilleur scénario à Cannes en 96). Mathieu Kassovitz, Anouk Grinberg, Sandrine Kimberlain. La voix du récitant, Jean-Louis Trintignant,  illumine le récit, deux épatantes apparitions d’Albert Dupontel. Et la surprenante musique d’Alexandre Desplat.
Albert est un rêveur solitaire, à la mémoire phénoménale, élevé par une mère casse pieds (Danièle Lebrun formidable) Marié à la va vite, il s’ennuie, file à Paris sans un sous, rencontre des concierges crédules,  un militaire compatissant, un collabo « monsieur Jo », apprend tout, retient tout, s’infiltre dans un prestigieux réseau de résistants, devient conseiller de l’Armée, colonel en Allemagne occupée, rencontre l’amour et la vie facile.
C’est une histoire vraie, narrée par Jean-François Deniau (chez Plon/ Presses Pocket). Farce déroutante, parfois tragique, narquoise, souvent poétique, insolente : “les plus belles vies sont celles qu’on invente”. Lorsque la supercherie est découverte, le tribunal militaire embarrassé, condamne ce «héros très discret » pour « bigamie », car il s’est remarié, mais ses 2 épouses seront amies et resteront avec lui...Comme quoi !!!

Et puis deux merveilleux Jean-Paul Rappeneau :

La Vie de Château”, son premier film en 1965, scénarisé par Alain Cavalier et Claude Sautet, dialogues de Daniel Boulanger : quelle équipe ! Musique enveloppante de Michel Legrand (noir et blanc, 1h30). Prix Louis Deluc en 1966.
Printemps 1944 : un château délabré en Normandie,  juste derrière les plages du débarquement. Marie (Catherine Deneuve) a épousé Jérôme (Phillipe Noiret) chatelain désargenté qu’elle traite de « planqué » et s’ennuie. L’occupant prend soudain possession du domaine, où est aussi caché un parachutiste de l’armée de libération. Tous deux tombent - bien sûr -  amoureux de Marie. Un rythme fou, des seconds rôles délirants, Pierre Brasseur, père tonitruant, Mary Marquet  belle mère décoiffante, des soupirants empotés. Jérôme devient un héros le 6 Juin. C’est drôle, plein de grâce et d’élégance, illuminé par une Deneuve au sommet de sa beauté. Le générique, avec ses portraits de Pierre Lhome vaut à lui seul le détour. « Ce film est un miracle » écrivit Louis Malle.

Bon voyage”  de 2003 (1h54) en couleurs, dialogues de Patrick Modiano, belle photo de Thierry Arbogast, subtile musique de Gabriel Yared.
L’histoire est complexe : Adjani superbe écervelée, petite actrice montante, fuit Paris dans le désordre de l’exode, après avoir tué un maître chanteur ; elle fait endosser ce forfait à son éternel amoureux transi, qui,  en prison, est tiré d’affaire par un génial voyou (Yvan Attal épatant). Dans le dernier train pour Bordeaux, ils rencontrent une  jeune fille sérieuse (Virginie Ledoyen) qui essaie de sauver son patron scientifique juif et des bonbonnes d’eau lourde. Tout ce joli monde se retrouve dans un hôtel bondé, à demi transformé en ministère provisoire, on dort dans des dortoirs de lycée, on fraye avec des trafiquants, des ministres (Depardieu génial), un indicateur nazi (Peter Coyote étonnant). Tout finit bien, avec une fuite éperdue vers les derniers bateaux anglais. Au passage, notre étourdie, croise dans un taxi, un général taciturne en route pour l’aéroport et Londres auquel elle souhaite “bon voyage !”.
Un rythme fou, des scènes très drôles, de la bagarre et du rêve, un régal. La fin est très amusante : une dernière surprise…

 

EN DEUX MOTS
Dans  ces films cités (il y en a bien d’autres) on voit un Paris vide ou presque : juste un chien qui passe (Bon Voyage), de rares voitures officielles, quelques vélos. Cela aide à comprendre que le « confinement » récent fut léger, car pour les Français de cette époque, il dura 4 ans… Bon courage, à défaut de Bon voyage…

N.B. Tous les films cités existent en DVD, ou autres supports, ainsi que sur les sites de films à la demande.

 

ET AUSSI 
On peut aussi aller vers le beau Dernier métro de Truffaut (1985), Deneuve et Depardieu magnifiques, Jean Poiret anachronique et drôlissime, ou encore Le Jour et l’heure de René Clément, dialogues de Roger Vaillant (1963, noir et blanc, 1h48). Simone Signoret en ménagère éblouissante, le beau Stuart Whitman pilote américain égaré dans Paris occupé, des seconds rôles épatants, une des premières apparitions de Michel Piccoli. Pas vraiment une comédie, mais assez comique par de savoureuses scènes sur les ambiguïtés de l’Occupation à Paris et en province (Pierre Dux en faux jeton qui change de camp est plus vrai que nature).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires