En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

05.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 10 heures 47 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 11 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 14 heures 24 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 14 heures 35 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 15 heures 35 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 16 heures 42 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 18 heures 2 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 18 heures 24 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 18 heures 28 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 18 heures 28 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 11 heures 18 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 12 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 14 heures 27 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 15 heures 4 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 16 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 17 heures 32 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 18 heures 10 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 18 heures 25 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 18 heures 28 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 18 heures 28 min
Atlanti Culture

"La Miséricorde" de Jean Raspail : magistral, puissant, tout le talent de Raspail est déjà dans ce livre de jeunesse, longtemps inachevé, heureusement enfin édité

Publié le 16 juin 2020
Jean Raspail s'est éteint le 13 juin à 94 ans. Auteur d'une oeuvre foisonnante, il a construit un univers bien à lui, adulé par certains, honni par d'autres. Nous avions en octobre 2019 chroniqué un de ses ouvrages de jeunesse.
François Duffour pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Duffour est chroniqueur pour Culture-Tops et avocat au Barreau de Paris. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Raspail s'est éteint le 13 juin à 94 ans. Auteur d'une oeuvre foisonnante, il a construit un univers bien à lui, adulé par certains, honni par d'autres. Nous avions en octobre 2019 chroniqué un de ses ouvrages de jeunesse.

"La Miséricorde" de Jean Raspail

EQUATEURS 174 p. 18€

 

RECOMMANDATION
Excellent


THEME
Magistral, puissant, tout  le talent de Raspail est déjà dans ce livre de jeunesse, longtemps inachevé, heureusement enfin édité.

Jérome des Aulnais, avocat blanchi sous le harnais et cheminant sans le savoir vers la sagesse que l’âge implique alors qu’elle lui a jusque-là fait défaut, la réussite dans les affaires et le succès auprès des femmes ayant eu raison longtemps de sa compassion pour les autres et de toute forme de modestie, emprunte un jour par hasard le chemin d’une abbaye au cœur de laquelle un prêtre quasi-anonyme dispense le sacrement de Pénitence. Il opposera toutes les réticences légitimes à cet exercice que personne ne lui impose, sinon lui-même dans une quête de vérité participant au premier degré de l’exercice narcissique ou d’une psychothérapie de confort, pour cheminer ensuite vers l’idée de la nécessité du « pardon », guidé et dispensé par une main puissante et supérieure dont l’abbé se définira comme le simple et modeste ambassadeur.

Cette confession met en scène et confronte l’avocat-pécheur et son confesseur qui le guide dans sa démarche expiatoire, alors qu’il a lui-même et dans sa jeune vie de prêtre commis un crime affreux ayant défrayé la chronique judiciaire et menacé un peu plus la digue du célibat des prêtres.

 

POINTS FORTS
- Les quelques personnages du roman avec un premier prix à l’évêque, Monseigneur Anselmos, intelligent et bonhomme, qui va, au-delà de ses manières simples, empreintes d’une modestie inversement proportionnelle à son statut,  donner à son vicaire et ses abbés une leçon magistrale sur l’appréhension de l’âme humaine, le combat contre les préjugés, la distance respectable à prendre avec la hiérarchie, le tout au service d’une seule cause, exclusivement généreuse, la miséricorde dont tout homme doit selon le dogme profiter, dans son sens nécessairement biblique, celui de l’accession à l’amour du Dieu qui pardonne.

- Si ce n’est l’objectif ainsi défini, le discours du prélat pourrait être enseigné à tous les jeunes managers, tant il exprime la saine bienveillance inlassablement invoquée aujourd’hui, galvaudée et finalement si artificiellement pratiquée.

- La description très savoureuse des bourgs et des villages placés sous l’autorité de l’évêque, la confrontation des bigotes, des laïcs confirmés et autres bouffeurs de curé dans une France rurale et révolue qui sait quelquefois dépasser sa chapelle pour un moment de concorde mariale et républicaine à la fois.

- Une belle langue, choisie, directe, pertinente et souvent poétique.

 

POINTS FAIBLES
Aucun sinon le thème qui peut en rebuter plus d’un, tant l’idée de la confession et du pardon peuvent véhiculer d’oppositions légitimes, l’absolution qui en constitue l’épilogue sécrétant le pharisianisme et autres hypocrisies humaines. 

 

EN DEUX MOTS
Un ouvrage magistral et puissant dans lequel l’auteur affronte la souffrance de celui qui a enfreint la loi, celle de Dieu ou celle des hommes et qui doit survivre à cet affront.

D’autant plus remarquable que Jean Raspail confesse en publiant ce livre l’avoir entrepris jeune et bien avant ses premiers succès littéraires, être revenu à plusieurs reprises sur son ouvrage pendant près de 30 ans pour le laisser finalement inachevé et plonger le lecteur devant un abîme de réflexion, à égalité avec l’auteur.

Une invitation à relire Bernanos et son «Journal d’un curé de campagne» pour appréhender la misère des hommes et celle du prêtre confrontés à leur propre dénigrement et à la dissipation de toute espérance, Zola et « La faute de l’Abbé Mouret» pour comprendre la rupture de l’engagement de l’homme d’Eglise et encore parmi les auteurs contemporains, Grégoire Delacourt dans « Mon père » et sa magistrale démonstration d’un pardon sollicité par un prêtre pour le crime commis par un autre.

 

UN EXTRAIT
“Ma place est dans le confessionnal où je ne suis  qu’un instrument adapté au cadre stable et délimité du sacrement de pénitence qui est pour chacun de ceux qui s’y présentent un périple spirituel intime et un acte de volonté qui n’ont nullement dépendu de moi. Rien de plus simple. J’écoute, j’aide aux travaux de déblaiement, je parle de miséricorde, j’encourage et j’absous. Il n’est rien d’autre que je m’autorise à dire, sauf à préciser, avant de refermer le guichet, que ce n'est pas moi qui absous, mais Dieu, si la contrition est sincère. Vous savez toute cela mieux que moi…. “

 

L'AUTEUR
Jean Raspail est né en 1925. Il a tardé à embrasser le métier des lettres pour lequel il avait pourtant une inclination spontanée et parcouru le monde avant d’écrire, comme un anthropologue, nourrissant sans doute et ainsi ses récits à venir, utopiques et voyageurs. Il a reçu d’innombrables prix pour ses ouvrages et aussi pour son œuvre, ainsi le Grand Prix du Roman de l’Académie Française mais jamais le Goncourt, le Femina ou autre Renaudot.

Le « Camp des Saints », son ouvrage emblématique considéré par certains comme prémonitoire, traite notamment de l’immigration de masse dont les naufragés de Lampedusa aujourd’hui pourraient être les héros ou les victimes

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cmjdb
- 17/06/2020 - 10:31
LE CAMP DES SAINTS
La lecture de cet ouvrage prémonitoire de Jean Raspail s'impose en ces temps