En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

03.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

04.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

05.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 2 heures 58 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 10 heures 4 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 10 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 10 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 10 heures 59 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 11 heures 31 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 12 heures 34 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 13 heures 50 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 14 heures 12 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 14 heures 28 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 9 heures 52 sec
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 10 heures 15 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 10 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 10 heures 56 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 11 heures 11 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 11 heures 53 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 14 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 14 heures 22 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 14 heures 35 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Nouvelle organisation du travail

Pire que l’absence de souveraineté numérique, les fragilités digitales françaises révélées par le coronavirus

Publié le 03 juin 2020
Le télétravail imposé par le confinement a mis en évidence les mille et une défaites de compétences chez les salariés, au niveau des structures publiques comme privées.
Frédéric Lefret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Lefret est enseignant de marketing digital politique à l'Efap (L'école des nouveaux métiers de la communication)  et consultant en communication politique.
Voir la bio
Bruno Walther
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Walther est un entrepreneur et un spécialiste de l'Internet français. Il est co-fondateur et CEO de Captain Dash. En janvier 2010 il abandonne la présidence d'OgilvyOne pour créer avec Gilles Babinet une start-up, CaptainDash focalisée sur la Big...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le télétravail imposé par le confinement a mis en évidence les mille et une défaites de compétences chez les salariés, au niveau des structures publiques comme privées.

Atlantico.fr : Avec le coronavirus, des milliers de travailleurs français ont dû s'adapter au télétravail. Près de vingt ans après l'avènement du numérique, quelles failles du système français cette nouvelle organisation du travail a-t-elle révélé ? 

Frédéric Lefret : C’est une faille d’abord idéologique avant une faille technique.

On peut catégoriser les salariés en 3 groupes. 

Ceux travaillant dans des entreprises où la nomadité numérique est la règle, chez qui le confinement n’a eu que peu d’impact.

Ceux éloignés des accès numériques de part leur localisation ou le type de travail.

Ceux que je nomme les paradoxes, qui bien qu’ils soient suréquipés au niveau digital dans leur bureaux n’ont pas pu devenir nomade numérique.

En effet, depuis de nombreuses années l’idéologie dominante pour ce dernier groupe repose sur le fait qu’un salarié travaillant à distance, travaille moins, mal et surtout qu’il n’est pas possible de « contrôler » ce qu’il fait.

Concernant la faille technologique, c‘est à dire la non préparation dans l’entreprise au nomadisme avec une absence d’ordinateur portable, des serveurs pas assez puissant pour une connexion externe et une sécurisation des entrées externes pour éviter le piratage.

Enfin, des connexions à domicile ne supportent pas un télétravail important.

Bruno Walther : C’est incroyable que la France ait attendue une crise sanitaire et 2020 pour comprendre que nous pouvions travailler sérieusement et efficacement à distance. Les Français plébiscitent le digital. Ils l’utilisent en permanence. Les succès d’audience des sites comme le bon coin, marmiton le démontre tout les jours. Même dans le domaine de l’intime les Français ont compris que pour trouver un compagnon une App pouvait être plus efficace qu’un bal de village. 

Mais les entreprises françaises, elles, sont très en retard. Elles restent dans le dogme du travail au bureau. C’est comme si elles avaient besoin de contrôler par une forme de présencialisme que les salariés sont bien derrière leur poste de travail. Nous payons là une société de la défiance, du contrôle. Les enterprises investissent dans des locaux, dans des salles réunion mais très peu investissent dans des outils technologiques pour augmenter la productivité numérique de leurs collaborateurs. 

Résultat : les Français ont deux cerveaux digitaux. Le premier, qu’ils utilisent dans leur vie personnelle, est hyper digital, le deuxième, qu’ils utilisent pour bosser est archaïque et peu productif. 

C’est un probable de schéma mental qu’il faut totalement réinventer. Les entreprises doivent comprendre qu’un salarié est payé pour faire un travail et pas pour faire de la présence. 

Comment expliquer un tel un retard ? Est-il spécifique à la France ?

Frédéric Lefret : Ce retard est lié pour beaucoup à une rigidité du travail en France que ce soit juridique ou culturel concernant le télétravail.

Ce n’est pas culturellement accepté par la société et rien n’est organisé comme des centres de télétravail au départ de lignes de transport en commun en grande banlieue ou en milieu rural notamment.

Les pays où les conditions climatiques sont parfois extrêmes on contraint les entreprises à s’adapter.

Même avec de grandes grèves de transports ou d’épisodes de canicule, l’adaptation a été plutôt de suspendre le travail et de reprendre comme avant dès la fin des grèves ou des conditions climatiques.

Bruno Walther : Ce retard s’explique par des freins culturels. C’est le cas des vieux pays latins qui font peu confiances aux individus. Les Espagnols, les Italiens sont encore plus en retard que nous. 

En France nous payons une forme d’analphabétisme numérique qui a plusieurs facteurs.

Premièrement la haute administration et une partie des cadres dirigeants des grandes entreprises françaises n’ont pas compris que nous étions au vingt-et-unième siècle. Ils n’ont pas réellement changé leurs modes de travail. Ils font traverser les océans à des collaborateurs pour pouvoir discuter avec eux en face à face ou passe leurs temps dans des avions, ce qui est non seulement insensé en terme écologique mais absurde en terme d’organisation du travail. Ils imposent aux administrations ou aux entreprises qu’ils dirigent leurs modes d’organisation archaïques. 

Deuxièmement en France nous pensons le travail en terme de présencialisme. C’est un peu comme si je vendais mon temps de cerveau disponible de 9H00 à 18h00 à mon entreprise. On laisse très peu d’autonomie et de capacité d’auto-organisations aux équipes. Il est temps d’en finir avec cette vision archaïque et enfermante du travail. Les entreprises devraient laisser une capacité d’auto organisation à leurs collaborateurs. Ce qui compte à la fin de la journée c’est la qualité du travail pas la quantité d’heures passées derrière un bureau ou en réunion .

Troisièmement nous n’accompagnons pas assez les plus fragiles à apprendre à s’organiser et à utiliser les technologies pour être plus efficace. 

Quel est l'impact économique du manque d'adaptabilité des Français face au télétravail ?

Frédéric Lefret : La perte peut-être facilement évalué. 

Pour toutes les personnes qui pourraient travailler en partie à distance et qui se déplacent longuement pour travailler c’est un nombre d’heures perdues considérable, une empreinte écologique qui pourraient être meilleure, une fatigue moindre des salariés…Bref, tout cela pourrait concourir à une productivité plus forte et une meilleure qualité de vie au travail.

Pour se faire, il faudrait une volonté de rendre le télétravail attractif avec des formations aux outils due télétravail, un aménagement technologique des postes de travail mais aussi une confiance réciproque entre salariés et employeurs sur le travail en distanciation.

Bruno Walther : Il est colossal. Pour la collectivité d’abord avec ces transhumances folles où des dizaines de millions passent des heures dans les transports alors qu’ils pourraient probablement rester chez eux plus souvent. C’est des milliards d’euro d’infrastructures que nous pourrions économiser. Pour les familles où le temps passé dans les transports se fait au détriment du temps passée à l’éducation de ses enfants. Pour les entreprises enfin où il y a là une opportunité massive de compétitivité qui est abandonnée parce qu’on refuse de faire confiance aux salariés. Harvard évalue le potentiel de productivité salariale perdue par les entreprises américaine entre 15 et 20 %. C’est massif. 

Le télé travail est probablement la plus grosse réserve de compétitivité en France. Laissez aux salariés et aux fonctionnaires la liberté de s’organiser en leur fournissant un peu de moyen pour s’équiper d’un espace de travail à domicile efficient et vous boosterez la productivité française.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Papy Atlantico
- 03/06/2020 - 11:51
Arrivé à la 10ème faute d
Arrivé à la 10ème faute d'orthographe, j'ai interrompu ma lecture.
JBL
- 03/06/2020 - 11:33
Les crises
La finalité des crises est souvent de permettre ce qu'il est difficile d'imposer dans la continuité normale de l'entreprise. Mais l'objectif des commentateurs seraient plutôt de rendre possible ces évolutions avant les crises !!! Parce que commenter les trains qui n'arrivent pas à l'heure, chacun sait faire. Le télétravail n'est pas si simple. C'est d'abord très technique, et ça ne concerne, le plus souvent que les cadres. Dans le secteur bancaire, depuis très longtemps, la cadres ont accès à leur messagerie. Avoir accès à tout le système de la banque, demande une grosse infrastructure. Et il y a plus grave. La technique Internet, le plus souvent gérée par Orange, et à laquelle se rattache tous les opérateurs est de médiocre qualité, dès qu'on sort du centre ville, et pas très loin, le débit est lamentable. La guerre entre les opérateurs assure un SAV médiocre. Parfois 2 mois, pour un rétablissement de ligne. Souvent la visioconférence est impossible. En 20 ans, rien n'a vraiment changé, à part ceux qui ont la fibre. Et en attendant la 5 G, déjà dépassée, il ne se passera rien. Ensuite, le télétravail va supprimer l'esprit d'équipe. Et là, tout reste à inventer sur ce point.

J'accuse
- 03/06/2020 - 10:04
Pas qu'en France, pas que dans le privé
Pourquoi les organisations internationales (ONU, OMS, UE) maintiennent-elles de gigantesques salles de réunion dans de gigantesques locaux ?
Pourquoi les rencontres internationales (G7, G20, COP, FMI) donnent-elles lieu à des déplacements ?
Pourquoi les parlementaires (nationaux, européens) doivent-ils débattre et voter dans leurs hémicycles ? Pourquoi élus, assistants et fonctionnaires ne travaillent-ils pas de chez eux ?
Pourquoi les conférences de presse des élus ne se font-elles pas par vidéo ?
Pourquoi les conseils des ministres ne se tiennent-ils pas en visioconférence ? Même question pour les conseils municipaux, départementaux, régionaux.
Ça ferait pourtant d'importantes économies d'argent public et de fortes réductions des pollutions. Oui mais chez ces gens-là, c'est toujours les autres qui doivent économiser (pour payer les taxes) et moins polluer.