En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

03.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

07.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 48 min 19 sec
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 1 heure 34 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 1 heure 59 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 3 heures 51 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 18 heures 8 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 20 heures 12 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 21 heures 9 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 22 heures 53 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 1 heure 16 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 1 heure 49 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 2 heures 9 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 2 heures 25 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 3 heures 3 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 4 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 18 heures 55 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 20 heures 44 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 22 heures 30 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 23 heures 6 min
© Capture d'écran // France Culture
© Capture d'écran // France Culture
Atlantico Litterati

"Briser en nous la mer gelée” ( Gallimard) d’Erik Orsenna, de l’Académie française : les délicates hypothèses de l’âme humaine

Publié le 29 décembre 2019
L’académicien Erik Orsenna ( pseudonyme emprunté à Julien Gracq et à son « Rivage des Syrtes »), publie le 2 janvier « Briser en nous la mer gelée » (Gallimard).
Annick Geille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’académicien Erik Orsenna ( pseudonyme emprunté à Julien Gracq et à son « Rivage des Syrtes »), publie le 2 janvier « Briser en nous la mer gelée » (Gallimard).

Prix Goncourt 1988 avec «  L’Exposition coloniale »/Seuil/), académicien au fauteuil du Commandant Cousteau,Erik Orsenna  a publié une quarantaine d’ouvrages ; scientifique expert des équilibres environnementaux,  cet écrivain possède à la fois l’esprit de géométrie et celui de finesse, qu’aiguisent une vaste culture et une curiosité de journaliste. Or, ce 2 janvier, Erik Orsenna publie son meilleur livre. « Briser en nous la mer gelée » (cf. Franz Kafka). Le sous-titre de cette fiction pourrait être : « Qu’est ce que l’amour ? Erik Orsenna ne se  prive pas, en effet, d’insérer, entre les  chapitres du roman, des réflexions théoriques sur l’attachement amoureux. Depuis « Vie secrète » de Pascal Quignard, nous savons que tout est bon dans un bon roman, pourvu qu’il soit bon justement : récit, Histoire, journal de bord, notes de musique, sans oublier ces illustrations dont nous gratifie l’auteur. On peut dire que « Briser en nous la mer gelée » a non seulement compris son époque, mais qu’il la précède presque en offrant à ses lecteurs un livre aussi gai que profond.Profond, car le mystère est grand concernant nos sentiments. Qu’est-ce, en effet, que cette révolution  survenant en nous lorsque nous tombons amoureux ?Voici, Par exemple une réaction de l’écrivain Sylvia Plath ( qu’Orsenna cite avec dévotion) dans son unique roman : « La cloche de détresse » : 

"J'ai respiré un grand coup et j'ai écouté mon vieux coeur fanfaron. Je vis, je vis, je vis, vis".

« Je vis, je vis, je vis ! » pourrait dire Orsenna–très en forme- s’il voulait définir son narrateur. Gabriel est vivant en effet, et l’auteur sait faire passer ce souffle de vie en chacune de ses pages . Quittant le  monologue intérieur de ce narrateur, Erik Orsenna observe (avec pudeur, ce qui est plaisant) les réactions des protagonistes, tels qu’ils se débattent sous nos yeux, comme des poissons pris dans les filets, agités –je dirais propulsés- qu’ils sont  par le plus complexe, le plus banal, quoique le plus mystérieux des ressorts  : le sentiment amoureux.Mais qu’est-ce au juste que l’amour à l’épreuve du mariage et /ou de la durée, et que devient- il dans cet espace imparti qu’est le champ littéraire ? Pour nous permettre de saisir toutes les  subtilités de "Briser en nous la mer gelée", souvent léger-  voire drolatique, le roman avance masqué- tels les Chérubins et Colombines de Marivaux- avec deux niveaux de lecture, ce qui n’est pas le moindre de ses charmes). Pour en savourer les nuances ( premier niveau de la fusée : les enjeux à l’œuvre entre Gabriel et la femme qu’il aime, second étage : la question de l’amour dans la littérature,  la musique, l’Histoire et le monde d’aujourd’hui). Théories et mise en pratique souvent amusantes, car l’auteur jamais ne se prend au sérieux tout en remettant une copie admirable de naturel, à force de travail). Nul besoin de relire Augustin Caron de Beaumarchais. En effet, l’académicien du fauteuil 17 vient de lui consacrer un essai : « Beaumarchais, le chevalier de la liberté (2019/Stock). « En même temps » (expression fatiguée,mais qui s’impose ici) qu’Erik Orsenna nous offre « Briser en nous la mer gelée », le roman du désamour- où Cupidon  finira par triompher des glaces du détroit de Béring –- l’auteur publie une sorte d’ hommage  à l’inventeur du marivaudage.

Extrêmement facétieux et doté d’un esprit qui fait de tous ses dialogues les meilleurs ( cf. rapidité + efficacité) de la production littéraire contemporaine ( sans oublier Patrick Besson) Erik Orsenna a songé- aux rebondissements qui fondent le rythme chez Beaumarchais.

Acte 1 .Coup de foudre, demande en mariage, emménagement, tout va bien pour les amoureux, semble-t-il : « Gabriel »(prénom récurrent  des narrateurs d’Orsenna) est ingénieur, une pointure en ce qui concerne l’eau ( fleuves, sources, écluses, barrages etc..) La cinquantaine, il vit seul à Paris.« Suzanne » (  prénom emprunté à Beaumarchais), qui a de grands enfants, est vétérinaire, spécialiste des chauves-souris.

Acte 2 Mariage, trois ans passent Paris, et de moins en moins de choses se passent bien ( le roman prend souvent à témoin la Juge aux affaires matrimoniales du Palais de Justice,  qui prononcera le divorce des ex amoureux. « Ce n’est rien d'entreprendre une chose dangereuse, mais tout d'échapper au péril en la menant à bien »,recommande Beaumarchais. Les périls nés de la  différence des milieux, religions, opinions, professions,expériences et caractères, etc., ne sont pas seuls en cause. L’auteur attribue au narrateur une faiblesse invisible : « Dès que la possibilité d’un amour se profilait à l’horizon (…) « je me faisais toujours aussi peu confiance ». Gabriel est un être complexe. Sa météo amoureuse exige un minimum de précipitations :  pas de calme plat, mais une guerre feutrée, où niche et renaît le désir.  C’est l’une des qualités du roman que cette  exposition de la psyché d’un homme amoureux. Erik Orsenna en profite pour évoquer sa science du féminin, respect inclus.D’où,par exemple: «  La véritable obsession des femmes c’est le temps. (…)qui les rend moins belles. Pardon pour cette généralité, d’ordinaire je les hais, mais toutes les femmes que j’ai à ce jour rencontrées n’ont qu’un rêve : arrêter les horloges ». )  « Il faut souffrir ce qu'on ne peut empêcher », dit encore Beaumarchais. Le narrateur  d’Erik Orsenna souffre donc et consulte. La scène du psy est typique du ton adopté par Erik Orsenna :

 « Tout le monde sait que tu continues d’aimer Suzanne et que son absence te torture »,  déclare, en fin de séance «  le psy-réparateur » à Gabriel. Le patient affiche un sourire (cf.  preuve de son courage viril ,croit-il NDLR )

-Au lieu de sourire, si j’étais toi, j’essaierais la tristesse.

-Et que m’apporterait la tristesse ?

-Des vacances. Rien n’est plus reposant que de vivre sa vie. Sa vie et pas une autre. A vendredi.

Du coup, le patient adresse au psy- cette lettre: «   Tu as raison, la tristesse est une demeure, ma demeure. Je me réjouis de l’explorer. Je reprendrai contact avec toi une fois parvenu au bout du voyage. Avec gratitude. G 

Souvent,  le roman donne   à percevoir, par le tempérament et les pensées du narrateur,  une vérité inconsciente de l’auteur. Avec cette fiction faussement gaie, tendance mélancolique, Erik Orsenna fait sa déclaration d’amour à la littérature ( celle-ci étant sa vie). Il rend aussi hommage à  sa passion pour la « Géographie » (l’espace tient un rôle vital de « Briser en nous la mer gelée) », puisque le couple navigue d’un appartement parisien étouffant à la froidure métaphorique du détroit de Béring,  où le narrateur -divorcé contre son gré- voyagera  d’abord seul. Ces étendues glacées du Grand Nord seront- paradoxalement- terres de feu, patries brûlantes et volcans réanimés de l’amour perdu et retrouvé. Suzanne ré-apparaît dans ce désert de glaces. L’enfer fond, il fait bon et tout redevient normal en cette miraculeuse réunion .Le narrateur a eu chaud !

L’historien des lettres Gustave Lanson (1857-1934 )notait dans son « Histoire de la littérature française «   Ce sont de délicates hypothèses de l’âme humaine que l’œuvre [de Marivaux] explique avec une étonnante sûreté. » Et que son biographe, le romancier Erik Orsenna, met en scène avec la même sûreté dans « Briser en nous la mer gelée ». Le temps est à l’œuvre ici comme principe premier et cause des désordre (s) dans le couple. Qu’est ce que le temps dans « Briser en nous la mer gelée » ? Tout, absolument tout, comme dans la réalité. Un « temps long », qui concerne tous les mariés de France et leur devenir éventuel ( 45 % des mariages finissent par un divorce). Le calvaire de l’amoureux ( Barthien) abandonné fait penser au  parcours narratif  qu’organisent, autour de l’amour, et de ses mystères, ou de son impossibilité, des experts tels que Stendhal ou Albert Cohen. « De l’amour », avec la formule de la cristallisation, et « Belle du Seigneur », ou l’amour à l’épreuve de la durée, s’imposent après lecture de ce beau roman d’Erik Orsenna

En apparence «  grand public », « Briser en nous la mer gelée » réchauffera  tous les cœurs, même ceux que glace la sentimentalité. En effet, l’humour, la fantaisie  et le second degré agitent en permanence pages et phrases d’Orsenna, comme le font les alizés à la surface de ces mers que chérit l’auteur ;  courants d’air salés qui donnent à ce récit - parfois loufoque- du naufrage d’un couple, puis de sa rédemption, la profondeur d’un conte philosophique. 

Devenu un personnage de ce roman, l’écrivain et éditeur Jean-Marc Roberts (+) dit au narrateur Gabriel, lors d’un déjeuner au Récamier, à Paris, dans le 75006 : « Le bonheur n’est pas le bon terreau pour un grand livre ». Vu  le happy end de « Briser en nous la mer gelée », ce fut la seule erreur de Jean-Marc concernant la littérature, et ceux qui la font. Encore une réussite  de « Briser en nous la mer gelée » que ce Prince des Lettres tant aimé, qui redevient vivant.

Dans la  réalité, Jean-Marc concluait toujours ses SMS, depuis son lit d’ hôpital par : «  Nous serons toujours beaux et vaillants ». Il l’est resté dans nos imaginaires.

« Briser en nous la mer gelée » par Erik Orsenna de l’Académie française/ Gallimard, 454 pages/ 22 euros

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires