En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

05.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

06.

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

07.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 3 heures 31 min
pépite vidéo > Environnement
Filière menacée
Pesticides : une dérogation accordée par le gouvernement pour sauver la culture de la betterave
il y a 5 heures 3 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le singe prend un bain et quand Mademoiselle souffle vingt bougies : c’est l’actualité aoûtienne des montres
il y a 6 heures 19 min
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 8 heures 56 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 10 heures 4 sec
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 12 heures 48 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 14 heures 15 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 15 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 1 jour 2 heures
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 4 heures 10 min
Liban
Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions
il y a 5 heures 47 min
pépites > France
Enquête
Incendie à Anglet : un mineur de 16 ans mis en examen pour "destruction volontaire"
il y a 8 heures 13 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 9 heures 36 min
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 13 heures 5 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 13 heures 58 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 14 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 1 jour 1 heure
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 1 jour 2 heures
Atlanti Culture

"L'homme désincarné, du corps charnel au corps fabriqué" : ... réincarné par Syvliane Agacinski

Publié le 24 octobre 2019
Marine Baron pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marine Baron est chroniqueuse pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

"L'homme désincarné, du corps charnel au corps fabriqué" de Sylviane Agacinski

Gallimard, 42 pages, 3.90 euros

 

RECOMMANDATION
Excellent


THÈME
L’homme s’est toujours rêvé désincarné, les traditions philosophiques et religieuses ont souvent séparé l’âme humaine de son corps. Cependant, alors que « même les Chrétiens sont devenus dubitatifs quant à la résurrection des corps, […] l’espoir de se délivrer de la chair n’a pourtant pas disparu ».  Et c’est aujourd’hui, en quelque sorte, la « puissance technoscientifique » qui fait naître l’espoir du salut.

Il ne s’agirait plus de soigner mais d’augmenter le corps, de maîtriser sa création même. Dans ce cadre, Sylviane Agacinski dénonce les dérives de ce qu’elle nomme la fièvre productiviste qui s’empare de nos sociétés : alors que « personne n’accepte de donner un rein à un inconnu » et que pratiquement « aucune femme n’accepte de porter gratuitement un enfant à la place d’une autre », se développent actuellement « des marchés du corps humain, licites ou illicites ». Sylviane Agacinski compare notamment la gestation pour autrui à une nouvelle forme de violence faite aux femmes, voire à une réduction en esclavage. 

 

POINTS FORTS
- Une argumentation rigoureuse et documentée. Les références littéraires et philosophiques, nombreuses et variées, servent des développements précis. D.H. Lawrence, Arendt, Canguilhem, Weil, Weber, Lévi-Strauss, ou encore le « Je n’ai pas un corps, je suis un corps » de Merleau-Ponty scandent une réflexion bien menée, dans un texte court mais riche, notamment, de ses sources. 

- Une pensée cohérente qui sert indéniablement la démonstration du texte. Que l’on partage ou non les positions de Sylviane Agacinski, on ne peut que remarquer, par exemple, que cette dernière critique, en somme pour la même raison, à savoir la considération du corps d’autrui comme un moyen, la procréation médicalement assistée, la gestation pour autrui, mais aussi le don d’organe rémunéré ou la prostitution. Alors même que certains polémistes défendent la légalisation de cette dernière tout en s’insurgeant, avec une crédibilité très relative, contre la gestation pour autrui au nom du respect de l’intégrité du corps des femmes, Sylviane Agacinski assume avec sincérité une réflexion honnête et logique. 

- Une écriture de très grande qualité, à la fois efficace, fine et précise, analysant les formulations citées pour en tirer des concepts et y analyser une forme de pensée. Par exemple, le fait de ne plus dire d’un homme qu’il est mort d’une maladie grave mais « par manque d’un greffon » est perçu par Sylviane Agacinski comme le signe d’un changement de concept de la maladie, de la médecine, à travers une exigence induite de productivité des moyens de guérison. 

 

POINTS FAIBLES
- On pourrait peut-être opposer à Sylviane Agacinski deux ou trois arguments contredisant l’évolution de « l’homme moderne » vers un marché du corps humain vue en tant que mal contemporain. En effet, si l’on met sur le même plan la GPA, l’esclavage et la prostitution, force est de constater que la traite légale des êtres humains ou le « plus vieux métier du monde » ne datent précisément pas d’hier, ce que l’auteur reconnaît d’ailleurs.

En outre, est-ce vraiment parce que « l’infertilité n’est plus acceptée aujourd’hui » que l’on a recours à la GPA ? N’est-ce pas plutôt parce que personne, auparavant, n’en avait tout simplement la possibilité ? La question serait donc, et sans doute, beaucoup moins une question d’évolution contemporaine de l’état d’esprit que d’évolution de moyens. Par ailleurs, l’évolution de la société contemporaine vers la négation de la différence entre les sexes peut être fort relativisée, à une époque où, par exemple, 97% des richesses mondiales sont détenues par des hommes et où les différences de traitement entre hommes et femmes sont encore criantes. Enfin, la possibilité de « sauver de grands prématurés » ou de guérir des maladies graves à l’aide de techniques d’externalisation peut se poser comme remettant en cause une vision de la désincarnation vouée à l’augmentation de l’humain et non aux soins. 

 

EN DEUX MOTS 
Un pamphlet sincère et rigoureux sur un sujet d’actualité brûlant, qui vaut incontestablement le détour. 

 

UN EXTRAIT
« Le rêve de surmonter les limites de l’existence charnelle, de s’évader de son corps ou d’en acquérir un autre, est peut-être aussi vieux que l’homme lui-même. Bien des fables et des mythes antiques en témoignent. « L’homme doit faire acte de s’incarner, écrivait Simone Weil, car il est désincarné par l’imagination. » La question du rapport de l’homme à son corps est plus que jamais la nôtre. C’est une question politique dont nos lois se saisissent périodiquement. Car l’homme des Temps modernes s’est convaincu qu’il n’était rien d’autre qu’un produit de sa culture et de ses techniques. Il se veut le fabricant de lui-même et de ses descendants, grâce aux biotechnologies — et grâce à l’usage de ressources biologiques d’origine humaine. Aux dépens de qui ? À la veille d’un débat au Parlement, et alors que la « bioéthique » semble perdre tout repère, il me semble important de considérer la dimension morale et sociale d’un productivisme inquiétant, étendu à la vie elle-même ». p 3.  

 

L'AUTEUR
Sylviane Agacinski, née en 1945, est agrégée de philosophie. Elle a notamment dirigé le Collège International de Philosophie et a enseigné à l’EHESS. Elle a écrit une quinzaine d’ouvrages, dont « Critique de l’égocentrisme » (1994), "Métaphysique des Sexes" (2005) ou encore « Le tiers-corps : réflexions sur le don d'organes » (2018). 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires