En direct
Best of
Best of du 23 au 29 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Jugement
Agression des policiers à Viry-Châtillon : 10 à 20 ans de réclusion pour 8 accusés, 5 personnes acquittées
il y a 2 heures 13 min
pépites > Justice
Fichée S
Ultra-gauche : une militante a été écrouée pour avoir espionné des policiers
il y a 5 heures 13 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 4 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 9 min
pépites > Justice
Riposte judiciaire
Alexandre Benalla a décidé de porter plainte contre X dans l'affaire de l'enregistrement clandestin diffusé par Mediapart
il y a 8 heures 58 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le délicieux malheur français" de Denis Olivennes : la mélodie du malheur, notre berceuse préférée

il y a 9 heures 21 min
pépite vidéo > Défense
Futures missions à mener
Opération Barkhane : Emmanuel Macron va réunir le G5 Sahel à Pau
il y a 10 heures 45 min
pépites > Social
"Le mur du 5 décembre"
806.000 manifestants pour la première journée de mobilisation à travers le pays contre la réforme des retraites
il y a 11 heures 40 min
décryptage > Santé
Alimentation

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

il y a 12 heures 59 min
décryptage > International
Sommet sous tension

Otan : Emmanuel Macron et Donald Trump, convergences dans l'incohérence

il y a 13 heures 52 min
décryptage > International
Daphne Caruana Galizia

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

il y a 14 heures 25 min
pépite vidéo > Politique
5 décembre
Jean-Luc Mélenchon salue le "grand progrès" et "l’humanisme" de Marine Le Pen pour sa position sur la grève
il y a 3 heures 16 min
pépites > International
Chambre des représentants
Procédure de destitution contre Donald Trump : Nancy Pelosi demande que soit rédigé l'acte d'accusation
il y a 5 heures 31 min
light > Sport
Répercussions
Le joueur légendaire Marco Van Basten a été retiré du jeu FIFA 20 "jusqu'à nouvel ordre" après son dérapage nazi
il y a 7 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Prince Igor"d'Alexandre Borodine : Le Prince Igor rentre au répertoire de l'Opéra National de Paris

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Léonard de Vinci" au Louvre : ode à Léonard

il y a 9 heures 31 min
décryptage > Politique
Ça va faire des vagues...

La tempête sociale du 5 décembre : Macron nous invite "à prendre la mer"

il y a 11 heures 4 min
décryptage > Economie
Campagne mouvementée ?

Pourquoi la présidentielle complique la guerre commerciale sino-américaine (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour l’Europe)

il y a 12 heures 42 min
décryptage > France
Economie française

La solution à la récession ? L’optimisme

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Environnement
Pas grand chose à voir avec l'environnement

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

il y a 14 heures 9 min
décryptage > France
Décision

Un office national de lutte contre la haine ou le dernier exemple en date du renoncement politique face à la montée de la violence

il y a 14 heures 40 min
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

Publié le 20 octobre 2019
André Suarès compte parmi les écrivains les plus importants de la première moitié du XXe siècle et pourtant son nom reste encore trop méconnu. Alice Ruffi revient sur la publication de "Miroir du temps", un panorama complet de sa pensée, aux éditions Bartillat.
Alice Ruffi, issue d’une famille d’amateurs d’art, est une lectrice passionnée de tous ces auteurs « irréguliers » d’hier et d’aujourd’hui, dont l’écriture nous éclaire et nous transforme.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alice Ruffi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alice Ruffi, issue d’une famille d’amateurs d’art, est une lectrice passionnée de tous ces auteurs « irréguliers » d’hier et d’aujourd’hui, dont l’écriture nous éclaire et nous transforme.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Suarès compte parmi les écrivains les plus importants de la première moitié du XXe siècle et pourtant son nom reste encore trop méconnu. Alice Ruffi revient sur la publication de "Miroir du temps", un panorama complet de sa pensée, aux éditions Bartillat.

En cette rentrée littéraire sans surprises où le roman en surproduction sature les librairies, la qualité des ouvrages étant sacrifiée au profit du nombre de ventes, la parution d’inédits d’André Suarès (1868-1948) ne passe pas inaperçue. Car lire Suarès aujourd’hui nous apporte une véritable bouffée d’oxygène dans cette époque consensuelle, et désormais régie par des lois liberticides. Nul n’est moins dogmatique que lui et sa liberté d’esprit irrigue toute son oeuvre comme chacun des textes réunis dans Miroir du temps. Ces portraits d’écrivains, de musiciens, de peintres ou de saints, ainsi que ces réflexions sur la musique, la poésie, la peinture ou la mystique, sont d’une profondeur d’analyse et d’une sensibilité rares que Suarès façonne sans se soucier des genres. Il invente sa propre forme où tout s’enchâsse : « Je ne sais pas conter : peindre est seulement mon fait. » 

L’écrivain nous livre ainsi des portraits saisissants où Bach « semble improviser et il élève des temples sublimes »; « Molière c’est la force du mouvement »; le style de Montaigne « est comme une eau de vertu plastique à nulle autre pareille »; Dostoïevski « plonge tout dans la conscience, par une démarche naturelle de son génie »; et sainte Thérèse d’Avila est « une palombe qui a une tête et une envergure d’aigle ». Le ton est parfois imprévisible et lapidaire mais la langue est toujours portée par un style direct, éloquent, cadencé au rythme de sa grande passion pour la musique, et d’un éclat qui traduit son goût pour la grandeur. Sous une forme volontairement fragmentaire, l’écrivain emploie toute l’effervescence de son verbe à forger les armes nécessaires au lecteur pour se rendre libre : « Il ne faut pas me lire pour me suivre, mais pour se mettre en route ». La liberté est son étendard. Le courage, sa devise : « En avant, encore et toujours ».

La publication de Miroir du temps aux éditions Bartillat, représente une occasion précieuse de découvrir cette pensée d’une inventivité débridée et salutaire. Mais l’importance de cette édition, établie avec persévérance et rigueur par Stéphane Barsacq, réside également dans la sélection de textes inédits ou inaccessibles, qui témoigne aussi bien de l’ampleur des thèmes abordés par Suarès que de son immense culture. Cet ouvrage rend sa juste place à un écrivain qui reste encore de nos jours, méconnu. En effet, bien qu’appartenant à la génération de Romain Rolland, Claudel, Gide ou Valéry, ses amis et condisciples, son nom a été passé sous silence malgré une oeuvre prolifique. Parmi les raisons de cet oubli, sa dénonciation virulente qui arrive très tôt et avant tout le monde, des régimes totalitaires ainsi que du rôle dominant de la finance. Pointant ainsi du doigt les illusions donc les erreurs, des uns et des autres. Son regard prophétique lui a valu la mise à l’écart. À défaut de succès, l’oeuvre de Suarès eut pourtant une influence fondamentale sur la génération suivante, notamment auprès d’André Malraux ou de Gilbert Lely. 

Dans sa préface, Barsacq nous éclaire sur un aspect essentiel à la compréhension de cet esprit inspiré : son exubérance est l’expression d’une « faculté sans équivalent à inventer la scène d’un théâtre baroque du Moi où la fable du monde se dit et, loin de tout illusion, se délivre de soi. » Par sa force de caractère, Suarès opère sur lui-même une constante métamorphose lui permettant de se réinventer à chaque fois qu’il entre en dialogue avec l’un de ces grands créateurs qu’il a choisis, et de mieux pénétrer leur oeuvre. Il se fait tour à tour le contemporain de Shakespeare, de Dante, de Goethe, de Chateaubriand, de Léonard de Vinci, de Saint Augustin, de Bossuet ou de Spinoza. D’un texte à l’autre, il nous donne à voir une grande fresque de l’âme humaine colorée de ses émotions, car « c’est du coeur que l’harmonie s’élance ». Cette vision du temps sans dates où la contemporanéité d’oeuvres de tout époque est rendue possible, constitue l’une de ses grandes intuitions. Là, réside peut-être sa principale originalité.

S’il est un écrivain inclassable, Suarès est surtout un poète de la mystique : « Un être sans mystique n’est pas la marque d’une raison droite, mais d’un esprit borné et mécanique, privé d’antennes sur la vie. » Il s’agit dans ce flux créateur permanent, de se rendre maître de sa conscience afin que sa vie tende pleinement à l’oeuvre d’art. Barsacq nous précise en effet que l’idée de perfection intérieure est au coeur de sa création. Son aspiration première étant celle d’accéder à un état de grâce, ce qui nécessite un dépouillement de soi. Tels les statuaires des cathédrales dont on connaît pas leurs noms, il se place en retrait et n’a que faire de la gloire puisque « une noble vie doit se vouer à la création, et finir à la sainteté. » 

André Suarès, Miroir du temps, édition établie par Stéphane Barsacq, éditions Bartillat, 2019, 25 euros.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires