En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

03.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 11 min 52 sec
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 20 min 24 sec
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 2 heures 2 min
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 2 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 13 heures 43 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 14 heures 19 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 17 heures 43 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 18 heures 37 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 19 heures 16 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 17 min 50 sec
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 55 min 29 sec
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 1 heure 35 min
décryptage > Terrorisme
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

il y a 2 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 13 heures 55 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 17 heures 21 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 18 heures 16 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 19 heures 2 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 20 heures 15 sec
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

Publié le 17 octobre 2019
Il est rare d’être intrigué par le titre d’un livre. Quand on tombe sur l’ouvrage que nous offre Norbert Hillaire, c’est le cas. La réparation dans l’art.
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il est rare d’être intrigué par le titre d’un livre. Quand on tombe sur l’ouvrage que nous offre Norbert Hillaire, c’est le cas. La réparation dans l’art.

On s’interroge. Il y a quelque chose de triste dans la notion de réparation. On pense à une brisure, à une cassure. Il y a aussi quelque chose de mécanique. C’est une machine que l’on répare, grâce à une opération technique. Quand on lit l’ouvrage extrêmement original de Norbert Hillaire, on change d’avis.  

Il est beau que quelque chose soit réparable. Loin d’être la preuve d’une fragilité, cela prouve plutôt une intégrité  profonde que la réparation révèle. En outre, briser un silence pesant, l’indifférence ou la médiocrité, c’est libérer et de ce fait non pas casser mais réparer. Pour revenir à l’harmonie de ce qui est fondamentalement, il faut une brisure. C’est ce que suggère Norbert Hilaire en nous le donnant à penser. 

Au-delà du visible, il y a l’invisible. Si le visible est ce que nous sentons de façon immédiate et utilitaire, l’invisible est ce que nous sentons en profondeur à partir de notre être comme de ce qui est. Relation d’être à être, il est ce qui nous permet de sentir en relevant de la sensation originelle. Quand nous sentons ainsi, nous sommes habités par l’existence au sens fort et nous habitons celle-ci. C’est ce que l’art recherche. « Nous ne sommes pas au monde » dit Rimbaud. « La vraie vie est ailleurs ». L’art qui nous emmène du visible à l’invisible à travers nos sensations profondes, nous met au monde en nous faisant renouer avec la vraie vie. 

Il est toujours bouleversant d’effectuer un tel pasage.  On était dans une vie qui n’était pas habitée. Soudain, on s’ouvre à une vie habitée. Cela marque un avant et un après. Il y a là quelque chose d’irréparable au sens lumineux. Sans le savoir, du fait qu’elle n’était pas vécue, notre vie était brisée. Brisant cette brisure, la sensation lumineuse que provoque l’art répare notre vie brisée en la remettant debout.  D’où le lien que l’on peut établir entre brisure, réparation, temps et être. Quand on est dans l’être qui est la vie pleinement habitée, cette ouverture brisant   la lourdeur qui pèse sur nous, nous découvrons la vie réelle avec des avants et des après, c’est-à-dire du temps réel.  Nous comprenons la métaphysique et la morale. 

 Le fait que l’existence existe est un fait inouï, proprement unique  qui marque un avant et un après. Voir la réalité ainsi relève de la métaphysique et  la vivre ainsi de la morale.  Vivons la réalité  métaphysiquement et moralement. On crée un bouleversement créateur. C’est ce que signifie la brisure réparatrice.   Lorsque celle-ci brise, elle n’est pas tant blessure que ce qui prévient toute blessure.  Bouleversant toute indifférence afin d’installer le règne du vivant, elle se situe avant le couple brisure-réparation. Mystiquement, c’est ce que signifie la miséricorde divine ainsi que le salut. 

Lorsque Dieu crée le monde, il ne le crée pas, il le sauve, le sauver ne consistant pas à venir après sa brisure pour réparer celle-ci mais avant.  Ce geste est appelé  miséricorde. Terme trompeur. Qui dit miséricorde dit  misère et souvent misérabilisme. La pitié peut être dangereuse, rappelle Stefan Zweig. On se complaît souvent dans le misérabilisme. 

Dieu ne vient pas après la catastrophe mais avant. Il n’attend pas que le monde soit perdu pour le sauver. Quand il crée le monde il le crée comme étant fondamentalement ce qui peut être sauvé. Comprenons la réparation en ce sens. On commence à voir se lever un coin du voile qui recouvre le mystère de l’art et de la création. 

Les artistes pourquoi font-ils de l’art ? Pour retrouver quelque chose de perdu, dit-on. Superficiellement, c’est vrai. Dans la vie quotidienne nous ne voyons pas le monde ni les autres, ni l’existence, rappelle Bergson. Il n’y a rien d’étonnant à cela. À force de vouloir vivre nous ne voyons plus la vie et nous ne savons plus vivre, En nous incitant à regarder les choses et les êtres pour eux-mêmes, l’art nous permet de retrouver la vie perdue que nous devrions vivre et que nous ne savons pas vivre. Toutefois, cela ne va pas au fond des choses, l’art apparaissant comme réparation de la brisure ordinaire alors qu’il va plus loin. 

Jacques Derrida a écrit un essai brillant intitulé La pharmacie de Platon dans lequel il rappelle le génie de Socrate avant de le déconstruire.  Socrate, souligne-t-il,  a fait de la pensée un remède qui passe par le poison.  Il a pensé que la pensée brise, mais pas suffisamment.   Pour Jacques Derrida toutefois Socrate ne va pas assez loin. Son approche est trop idéale. Cet idéalisme vient de ce qu’il est marqué par le mythe d’un Logos originel transparent. Il rêve d’une réparation idéale. Pour Jacques  Derrida il faut aller au-delà de ce mythe en déconstruisant la notion de Logos originel. 

   Jacques Derrida ne veut pas d’une brisure qui répare. Il veut une brisure qui ne répare pas, la pensée étant dans la pensée quand, à travers l’intellectuel hypercritique, elle pratique une révolution permanente de type  anarcho-trotskyste. Farouchement opposé à toute métaphysique il est dans le « faire » de l’action militante. Attitude violente que l’on retrouve dans la problématique de l’art contemporain. 

Aujourd’hui, tous les artistes travaillent la question de la blessure.  Une grande partie d’entre eux se reconnaît  dans la déconstruction militante en pratiquant une blessure permanente  et agressive. D’où la violence de cet art et son cercle vicieux. Plus il est violent, plus il lui faut réparer le monde. Plus il lui faut  réparer le monde, plus il est violent. Cet art militant n’a pas compris ce qui brise vraiment le monde de façon créatrice. Il n’a pas assez pensé Socrate et le Logos originel. Il existe toutefois un art qui le pense.    Pour Norbert Hilaire cet art s’exprime sous trois formes.  

La première est l’art dit primitif qui renvoie à l’art non européen, manifeste dans l’art japonais ou chinois. Nous sommes fascinés par le calme émanant des peintures qu’on y trouve. Rien d’étonnant à cela. Celles-ci pratiquent une blessure irréparable de notre inertie, de notre lourdeur et de notre indifférence en provoquant une résonance infinie avec l’être. Elles sont l’être en montrant la vie dans sa splendeur avant toute brisure et toute réparation. 

Cet art de l’irréparable créateur se retrouve dans tout ce qui, comme la marque Hermès  fait vivre l’élégance et le raffinement, en se reconnaissant dans cette formule de Robert Dumas, l’un de ses fondateurs : « Le luxe est ce qui se répare ». Formelle étonnante. Le luxe n’est-ce pas ce qui n’a jamais été cassé ? Un objet réparé a moins de valeur qu’un objet intact, pensons nous.  Justement non. Quand une chose est belle et de qualité elle peut toujours le redevenir. Ce n’est pas parce qu’elle est cassée qu’elle est vouée à devenir un déchet. Le beau même cassé ne part jamais à la casse. Il demeure toujours beau et la réparation fait ressurgir le beau qui, étant fondamentalement, est et sera toujours. L’irréparable créateur parle d’une intégrité originelle avant le temps, ses brisures et ses réparations. Le fondamentalement réparable qui définit le luxe parle de la même chose. 

Enfin, il y a la réparation au sens mystique et pas simplement artistique ou esthétique. Toute la kabbale hébraïque se fonde sur l’idée du tikhun ou retour, terme que l’on traduit par rédemption. La création est si belle qu’elle peut, comme l’objet de luxe,  être réparée. C’est ce que veut dire le retour ou tikhun. Message d’espoir renversant.  Dans la kabbale l’accès au retour  est décrit par l’arbre des sefirots, arbre de la connaissance au sein duquel trois éléments jouent un rôle central : la rigueur din, la miséricorde hessed et la beauté tiferet. La rigueur et l’amour s’opposent comme le parfait et l’imparfait. Quand ils se réconcilient ils donnent non pas le beau mais le plus que beau, beau inouï brisant de façon créatrice le beau statique. Brisure sublime qui emmène vers le haut, libère, délivre, donne du souffle comme l’art colossal   d’Anselm Kiefer. 

Les artistes qui se hissent au niveau de la brisure réparatrice sont des virtuoses. Dans cet ouvrage hors du commun par sa culture époustouflante, Norbert Hillaire démontre que ceux qui savent la penser et la donner à penser sont également des virtuoses.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mta
- 17/10/2019 - 13:04
Merci Monsieur Bertrand
Merci Monsieur Bertrand Vergely, Vous êtes un virtuose de la pensée partagée. Un texte à lire comme on se sustente et comme ça fait du bien !