En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

07.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 11 heures 44 min
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 13 heures 35 min
pépites > Justice
ENM
Eric Dupond-Moretti propose l'avocate Nathalie Roret pour diriger l'Ecole nationale de la magistrature
il y a 15 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 16 heures 52 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 17 heures 19 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 18 heures 43 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 19 heures 42 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 20 heures 21 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 20 heures 55 min
light > Culture
Bilan inquiétant
Journées du patrimoine : la fréquentation en net recul suite à l'impact de la crise sanitaire
il y a 12 heures 49 min
pépites > Santé
Briser les chaînes de contaminations
Coronavirus : de nouvelles mesures de restrictions vont être appliquées à Lyon
il y a 14 heures 6 min
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 16 heures 9 min
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 16 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 17 heures 1 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 17 heures 39 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 19 heures 10 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 19 heures 55 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 20 heures 50 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 21 heures 25 min
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

Publié le 14 octobre 2019
Grand choc de la compétition, réalisé par le « primo réalisateur » québécois Guillaume de Fontenay, Symphonie pour le Diable rafle la mise... Ainsi se termine la sixième édition du festival du film international de Saint-Jean de Luz, l'occasion d'en faire un bilan.
Dominique Poncet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Grand choc de la compétition, réalisé par le « primo réalisateur » québécois Guillaume de Fontenay, Symphonie pour le Diable rafle la mise... Ainsi se termine la sixième édition du festival du film international de Saint-Jean de Luz, l'occasion d'en faire un bilan.

Clap de fin hier soir pour le sixième Festival du Film International de Saint-Jean-de-Luz qui, sans compter de nombreux films en avant-première, mettait en compétition dix longs métrages et huit courts, venus du monde entier, qui avaient tous comme particularité d’avoir été réalisés par des cinéastes dont c’était le premier ou le deuxième film.

Si, certaines années, le jury peine à départager les lauréats, celui de cette édition, placé sous la présidence bienveillante et avisée de la cinéaste Catherine Corsini (Un amour Impossible) a plébiscité d’une seule et même voix Symphonie pour le Diable du cinéaste québécois, Guillaume de  Fontenay. Il faut dire que ce film, adapté du livre éponyme du journaliste canadien Paul Marchand sur son expérience de correspondant de guerre pendant le siège de Sarajevo, aura été le choc de ce festival. En 1h42 d’une intensité folle, non seulement il décrit, sans aucun relâchement, les horreurs de ce siège mais il donne en plus à comprendre ses enjeux politiques, intimes et ethniques. C’est à la fois bouleversant, édifiant et bluffant de vérité. Tout a été reconstitué et pourtant, ce film en forme de chronique a la force d’un documentaire. Un documentaire qui aurait été  réalisé dans l’urgence par ce témoin privilégié que fut Paul Marchand, à l’époque, figure majeure du reportage de guerre. Un homme à la fois révolté et romantique, pressé et scrupuleux, taiseux et grande gueule, et, en l’occurrence, dans cette mission, désespéré du désintérêt des autorités internationales pour le conflit de Sarajevo.

 

Cadrages magnifiques, montage d’une précision chirurgicale, image à la fois sépia et granuleuse, ambiance sonore qui fait imaginer le hors-champ… Symphonie pour le Diable est en son genre un petit chef d’œuvre dont on sort d’autant moins indemne qu’il est porté, dans le rôle de son témoin récitant, par un Niels Schneider à la fois tendu, fiévreux et électrique, habité comme jamais, et dans celui de son photographe, par un Vincent Rottiers exceptionnel lui aussi de sincérité et de vivacité.

En une mise, Symphonie pour le diable a réussi rafler le Grand Prix, le Prix du Jury Jeunes, le Prix du Public et le Prix de l’interprétation masculine pour  Niels Schneider. Quatre trophées pour une seule œuvre… Dans l’histoire du Festival de Saint-Jean-de-Luz, cela ne s’était jamais vu !  Belle reconnaissance pour un film qui fut porté pendant quatorze ans par son réalisateur (sortie en salles le 27 novembre prochain).

 

Autre long métrage récompensé hier soir, La Nuit venue. Dû lui aussi à un « primo-réalisateur », le français Frédéric Farrucci, il s’agit d’un film noir sur une des mafias les plus discrètes et les plus impitoyables de Paris. Dans un Paris nocturne et interlope splendidement filmé, il raconte les déambulations  de Jin, un jeune immigré sans papiers que la mafia chinoise oblige à conduire, sous haute surveillance, un VTC équipé de fausses plaques d’immatriculation. Cela, en remboursement d’une dette. Une nuit, la route de Jin va croiser celle de Naomi, une call girl envoûtante. Un drame mettra fin, brutalement, à leur cavale… Porté par deux acteurs formidables d’intensité, de sensualité et d’abandon, Guang Huo (un néophyte !) et Camélia Jordana, (dont on n’a pas fini de célébrer les talents d’actrice) La Nuit venue a très justement obtenu le Prix de la Mise en Scène, et aussi celui, tout nouveau, de la Musique Originale, récompensant ainsi le musicien électro Rone, dont la partition, à la fois douce et obsédante ajoute encore à l’atmosphère envoûtante de ce très beau  film. (Sortie en salles début 2020).

Made in Bengladesh de Rubaiyat Hossain avait ouvert la compétition, mais malgré la force des films qui ont suivi, aucune autre actrice n’a pu faire oublier aux jurés la subtilité de l’interprétation de Rikita Shimu. La jeune comédienne joue, avec un entêtement tranquille, l’ouvrière maltraitée d’une fabrique de vêtements qui va réussir à faire trembler sa direction en montant un syndicat. (Sortie en salles le 4 décembre 2019).

 

Arrivé in extrémis dans la compétition, Noura rêve de Hinde Boujemaa, le drame d’une femme mariée dans une Tunisie macho et rétrograde, est reparti avec une mention spéciale pour sa comédienne principale, Hend Sabri.

 

Si Symphonie pour le diable n’avait pas suscité un tel raz de marée, d’autres films auraient mérité de figurer au palmarès. Notamment Jeunesse sauvage du français Frédéric Carpentier, pour son portrait, à la fois si solaire et si réaliste, de la jeunesse vaurienne des villes portuaires du Sud. (Sortie début 2020). Notamment aussi, Freedom de l’australien Rodd Rathjen, qui dénonce les trafics de migrants en Asie. Avec une économie de moyens exceptionnelle, un scénario imparable et un sens du cadre étonnant, ce film retrace l’histoire d’un jeune garçon de quatorze ans qui  s’étant enfui de son Cambodge natal dans l’espoir de mieux gagner sa vie, va se retrouver sur le bateau d’un esclavagiste. Ce film est d’autant plus édifiant qu’on estime à 200 OOO le nombre de personnes subissant ce genre d’existence de misère.

 

Pour la sixième année consécutive, le Festival du Film International de Saint-Jean-de-Luz placé sous la  sagace direction artistique de Patrick Fabre-Cat a réussi son pari : nous faire découvrir, en six jours, sur un même écran, grâce aux regards aiguisés de dix cinéastes d’horizons différents,  les soubresauts, les horreurs et les beautés du monde.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires