En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 6 min 46 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 2 heures 43 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 3 heures 40 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 5 heures 2 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 12 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 9 heures 3 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 9 heures 4 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 9 heures 5 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

il y a 9 heures 6 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 22 heures 8 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 1 heure 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 2 heures 49 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 4 heures 24 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 6 heures 47 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 9 heures 4 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 9 heures 5 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 9 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 21 heures 37 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 23 heures 2 min
© Patricia De Melo MOREIRA / AFP
© Patricia De Melo MOREIRA / AFP
Bras de fer

Google contre les éditeurs de presse : et si le cynisme n’était pas là où on croit

Publié le 01 octobre 2019
Google a provoqué un véritable tollé en refusant de rémunérer les éditeurs de presse pour l'utilisation d'extraits de leurs contenus.
Pierre Bentata, Fondateur de Rinzen, cabinet de conseil en économie, il enseigne également à l'ESC Troyes et intervient régulièrement dans la presse économique
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Bentata
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Bentata, Fondateur de Rinzen, cabinet de conseil en économie, il enseigne également à l'ESC Troyes et intervient régulièrement dans la presse économique
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Google a provoqué un véritable tollé en refusant de rémunérer les éditeurs de presse pour l'utilisation d'extraits de leurs contenus.

Atlantico : Que montre cette volonté de Google d'aller au bras de fer avec le gouvernement et le monde médiatique français ? L'hégémonie de Facebook et Google peut-elle être contrée ?

Il y a selon moi deux raisons qui expliquent la réaction de Google. La première est stratégique: dans le contexte actuel de multiplication de propositions ayant pour objectif affiché de s'attaquer aux grandes entreprises du numérique, Google se doit d'aller au bras de fer pour montrer que les entreprises ne se laisseront pas faire. Dans le cadre des droits voisins, il est clair qu'en se soumettant benoitement à la pression des éditeurs de presse français, puis européens, Google prend le risque de voir émerger partout dans le monde des lois similaires. A terme, cela pourrait devenir un véritable enjeu financier pour l'ensemble du groupe. 

Au-delà de la question stratégique, la raison la plus profonde et la plus légitime est d'ordre économique. En refusant de rémunérer les éditeurs de presse pour l'utilisation d'extraits de leurs contenus, Google veut démontrer l'hypocrisie des arguments utilisés par les éditeurs de presse et les contraindre à révéler le véritable motif de leur action: la plupart des éditeurs de presse n'ont pas su s'adapter au développement d'internet et ils sont aujourd'hui à la recherche d'argent. C'est une logique de lobbying bien connue en économie, qu'on appelle "le deep pocket argument": les groupes de pression bien organisés, comme le sont les éditeurs de presse, ont tout intérêt à convaincre les décideurs politiques de récupérer l'argent dans les poches des entreprises les plus riches plutôt que de faire des efforts pour s'adapter à des changements économiques. 

D'après une étude publiée dans le Monde, la perte de revenus des éditeurs français liée à l'omniprésence de Google et Facebook dans le marché publicitaire est ainsi estimée entre 250 et 320 millions d'euros par an. Comment peut-on mesurer la balance couts/bénéfices des moteurs de recherches sur la presse en ligne ?

J'aimerais bien avoir accès à la méthodologie de ce rapport, car les résultats sont totalement opposés aux conclusions de la littérature scientifique. L'idée soutenue dans ce rapport, ou du moins, telle qu'interprétée par les éditeurs de presse est que Google News détournerait les internautes des sites des éditeurs de presse, les privant ainsi d'importantes recettes publicitaires. L'argument économique implicite est que plus les internautes se renseignent sur Google News, moins ils visitent les sites des éditeurs. Il y aurait un jeu de vase communiquant dans lequel le trafic serait détourné des sites de la presse pour aller vers Google News. Si tel était le cas, les éditeurs auraient raison de se plaindre de l'impact négatif généré par Google. 

Mais ce n'est pas le cas! Les études économiques, que j'ai référencées dans un rapport publié par la Fondation Concorde sur le sujet, (https://www.fondationconcorde.com/wp-content/uploads/2019/02/Presse-et-agrégateurs-de-contenus.pdf) observent que les agrégateurs de contenus - et particulièrement Google News - génère du trafic vers les sites des éditeurs de presse référencés. Cela tient au comportement des internautes qui ne se contentent pas de lire les extraits disponibles sur Google News mais cliquent vers la page du site de l'éditeur. Ainsi, être référencé par Google News permet d'augmenter le trafic d'au moins 14% vers le site de l'éditeur. 

Google News a donc une activité complémentaire des éditeurs de presse. Puisque les éditeurs de presse gagnent du trafic et des recettes publicitaires grâce au référencement, il n'y a aucune raison économiquement légitime pour bénéficier d'une rémunération supplémentaire. Et c'est bien cela que Google démontre en refusant de rémunérer le référencement: les éditeurs de presse qui se plaignent d'être référencés "gratuitement" mais refusent de ne plus être référencés démontrent qu'ils bénéficient déjà de Google News, et que leur action ne vise qu'à obtenir des fonds indus!

En 2014, suite à la volonté de l'Espagne de faire passer une loi similaire, Google avait purement et simplement fermé Google News, ce qui avait eu un impact dévastateur pour la presse en ligne. Peut-on imaginer une telle mesure de Google en France ? Comment la France et l'Europe pourraient-ils rétorquer face à une telle action ?

Vous avez raison. Cette confrontation a déjà eu lieu en Espagne, en Belgique et en Allemagne, et chaque fois le résultat a été le même: quelques jours après avoir été déréférencés les éditeurs de presse ont abandonné leurs réclamations à être rémunérés et ont accepté d'être référencés sans contrepartie. Et encore une fois, cette réaction ne tient pas au pouvoir de Google mais bien au fait que les éditeurs de presse perdaient du trafic et donc des recettes publicitaires en abandonnant le référencement, ce qui prouve que Google News a un impact positif sur l'activité des éditeurs de presse. 

Alors peut-on imaginer la même chose en France? Bien sûr. Pourquoi Google se priverait d'éduquer un peu les éditeurs et les législateurs à la réalité de l'économie? Et si vous avez compris mon propos, vous conviendrez qu'il n'y a aucune légitimité à tenter de contraindre Google. Cela n'a pas de sens économique et ne peut qu'effrayer les autres agrégateurs de contenus et plateformes de partage qui bénéficient à la presse. Selon moi, les gouvernements européens devraient plutôt abandonner cette stratégie contreproductive. Quant aux éditeurs de presse, ils devraient accepter que leurs difficultés ne sont pas liées à Google ou à d'autres entreprises. Leurs recettes publicitaires ont commencé à s'effondrer en 2000, au moment de la démocratisation d'internet, et bien avant l'apparition des réseaux sociaux ou de Google News! C'est tout le modèle économique qui doit être repensé, la qualité des contenus doit remonter en gamme et les stratégies de financement doivent être réinventées. En refusant cette réalité, les éditeurs de presse ont tout à perdre puisque leur aveuglement les conduit actuellement à tenter de survivre aux crochets des entreprises florissantes. En économie, cela s'appelle des "prêts zombies", et ça n'augure rien de bon pour le secteur. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 01/10/2019 - 17:07
Gonflée, la presse !
Ce sont les journaux qui devraient rémunérer Google pour être référencés. Ils pourraient donc remercier le moteur de recherche de le faire gratuitement au lieu de lui réclamer un argent qu'il ne leur doit pas.
Il ne faudrait pas sous-titrer "Google contre les éditeurs" mais "les éditeurs contre Google". Google ne fait que se défendre contre des revendications délirantes, et n'attaque personne. Au contraire, il laisse les journaux libres de décider s'ils veulent continuer à bénéficier de la pub gratuite de Google ou s'ils préfèrent s'en passer.