En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

03.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

04.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

07.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 4 min 53 sec
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 39 min 53 sec
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 1 heure 1 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 1 heure 45 min
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 2 heures 27 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Education
Dévoiement

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

il y a 2 heures 48 min
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 16 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 16 heures 43 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 18 heures 24 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 11 min 5 sec
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 40 min 19 sec
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 1 heure 15 min
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 2 heures 8 min
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Apple, LVMH et Airbus restent les trois entreprises préférées des jeunes diplômés qui s’inquiètent cependant des risques sur l’emploi

il y a 2 heures 43 min
pépites > Terrorisme
Sécurité
Seine-Saint-Denis : le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi soir la fermeture prochaine de la mosquée de Pantin
il y a 2 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 16 heures 27 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 17 heures 34 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 18 heures 58 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Atlantico Litterati

​Nothomb : au nom de la chair

Publié le 08 septembre 2019
Amélie Nothomb a trois qualités. Elle publie l’un de ses meilleurs ouvrages. Elle s’est propulsée en tête des meilleures ventes. Elle est célèbre. Son nouvel opus « Soif » (Albin-Michel) s’empare de Jésus Christ en personne. Le Sauveur chez Nothomb est d ‘abord son corps. Point de vue empiriste, tendance Deleuze. Conçu pour faire jaser et plus (de lauriers) si affinités ? A suivre.
Annick Geille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Amélie Nothomb a trois qualités. Elle publie l’un de ses meilleurs ouvrages. Elle s’est propulsée en tête des meilleures ventes. Elle est célèbre. Son nouvel opus « Soif » (Albin-Michel) s’empare de Jésus Christ en personne. Le Sauveur chez Nothomb est d ‘abord son corps. Point de vue empiriste, tendance Deleuze. Conçu pour faire jaser et plus (de lauriers) si affinités ? A suivre.

Crise passagère ou déclin du livre, la littérature « générale » se vend de moins en moins (bien que « Livres-Hebdo » signale un sursaut depuis juin). Tout le monde le sait dans la profession. « Le « contraste entre la minorité d’ouvrages qui dépassent les 100 000 exemplaires vendus, (…) et la multitude de livres au lectorat très réduit ne cesse de s’accentuer », observe par exemple Olivier Donnat, chercheur au Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS) du ministère de la Culture. Spécialiste de la sociologie culturelle, auteur du livre de référence « Les Pratiques culturelles à l'ère numérique « (La Découverte, 2009) Olivier Donnat a piloté (avant de prendre sa retraite), une série d’enquêtes récurrentes sur nos pratiques culturelles. « En mettant chaque année un nombre plus élevé d’ouvrages sur le marché pour occuper les tables des librairies, les principales maisons d’édition ont rendu plus âpre la concurrence, tandis que du côté des libraires, la gestion de flux toujours plus importants de nouveautés a contribué à les obliger à retourner les invendus dans des délais de plus en plus courts. » De même, cet expert explique que « Le numérique, porté par les algorithmes et les réseaux sociaux, ouvre le goût de ceux qui ont une appétence à la culture, (…): ce sont les milieux aisés et cultivés qui en profitent. »

Une analyse partagée par le président du Syndicat national de l'édition (SNE), Vincent Montagne : « Les ventes sur le marché de la littérature générale ont évolué plutôt dans le sens d’une polarisation accrue, avec une accentuation de la best-sellerisation d’une part, au détriment exclusif des livres du milieu de la distribution ». Dans cet esprit, les acheteurs de livres ne prennent plus de risques et choisissent des auteurs connus, capable de se maintenir parmi les meilleures ventes. C’est ainsi qu’en France, il n’est pas de rentrée littéraire sans Amélie Nothomb. Elle coche toutes les cases. La romancière a publié 38 ouvrages, rubis sur l’ongle, depuis la parution de son premier roman : Hygiène de l’assassin. Elle a obtenu le Grand Prix du Roman de l’Académie française avec « Stupeurs et Tremblements » (1999). Nothomb est la seule à produire une fiction ponctuellement, fidèlement, si j’ose dire, lors de chaque rentrée littéraire. A force de la savoir présente, peut-être ne la voyait-on plus ? Elle nous réveille avec « Soif » (Albin-Michel), qui fait sensation. Coutumière des listes des meilleures ventes, l’écrivain(e) médite. Bien qu’il se lise d’une traite –, tels les précédents Nothomb, vite ouverts, vite oubliés (sauf « Pétronille », autofiction faussement foutraque et vraiment subtile, deux femmes plus le champagne qu’elles adorent, deux esprits libres au féminin singulier, le contraire des poncifs et des clichés), Soif est, au contraire des précédents Nothomb, dérangeant, provocateur, voire scandaleux. Son narrateur n’est autre que Jésus. « Oui ma mère était pompette et cela lui allait bien », note le Christ, songeant à Marie, durant les noces de Cana. « Ce qu’il y a de plus profond en l’homme c’est la peau », ajoute le Sauveur, revu et corrigé par la romancière. « On est quelqu’un de meilleur quand on a eu du plaisir, c’est aussi simple que ça », précise Jésus au souvenir de Marie-Madeleine, qu’il nomme « Madeleine », un homme ne pouvant doter la femme qu’il désire du prénom de sa mère. Il fallait oser. « Les renards ont des tanières et les oiseaux du ciel des nids, mais le fils de l’homme n’a pas où reposer sa tête ». Amélie Nothomb a lu Ernest Renan (1823-1892), auteur d’une « Vie de Jésus », elle possède l’Alpha et l’Omega de la littérature biblique, elle chérit les grands auteurs chrétiens. N’avait-elle pas choisi Bernanos (1888-1948), pour son mémoire de thèse, à l’université de Louvain ?» Madeleine ! Comme j’aimerais passer cette dernière nuit avec elle », soupire ce Christ amoureux. Nothomb revisite la Passion à sa façon, point méchante ni blasphématoire, mais très mode au fond, c'est-à-dire empreinte d’une esthétique sans tabous. A chaque époque ses plaisirs. On peut préférer le Christ en peinture dans « Le Portement de Croix » de Pieter Brueghel l'Ancien (1564). Il n’en demeure pas moins que ce regard empirique à la Deleuze sur le Rédempteur attribue au narrateur de « Soif » (Jésus, donc) un corps, dont la place première, n’est -selon Amélie Nothomb- ni assez dite, ni assez « pensée » dans la religion catholique, malgré ce qu’implique l’Incarnation. La chair du Christ nous est révélée par le monologue intérieur de ce narrateur universel, et l’on n’a jamais entendu Jésus si prolixe quant à ses sensations et sentiments.Le condamné à mort nous confie sa douleur, ses fautes, sa peur. Sa soif, aussi, plus tard dans le récit (métaphore réussie : l’eau si l’on crève de soif, c’est Dieu). Jésus évoque son mépris pour ceux qu’il a aidés, sauvés, guéris, mais qui, non seulement n’en éprouvent aucune reconnaissance, mais le condamnent, justement parce qu’il leur a rendu service. La gratitude étant un grand sentiment, les petits ne l’éprouvent jamais. Le Rédempteur s’exprime d’une manière inédite. Son humanité ressemble à la nôtre. Son ressenti serait le nôtre en pareille situation, c'est-à-dire que le Christ de Nothomb « Humain trop humain » (cf. Nietzsche) est d’abord son corps, son expérimentation, dans la « logique des sensations. Le ressenti empirique du Christ s’exprimant sur le mode relâché des rues et quais de métro- le message que veut faire passer Nothomb n’en est que plus troublant.

Scandale ? Non, car l’esprit existe d’autant plus que notre corps l’abrite en étant l’arbitre de nos passions. Le corps est noble, beau, il occupe dans nos vies la première place, ce que la religion catholique – que connaît bien l’auteure, née dans une famille de diplomates pratiquants - n’a pas assez dit, semble penser la romancière. Aujourd’hui, Nothomb rend à César ce qui lui appartient. Elle rappelle ainsi qu’on a beau avoir lu tous les livres, la chair n’est pas triste. L’Eglise en a vu d’autres ; par les temps qui courent, attaquée de toutes parts, critiquée, rarement louée, l’Eglise (corps du Christ) a l’esprit large ; cette lecture irrévérencieuse des Evangiles ne vaudra ni opprobre, ni excommunication ou procès en sorcellerie à la romancière belge. `

D’autant plus qu’avec « Soif », Nothomb va répétant qu’il s’agit du « livre de sa vie », et qu’elle est portée « par un élan mystique ».Les églises vont-elle se remplir lorsque le clergérendra à la chair sa grandeur et son importance? « Un romancier est une personne qui pose des questions et non qui y répond » précisait Nothomb dans « Hygiène de l’assassin »/Albin Michel)Le corps, par lequel nous expérimentons la douleur, le plaisir, le corps dans lequel s’inscrit la possibilité des pensées les plus hautes, les plus nobles, comme les pourrissements les plus abjects, le corps, sans lequel le monde des idées ne peut exister, ce corpsqui est le nôtre, tel celui de Jésus fait homme, n’est ni bon ni mauvais, nous devons l’aimer, le respecter, en prendre soin, car sans lui, sans cette « écorce », donc, nous ne sommes plus, en tous cas sur terre. Beau programme. Nothomb aime Jésus à sa façon, qui peut déranger. Elle nous offre, ce faisant, dans une langue étudiée pour ne pas alourdir son propos (le questionnement philosophique concernant la prévalence de la chair sur l’esprit), un Jésus souffrant, titubant, criant de vérité(s).

Alors qu’une exposition consacrée à Francis Bacon(1909-1992)se tiendra à partir du 11 septembre au Centre Pompidou, à Paris, (« Bacon en toutes lettres »),sans doute faut-il se souvenir des propos de Gilles Deleuze (1981/La Différence)sur la chair souffrant vue par Bacon « Tout homme qui souffre est de la viande »…

A Saint Luc, appartiendra dans tous les cas le mot de la fin :«Tout est possible à celui qui croit

« Soif » par Amélie Nothomb, 152 pages, Albin-Michel/17,90 euros.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Amélie Nothomb, roman, soif, Jésus
Thématiques :
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pale rider
- 09/09/2019 - 09:11
ce livre montre surtout l'inconfort de l'auteur avec propre
corps, malaise qu'elle décline au fil de ses romans inlassablement . Ecrire un livre en parlant à la place du Christ, dont les fidèles avalent le corps tous les dimanche est amusant, puisse t il la guérir !
clo-ette
- 08/09/2019 - 16:48
Nothomb
Elle a une écriture très classique, et c'est très agréable à lire et rare .