En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© MANDEL NGAN / AFP
Hommages à Toni Morrison

Parce que c'était une grande romancière ? Non, parce qu'elle était noire...

Publié le 10 août 2019
La bêtise de la bien-pensance atteint ici ses sommets.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La bêtise de la bien-pensance atteint ici ses sommets.
 

Les hommages pleuvent après la mort de la romancière américaine Toni Morrison. Oui, romancière américaine ! Car étant farouchement hostile à toute distinction de race ou de couleur de peau, je ne peux me résoudre à écrire : "romancière noire américaine". En France, les hommages sont plus nombreux, et plus poétiquement émouvants, qu'ailleurs. Même le chef de l'État y est allé de sa déclaration bouleversée.

Il ne semble pas, sous réserve de recherches plus approfondies, que la reine d'Angleterre, le président allemand, le roi d'Espagne, le roi des Belges ou le chef d'État italien aient éprouvé la nécessité de saluer la mémoire de Toni Morrison.

Mais peut-être fais-je un mauvais procès à Macron ? Nous avons en effet pendant longtemps colonisé une partie de l'Afrique et nous aurions donc une dette à l'égard des Noirs. Sans doute, mais la Grande-Bretagne a colonisé l'autre partie du continent africain. Pourquoi Elizabeth II se tait-elle alors ?

Mais en France la rien-pensance (l'expression est d'Elizabeth Levy) estime que Black is beautiful et que White is ugly. Donc pour se faire bien voir, il convient de saluer la mémoire de la "romancière noire" qui vient de mourir.

En bonne logique, et pour se faire bien voir, Muriel Pénicaud a sacrifié à ce rituel. Avec une phrase qui fait polémique : "Hommage à une très grande dame, écrivaine, poète et militante. Grâce à elle, les noirs ont enfin pu entrer par la grande porte dans la littérature".

Ses propos ont été jugés racistes et offensant. Car ils sous-entendaient qu'avant Toni Morrison les Noirs (contrairement à Madame Pénicaud je l'écris avec un grand "n") n'étaient pas capables d'écrire un livre. La tempête a été telle que la ministre du Travail s'est vue contrainte d'effacer son tweet. Pour ma part, je ne décèle dans sa déclaration aucune trace de racisme. Juste celle, énorme, de la bêtise qui exige pour être bien vue qu'il faille tremper ses doigts dans l'eau bénite de l'antiracisme.

Muriel Pénicaud n'a certainement jamais lu un seul livre de Toni Morrison. Ce n'est pas grave : elle n'est pas la seule. Mais pourquoi n'a-t-elle pas eu la franchise de Fleur Pellerin qui avoua, lorsque Modiano reçut le Nobel de littérature, qu'elle n'avait jamais lu un livre de lui ? Vu ses fonctions, Madame Pénicaud devrait se contenter de lire et de relire sans relâche le code du Travail !

Rappelons aux "morrisonniens" de circonstance quelques noms. James Baldwin et Chester Himes pour les Etats-Unis, Wole Soyinka, prix Nobel de littérature en 1986 (bien avant Toni Morrison) pour le Nigéria. Il écrivait en Anglais pas en yorouba. Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor – membre de l'Académie française – pour la France.

Cela fait donc bien longtemps que les Noirs sont entrés par la grande porte dans l'histoire de la littérature. Mais ceux qui prétendent le découvrir avec Toni Morrison n'ont ni mémoire ni culture. Dans leur frénésie, ils sont parfaitement capables de changer le solfège où une blanche vaut deux noires… Comme j'ai une prédilection particulière pour Chester Himes, un des auteurs les plus jouissifs de la série noire, une citation de lui pour oublier nos crétins hexagonaux. "Tout être humain, quelle que soit sa race, sa nationalité, sa religion, est capable de tout et de n'importe quoi."

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

La guerre des changes aura lieu

07.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

01.

Repenser le service public ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 11/08/2019 - 18:24
Une « écrivaine »
Murielle Pénicaude a tout résumé, n'oubliant pas qu'une grande porte ouverte est ouverte à tout public et devrait me permettre aussi de publier. On accueille d'autant mieux une autre culture après avoir piétiné la sienne.
assougoudrel
- 11/08/2019 - 15:21
@Paulquiroulenamassepasmousse
Je bois une bolée de cidre à votre santé.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 11/08/2019 - 08:28
@assougoudrel
Juste un peu de second degré svp et acceptez que la transmission orale que l'on vénère aujourd'hui et qui existait aussi chez nous, ait été un frein au développement et à la diffusion de la culture africaine,........... car s' ils ont bénéficié de l'apport de l'imprimerie ce n'est qu'à partir du 19 ème siècle avec la colonisation .... Le smartphone n'étant que l'image du nouveau vecteur du savoir.
Comme le livre en d'autres temps...