En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 8 heures 49 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 10 heures 31 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 12 heures 34 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 14 heures 57 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 14 heures 59 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 15 heures 49 sec
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 15 heures 5 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 8 heures 28 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 12 heures 18 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 13 heures 53 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 14 heures 14 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 14 heures 25 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 14 heures 58 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 15 heures 42 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 15 heures 55 sec
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 15 heures 5 min
© Maison d'édition Mareuil
© Maison d'édition Mareuil
Bonnes feuilles

Le dernier résistant raconte sa libération de Paris

Publié le 09 août 2019
La maison d'édition "Mareuil" publie Moi, Oscar Ziegler, dernier compagnon de la Libération, d'Henri Weill. Extrait 2/2
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La maison d'édition "Mareuil" publie Moi, Oscar Ziegler, dernier compagnon de la Libération, d'Henri Weill. Extrait 2/2

Je fus évacué en fin de journée vers Franconville. Un couple de septuagénaires m’hébergea. Selon une hypothèse précédente formulée par un donneur d’ordre de la Résistance, leur cave devait servir à enfermer Henriot après son enlèvement.

Je fus traité comme leur fils qui était prisonnier depuis quatre ans en Allemagne. J’avais embrassé une dernière fois Margot, et il me tardait fiévreusement de la revoir. Elle assurerait consciencieusement son travail et continuerait à renseigner son réseau. J’étais très fier d’elle. Je la désirais. J’étais amoureux.

Je fus informé que Londres voulait que je reste à Paris, car tout indiquait que l’heure de la libération de la capitale allait sonner. J’appris que nos têtes étaient mises à prix. Vingt millions de francs. Un membre de l’équipe avait été très vite abattu lors d’une opération menée par des miliciens. Trop bavard, il avait été livré par une femme d’affaires que la récompense extasiait. Morlot était recherché. Il n’était plus, pour l’instant, à Paris. J’appris en lisant un journal que les miliciens venaient de rebaptiser l’avenue du président Wilson, « avenue Philippe Henriot, mort pour la France ».

Si beaucoup de policiers n’obéissaient plus vraiment ou faisaient preuve de laxisme dans l’exécution des ordres reçus, quelques nervis, sentant la fin venir, multipliaient les actes de cruauté, notamment lors d’arrestation de personnes suspectées de lutter contre le futur ex-pouvoir.

Le BCRA me demanda ensuite d’épauler une équipe chargée de mener un coup de main en plein jour à Neuilly. Il s’agissait de récupérer des armes destinées à des partis collabos.

Leur chef était un policier révoqué et recherché par les brigades spéciales des Renseignements généraux. Depuis 1941, le brigadier Filoche désobéissait à Vichy et ses représentants etétait engagé dans la « contre-Révolution nationale » au sein de la préfecture de police. Avec huit gars, des policiers comme lui, nous pénétrâmes dans les caves d’un immeuble cossu. Dans la rue, deux « paniers à salade » nous attendaient pour embarquer le matériel, si nous arrivions à nous en emparer.

Ce fut un jeu d’enfant. Pas de gardes. Juste des portes à crocheter. Ce qui fut fait à midi. À 14  heures, nous avions chargé plus d’une tonne de fusils, révolvers et pistolets avec leurs munitions. Cadeau précieux pour la suite des événements. Filoche avait parfaitement organisé l’opération. La rue concernée, à l’écart des avenues passagères, était barrée à chaque bout par d’autres policiers complices.

Je retournai à Franconville. Un agent de liaison avait déposé un message codé. Je devais me rendre le lendemain à la basilique Saint-Denys d’Argenteuil afin de rencontrer Paulet, qui était à l’état-major FFI. Celui-ci était réapparu de l’enfer deux mois auparavant. Chef régional de la Résistance à Montpellier, il avait été arrêté par les sentimentaux miliciens qui l’avaient conduit à la « villa des Rosiers ». J’avais entendu parler de lui au Bureau. Mais je ne savais pas que je le rencontrerais un jour. Il y avait été affreusement torturé. Les locataires du lieu étaient appelés « la Brigade sanglante ». D’autres sanguinaires prirent la suite. Ceux de la Geheime Staatspolizei, c’est-à-dire la Gestapo. Qui n’obtinrent rien, mais qui ne comptèrent par les coups donnés et se firent plaisir dans la torture qu’ils avaient depuis longtemps érigée en art. Le cas Paulet se traiterait ensuite à Paris. Où il fut condamné à mort. Les Allemands, qui aimaient faire voyager leurs prisonniers, avaient décidé qu’il serait fusillé à Montpellier. Voyage retour. Embarquement à Austerlitz. En ce début de février 1944, il faisait froid, à 23 heures, dans une gare ouverte aux quatre vents. Paulet savait qu’il devait tenter le tout pour le tout, sinon sa vie s’arrêterait à trente-trois ans. Comme celle du Christ.

« Mais l’analogie ne me faisait pas rire alors », me raconterat-il après-guerre. Paulet était menotté et chevillé. Pourtant, à l’entrée du tunnel de Bourg-lès-Valence, il parvint à sauter du train. Les gardes tirèrent et le blessèrent à la jambe gauche. Le contact avec le sol fut extrêmement violent, si bien que ses menottes se cassèrent. C’est étonnant ce qu’un homme mu par le désir de survivre peut réaliser. Il avança au rythme d’un type secoué et trouva son salut dans la rencontre avec un braconnier qui le conduisit dans une ferme à proximité. Là, un couple de paysans le cacha, une infirmière le remit sur pieds jusqu’à qu’il puisse, après plusieurs semaines passées dans la Drôme, revenir par étapes dans la capitale. Son travail n’était pas fini, il reprit des contacts et fut affecté auprès des hommes et des femmes qui préparaient l’attaque qu’ils espéraient finale dans la capitale.

Paulet me conduisit auprès des chefs de la future insurrection parisienne. Londres voulait que je les assiste et les conseille. Scott, un radio parachuté dans l’Yonne, me rejoignit. Je pouvais ainsi sans trop de difficultés envoyer des messages.

Je vécus la libération de Paris rue de Rivoli, à la préfecture de police, boulevard Duquesne, dans un bâtiment des pompes funèbres municipales et dans un vestiaire de la Cipale. Mais également aux « Pyramides », lupanar de luxe parfaitement tenu par monsieur Marcel dont les affaires furent florissantes avant et après-guerre, mais surtout pendant. Monsieur Marcel finançait la Résistance et mettait à notre disposition deux pièces inoccupées de son quatrième étage, celui de la direction. Toutefois, jamais je ne vis les jeunes femmes qui travaillaient chez lui. Mon camarade arcachonnais serait bien déçu si je lui racontais l’épisode.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires