En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 2 heures 47 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 4 heures 19 min
light > Europe
Enquêtes en cours
L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne
il y a 5 heures 54 min
pépites > Santé
Wuhan
Covid-19 : la mission de l'OMS en Chine a terminé son travail préparatoire dans le cadre de l'enquête sur l'origine du virus
il y a 8 heures 25 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 11 heures 36 min
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 12 heures 21 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 14 heures 15 min
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 14 heures 51 min
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 15 heures 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 16 heures 37 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 3 heures 39 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 4 heures 57 min
light > Religion
Inquiétudes
L'ancien pape Benoît XVI serait dans un état "extrêmement fragile"
il y a 7 heures 11 min
pépites > Justice
Nouveau rebondissement
Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature
il y a 9 heures 44 sec
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 13 heures 50 min
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 16 heures 19 min
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 16 heures 50 min
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": Notre sélection des meilleurs livres des 10 derniers mois, "Les exilés meurent aussi d’amour" d’Abnousse Shalmani

Publié le 26 juillet 2019
AUJOURD'HUI : "Les exilés meurent aussi d’amour" d’Abnousse Shalmani, publié aux éditions Grasset.
Serge Bressan pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Bressan est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
AUJOURD'HUI : "Les exilés meurent aussi d’amour" d’Abnousse Shalmani, publié aux éditions Grasset.

LIVRE

« Les exilés meurent aussi d’amour »

d’Abnousse Shalmani

Ed. Grasset

400 pages

22 €.

RECOMMANDATION

          EXCELLENT

THEME

Shirin arrive en France à 9 ans, avec ses parents; ils ont fui pour échapper à la Révolution islamique en Iran. La famille arrive à Paris, s’installe dans l’immeuble où vivent déjà les sœurs de la mère. Elles sont furieusement communistes, définitivement rêveuses du Grand Soir, passablement archaïques. 

La petite fille, elle, se donne à corps perdu dans l’apprentissage de la langue française. Elle va aussi découvrir que son grand-père est un homme violent, ses tantes des monstresses de sang-froid, son père un « loser » même pas magnifique et sa mère, enceinte, une vraie magicienne ! 

Adolescente, Shirin va prendre ses distances avec ce cercle familial, ses comportements, ses débordements, son idéologie; et découvrir une autre culture, avec Omid, un Juif iranien qu’une des tantes a éconduit mais dans les bras et les livres duquel elle apprendra la vie … 

Il y a aussi Hannah, qui a survécu à la Shoah. Et puis le petit frère: enfant surdoué, il a décidé de venger leur mère des humiliations que lui inflige la famille. Alors, il monte un plan diabolique et il va intoxiquer les membres de cette famille l’un après l’autre…

POINTS FORTS

- Un premier roman parfaitement maîtrisé, pour « une fiction teintée de magie », selon les mots de l’auteure.

- Un livre de l’exil. Avec une pointe d’humour, des couleurs, de l’amour…

- Un texte sur le drame des migrants qui est vite transformé en une tragi-comédie des exilés.

- A toutes les pages des « Exilés meurent aussi d’amour », transpirent « la gueule de l’exil et le cœur du pays natal ».

POINTS FAIBLES

A certains passages, un réalisme et une Zazie persane un peu trop appuyés, ce qui affaiblit le propos et la plongée dans une communauté pour le moins fantasque.

EN DEUX MOTS

Un premier roman qui met de côté les passions nostalgiques, et qui pose élégamment la question : l’exil oserait-il être heureux ? C’est grandement réussi, foisonnant à souhait !

UN EXTRAIT

Ou plutôt deux:

- « Ma mère était une créature féerique qui possédait le don de rendre beau le laid. Par la grâce de la langue française, je l’avais métamorphosée en alchimiste. C’était à ça que servaient les mots dans l’exil : combattre le réel et sauver ce qui restait de l’enchantement de l’enfance ».

- « Comme tous les exilés, j'apprenais le français avec acharnement. Je cherchais les mots dans le dictionnaire, je fouillais les phrases à la recherche d'une familiarité et rien ne me faisait davantage plaisir que de reconnaître au moins un mot dans une obscure définition. C'est la raison pour laquelle la majorité des exilés parlent un français anachronique. (…) Ils se rendent compte beaucoup plus tard que leur français impeccable, leurs mots justes, leur grammaire précise, ne sont qu'un signe supplémentaire de leur exil. Les exilés vivent à contretemps : la langue qu'ils parlent est une langue apprise, une langue domptée, une langue morte. Ils ne parlent pas le français d'aujourd'hui mais celui d'avant-hier ».

L'AUTEURE

Née le 1er avril 1977 à Téhéran (Iran), Abnousse Shalmani est une journaliste, réalisatrice et écrivaine française. Elle est arrivée en France en 1985 avec ses parents qui ont fui le régime iranien. A Paris, elle étudie l’Histoire, se lance dans le journalisme et réalise des courts-métrages. Elle se fait remarquer lors d’émissions télé et de débats sur la condition de la femme en Iran et le port du voile en France. En 2014, elle connait un beau succès de librairie avec « Khomeyni, Sade et moi », un texte dans lequel elle raconte son enfance en Iran sous le contrôle permanent de celles qu’elle surnomme les « femmes-corbeaux » (les gardiennes de la morale, toutes de noir vêtues) du « chef en noir et blanc » comme elle définit l’ayatollah Khomeini. Dans le même livre, elle fait part également de sa colère en découvrant en France des femmes « enfoulardées », des femmes qui portent dans l’Hexagone ce voile islamique contre lequel elle se battait dans son pays qu’elle a dû fuir avec ses parents. En 2017, dans un article publié dans l’hebdomadaire « Marianne », elle signe « Pourquoi je ne suis plus féministe », y opposant aux « féministes islamistes » les grandes figures du « féminisme historique » (parmi lesquelles Olympe de Gouges ou encore Coco Chanel). Le 22 aout 2018, elle a publié son premier roman, « Les exilés meurent aussi d’amour ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires