En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 1 heure 10 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 2 heures 43 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 3 heures 40 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 4 heures 38 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 5 heures 48 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 6 heures 8 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 6 heures 27 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 6 heures 43 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 2 heures 28 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 3 heures 12 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 4 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 5 heures 19 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 5 heures 42 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 6 heures 17 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 6 heures 35 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 6 heures 43 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 6 heures 43 min
© Alvaro Ibanez/Flickr
© Alvaro Ibanez/Flickr
La Minute Tech

Pourquoi un concurrent de Google Android ou d'Apple iOs peut difficilement émerger (et pourquoi ce ne serait pas forcément une bonne nouvelle)

Publié le 08 juillet 2019
En 2017, une étude de l'Université de Californie à Berkeley a révélé qu'environ 70% des applications partageaient nos données personnelles avec des services tiers. Peut-on imaginer qu'un système d'exploitation concurrent résoudrait ce problème ?
Gilles Dounès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Dounès a été directeur de la Rédaction du site MacPlus.net  jusqu’en mars 2015. Il intervient à présent régulièrement sur iWeek,  l'émission consacrée à l’écosystème Apple sur OUATCHtv  la chaîne TV dédiée à la High-Tech et aux Loisirs.Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En 2017, une étude de l'Université de Californie à Berkeley a révélé qu'environ 70% des applications partageaient nos données personnelles avec des services tiers. Peut-on imaginer qu'un système d'exploitation concurrent résoudrait ce problème ?

Atlantico : En 2017, une étude de l'Université de Californie à Berkeley a révélé qu'environ 70% des applications partageaient nos données personnelles avec des services tiers. Comment se traduit ce chiffre ? Y-a-t-il des alternatives à Google Android et Apple ?

Gilles Dounès : L'étude de Berkeley portait sur l'analyse du comportement des applications sur les smartphones Android, dont le modèle économique repose justement sur l'analyse de l'utilisation et même du comportement des utilisateurs. Le but, c'est de proposer de la publicité la plus susceptible de susciter un comportement attendu chez l'utilisateur, au minimum un « clic » sur le lien ou le bandeau vers un site ou un service gratuit qui va lui-même générer de la publicité en cascade ou, si possible, un comportement d'achat pour un bien ou un service. Plus la régie publicitaire ou le cabinet d'analyse dispose de sources différentes capables de lui fournir des données sur un même individu, plus ils seront capables d'obtenir des réponses souhaitées, grâce à des publicités dites « qualifiée », celles qui sont vendues le plus cher aux clients. Ceux-ci peuvent être des annonceurs publicitaires classiques, voire des officines qui cherchent à collecter des données personnelles plus sensibles, comme dans le scandale Cambridge analytique, par exemple.

C’est avant tout une question de modèle économique : il faut bien que les développeurs ou les studios qui emploient ces développeurs se rémunèrent, en vendant leurs contenus. Soit à l'utilisateur, en vendant l'application sur les apps store d'Apple ou de Google, ou bien à l'intérieur d'une application gratuite (l'achat in app). Soit à un tiers extérieur, mais le contenu est alors l'utilisateur lui-même, et l'éditeur « se paye sur la bête » qu'il a en quelque sorte « appâtée » avec son application gratuite.

Cela passe par la plate-forme, la part des applications gratuites étant beaucoup plus importante dans l'écosystème Android que dans l'écosystème iOS, mais c'est surtout entre gratuit et payant que passe la frontière : peu importe la notoriété et la responsabilité de l'éditeur. Le modèle économique de Facebook et des éditeurs de son écosystème, par exemple, repose ainsi entièrement sur une analyse très sophistiquée du comportement de leurs utilisateurs. Et même si Apple a fait du respect de la confidentialité des données personnelles le pilier de la valeur ajoutée de iOS et fait régulièrement le ménage dans son magasin d'applications à cet effet, elle est régulièrement obligée de recommencer.

Ce n'est même pas une question de smartphone ou de téléphone à clavier, ou à clapet : Windows CE l'ancêtre de Windows mobile qui dominait le marché du téléphone portable avant l'avènement du BlackBerry, puis de l'iPhone et Android, était lui-même infecté par toute une ménagerie de virus téléchargés en même temps que la multitude des petits jeux gratuits qui étaient alors disponibles. Dès qu'il y a du code exécuté et que celui-ci n'est pas payé par l'utilisateur, il s'expose, y compris sur les diverses tentatives d'OS alternatifs basé sur Linux qui émergent régulièrement.

Le système d’exploitation le plus susceptible de devenir une alternative globale à iOS d’Apple et à Google Android n’est pas - et ne sera probablement pas - 100% gratuit comme le logiciel Google. Est-ce le seul problème que peuvent affronter les autres développeurs de smartphones ?

Encore une fois, Android n'est pas gratuit : il est sous- facturé par Google aux fabricants de terminaux de manière à ce qu'ils puissent être présent sur des segments inférieurs à celui de l'iPhone, tout en développant une sur-couche personnelle, de manière à personnaliser leur offre. Mais Google se rémunère en réalité bien au-delà de ces ristournes grâce à ses services en ligne et à sa régie publicitaire, dont les informations croisées avec celles collectées par les applications de son app store lui procurent une véritable manne d'informations sur ses utilisateurs.

Les fabricants de smartphones qui comme Samsung ont essayé de se passer d'Android en développant sur leurs fonds propres un système d'exploitation entièrement de leur cru comme Samsung avec Tizen, ou l'autre coréen LIG avec Web OS racheté à BlackBerry, ont été obligé de reculer devant la difficulté en réservant leurs systèmes d'exploitation-maison à leurs périphériques connectés. Le premier sur sa montre, le second sur ses téléviseurs. Seul Huawei, sur son activité d'équipementier télécoms et sur l'appareil d'État chinois, semble en mesure de pouvoir développer une alternative pour ses propres appareils après le coup de semonce du gouvernement américain.

Huawei se place en bonne position pour devancer les entreprises américaines. Cela pourrait-il être positif ? Et comment ? 

C'est un peu comme si, par ce qu'on se plaint que le renard prélève quelques poules, on faisait confiance au tigre pour ouvrir un restaurant végétarien ! 

L'histoire de l'informatique moderne s'est certes beaucoup accélérée avec l'irruption du smartphone, et promet de s'accélérer encore davantage avec « l'électronique à porter sur soi », mais il faut sans doute garder à l'esprit trois ou quatre repères : tout d'abord, la vague de suspicion autour de Microsoft au plus fort de son quasi-monopole, la firme de Redmond pesant de tout son poids pour organiser le Web naissant autour de ces solutions… et des failles de sécurité béantes qui les fragilisaient. Paranoïa qui a atteint son paroxysme après les gesticulations sécuritaires du gouvernement américain qui ont suivi les attentats du 11 septembre. Microsoft était soupçonné d'avoir créé ou d'entretenir ses failles de sécurité à dessein, afin de permettre à la NSA et aux diverses agences de sécurité américaines de puiser à loisir dans les ordinateurs du monde entier. La vague de virus à l'été et à l'automne 2002 a servi de prise de conscience de ces vulnérabilités aux virus, et a grandement aidé à la progression d'un Mac OS X tout juste émergeant, au point que les plus gros fabricants de PC d'alors avaient demandé à Apple la possibilité d'équiper leurs machines avec la version d'OS X. C'est sur ce socle d'OS X, parangon de sécurité, qu'Apple a pu bâtir le succès de l'iPhone et de iOS.

Avec la législation américaine actuelle, les multinationales U.S. ont obligation de collaborer avec les agences gouvernementales de leur pays, en rapatriant les données collectées par leurs produits sur le territoire américain, sous couvert de lutte contre le terrorisme, et ce même si Apple s'efforce de crypter et de conserver ces données à même le terminal, au plus près de l'utilisateur. Ces règles ne diffèrent guère de celles auxquelles les entreprises chinoises sont elles-mêmes soumises. De récentes informations font état de l'installation par les douanes chinoises d'un logiciel espion sur les terminaux Android des visiteurs de la province sensible de Xinjiang, toujours au prétexte de lutter contre le terrorisme. Faudra-t-il s'en remettre à une société fondée et dirigée par un ancien officier des services de renseignements Chinois pour protéger la vie privée, lorsqu'on connaît le contrôle social organisé par Pékin sur sa propre population ? 

Dans un entretien récent à la presse Française Ren Zhengfei le patron du géant chinois promettait de « travailler à la société de demain » : je ne suis pas sûr que ce soit celle dont les Européens aient envie. Mais, faute de faire émerger rapidement une alternative fondée sur les valeurs qui leur sont propres, cet avenir risque de ce borné à fournir aux deux superpuissances des masses de données personnelles et des composants à valeur ajoutée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires