En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

2,6 millions d’enfants mort-nés chaque année

02.

3 questions à...Valérie Pécresse

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 1 heure 20 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 2 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 3 heures 39 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 4 heures 29 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 7 heures 7 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 9 heures 14 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 11 heures 4 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 12 heures 15 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 13 heures 56 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 1 heure 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 3 heures 14 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 3 heures 59 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 6 heures 42 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 7 heures 32 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 10 heures 10 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 11 heures 38 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 12 heures 37 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 14 heures 51 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Antitrust

GAFA : va-t-on vers un démantèlement des géants technologiques ?

Publié le 07 juin 2019
Le département de la justice américaine vient d'annoncer qu'il mettait en place une enquête antitrust contre Google. C'est un projet de longue date qui se conclut.
Bernard Benhamou est secrétaire général de l’Institut de la Souveraineté Numérique (ISN). Il est aussi enseignant sur la gouvernance de l’Internet à l’Université Paris I-Panthéon Sorbonne. Il a exercé les fonctions de délégué interministériel aux usages...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Benhamou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Benhamou est secrétaire général de l’Institut de la Souveraineté Numérique (ISN). Il est aussi enseignant sur la gouvernance de l’Internet à l’Université Paris I-Panthéon Sorbonne. Il a exercé les fonctions de délégué interministériel aux usages...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le département de la justice américaine vient d'annoncer qu'il mettait en place une enquête antitrust contre Google. C'est un projet de longue date qui se conclut.

Atlantico : Pourquoi maintenant ? D'où vient ce désir de limiter l'emprise de Google dans le monde du numérique qu'on aurait pu penser impossible avec l'omniprésence des lobbys aux États-Unis ?

Bernard Benhamou : La question est effectivement de savoir "pourquoi maintenant". En partie c’est lié au fait qu’un mouvement global des États est en train de se mettre en place autour de la régulation des GAFA alors que l’on a connu une décennie marquée par un laisser-faire bienveillant (en anglais on parle de "hands off approach"). Et effectivement, on a pu voir ces entreprises se développer sans régulation excessive, ou du moins sans une approche lourde des États en particulier dans le domaine du commerce électronique. Or, on se rend compte maintenant des spécificités des géants de l’Internet, d'un point de vue antitrust traditionnel (dans leurs relations avec les autres acteurs économiques) et mais aussi maintenant sur le plan des risques politiques (comme les manipulations des opinions publiques qu’ils permettent ou des ingérences qu’ils ont facilitées). La nouveauté étant aussi que ces groupes ont un impact sur toutes les filières industrielles et de services et plus seulement sur l’informatique ou les télécoms (comme c’était le cas pour IBM ou AT&T). Les problèmes qui se posent désormais aux États autour ces monopoles ne relèvent désormais plus simplement du domaine de la régulation de la concurrence ou de l’optimisation fiscale. Une autre nouveauté du secteur de l’Internet réside dans le fait que jusqu'à une période récente, l'action antitrust était basée sur le facteur prix, c’est-à-dire "est-ce que la concentration dans un secteur risque de léser le consommateur par l’augmentation des prix ?" Or, pour la plupart, les services grand public de Google ou de Facebook sont des services gratuits. Mais on doit désormais réfléchir au fait qu'il n'y a pas que le prix qui est déterminant dans le cadre d’une action antitrust. La domination de ces sociétés risque en effet d'entraîner un déficit d'innovation qui peut aussi léser le consommateur, sans que l’on soit face à une logique d'augmentation des prix…

De surcroît, nous avons assisté en l’espace de quelques semaines à des prises de positions radicales autour de l'antitrust vis-à-vis des GAFA. Depuis Elizabeth Warren, sénatrice américaine, se prononçant pour le démantèlement des GAFA jusqu’à la fameuse tribune de Chris Hughes le co-fondateur de Facebook appelant à démanteler… Facebook. Même les journaux les plus influents de la Silicon Valley comme Wired prennent désormais position pour le démantèlement de Facebook face aux risques d’une crise de confiance systémique qui pourrait entraîner l’ensemble des valeurs technologiques dans sa chute.

L'intérêt des responsables politiques sur ces questions a évolué : le centre de gravité de l’action politique penchait vers le laisser-faire et il est en train de basculer vers la régulation. C'est une vraie nouveauté !

Si on parle d'antitrust, on parle de démanteler. Comment démantèle-t-on des sociétés comme les GAFA dont le secteur d'activité n'est pas unique comme le pétrole pour la Standard Oil en 1914 ?

Pour démanteler dans ces cas précis, il faudrait plutôt parler de "défusionner". C’est en particulier le cas avec Facebook qui a absorbé par le passé des sociétés comme What's app et Instagram. Ceux qui pensaient que les utilisateurs pourraient basculer vers d’autres réseaux sociaux apprennent maintenant que s’ils vont sur Instagram ou sur What ‘s app, ils sont toujours dans la galaxie des services Facebook… De même pour Google qui reste essentiellement perçu comme un moteur de recherche mais possède de nombreux autres services, comme YouTube mais aussi d’autres services commerciaux, qu'ils peuvent mettre en avant grâce à des modifications de leurs algorithmes d’indexation.

À ce titre, dans la perspective traditionnelle de l'antitrust, on analyse comment s'établissent les passerelles entre les différents types d'activité afin de les segmenter. Globalement, le but est de faire en sorte qu'un segment ne puisse pas effectuer un bras de levier par rapport à un autre segment de l'activité économique. C'est l'un des fondements de l'action antitrust : éviter un effet domino. Or aujourd’hui des acteurs comme les GAFA peuvent influencer ou dominer la quasi-totalité des secteurs d’activité économique (de la banque, à la santé en passant par les assurances, les transports ou l’énergie… sans parler de la culture ou des médias…)

L'Europe a même déjà empêché dans le passé la fusion de deux grandes sociétés non-européennes : celle des deux américains General Electric et Honeywell en 2005. Pour revenir sur les conditions d'une loi antitrust spécifiquement conçue pour les GAFA, il faut se souvenir que de nombreuses actions contre les monopoles ont donné lieu à des actions spécifiques « ad hoc » dont celle qui a donné contre la Standard Oil qui était un trust et non une société traditionnelle. Ces lois « sur mesure » sont loin d’être inhabituelles dans le champ de l’antitrust et encore plus nécessaire lorsqu’il est question d’un domaine aussi rapidement évolutif que celui des grandes sociétés de l’Internet.

Le chiffre d’affaires de Google en 2018 était de 136,22 milliards de dollars. Comment gérer le démantèlement d'une société aux revenus si élevés et aux activités si diverses ? Existe-t-il des risques de déstabilisation économiques des pays ?

La nature technologique a elle aussi peur du vide. Par définition, il n'y aura jamais de ruptures de services dans ces domaines. Ce que l'on peut dire, c'est qu'il n'est pas possible à un moment donné de laisser des acteurs devenir hégémonique, en particulier lorsque leurs pouvoirs d’ubérisation en viennent à toucher tous les secteurs voire à remettre en cause les prérogatives des États… C’est la question qui se pose désormais les institutions chargées de veiller à la stabilité des monnaies comme les banques centrales face à des acteurs qui pourraient battre monnaie. Aujourd'hui le problème que posent les GAFA n'est pas simplement économique mais il est d’abord politique.

L'idée selon laquelle ces "monopoles naturels" auraient vocation à perdurer quoiqu’il arrive est fausse. Si ces démantèlements devaient avoir lieu pour les GAFA ils auraient effectivement un impact sur la valeur boursière de ces sociétés. Mais je n'irai pas jusqu’à parler d'un impact massif. Ainsi même le très libéral Financial Times rappelait à propos des Data brokers – ces sociétés qui agrègent des gigantesques bases de données sur les individus pour les revendre - en les appelant les « Étoiles de la mort » de la vie privée ("Privacy Deathstars") que ces sociétés qui sont au cœur des modèles économiques des GAFA devenaient de plus en plus difficiles à réguler. Est-ce qu'on peut faire confiance à Google ou Facebook pour s'autoréguler par rapport aux risques liés à l’accumulation des données personnelles alors que c'est le moteur de leur croissance ? La réponse apparaît claire désormais : non.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

2,6 millions d’enfants mort-nés chaque année

02.

3 questions à...Valérie Pécresse

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 07/06/2019 - 11:57
Comme quoi le Libéralisme peut remettre en cause comme
cela a été fait pour ATT ( https://fr.wikipedia.org/wiki/American_Telephone_%26_Telegraph )
alors que le Socialisme par son dogmatisme ne réussi jamais à le faire il préfère faire dominer tous les humains jusqu'à les faire mourir, pour éviter de se remettre en cause.