En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

04.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

07.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 7 heures 16 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 7 heures 49 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 8 heures 53 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 9 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 10 heures 34 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 13 heures 43 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 14 heures 6 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 14 heures 32 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 7 heures 32 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 8 heures 16 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 9 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 10 heures 31 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 40 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 13 heures 36 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 13 heures 55 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 14 heures 13 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 14 heures 33 min
© Reuters
© Reuters
Problèmes de riche

Commerce en ligne : souffrez-vous vous aussi de l’angoisse du choix ?

Publié le 29 mai 2019
Depuis plusieurs années, le succès d'Amazon a poussé des détaillants tels que Walmart et Target à proposer encore plus de produits, notamment en ligne, et à les acheminer encore plus rapidement aux acheteurs. Néanmoins, les achats en ligne ont créé un sentiment d'angoisse chez les consommateurs noyés devant la variété infinie des choix.
Maria Mercanti-Guérin est maître de conférences au conservatoire national des arts et métiers (CNAM) et enseignant-chercheur en marketing. Elle travaille sur la créativité publicitaire, les réseaux sociaux et toutes les nouvelles formes de communication...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maria Mercanti-Guérin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maria Mercanti-Guérin est maître de conférences au conservatoire national des arts et métiers (CNAM) et enseignant-chercheur en marketing. Elle travaille sur la créativité publicitaire, les réseaux sociaux et toutes les nouvelles formes de communication...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis plusieurs années, le succès d'Amazon a poussé des détaillants tels que Walmart et Target à proposer encore plus de produits, notamment en ligne, et à les acheminer encore plus rapidement aux acheteurs. Néanmoins, les achats en ligne ont créé un sentiment d'angoisse chez les consommateurs noyés devant la variété infinie des choix.

Atlantico : D'après une étude de référence menée par Sheena Iyengar, professeur d’affaires à l’Université de Columbia et auteur de « The Art of Choosing », l'excès de choix est source de paralysie et d'angoisse chez le consommateur. Quelles sont les causes de ce phénomène ?

Maria Mercanti-Guérin : Cette angoisse devant la consommation est assez paradoxale dans la mesure où les ventes en ligne sont très aidées par des algorithmes qui aident à faire des choix. Si l'on parle uniquement du web, il existe des algorithmes de recommandation qui se fondent sur vos choix précédents, votre navigation, des avis des consommateurs qui permettent de se faire une idée. Il y a une véritable adaptation aux mots-clés, les moteurs de recherche ont fait beaucoup de progrès en termes d'analyse sémantique etc. Il y a bien une multitude de choix, mais le consommateur est tellement accompagné qu'il devrait, en théorie, être difficilement paralysé par le choix.

En pratique, il peut y avoir des conflits de toutes ces techniques : dans un rayon de magasin, on est attiré par le packaging, le prix, et on ne choisit donc pas comme sur internet. Beaucoup d'études ont été menées sur les modèles multichoix, où l'on voit que dans des modèles multichoix on prend en compte le prix, la marque, la qualité du produit, le fait qu'il soit disponible ou pas. Il y a donc beaucoup de critères. Sur internet, il faut relire ces modèles multichoix à la lumière d'un autre acteur : la plateforme. Cette dernière n'est pas un rayon de supermarché : elle est là pour aider le consommateur par rapport taux mots-clés qu'il a tapés, se base sur les navigations précédentes. Derrière, elle met des produits en avant parce qu'elle a des accords très clairs avec certains producteurs, qu'on appelle partenaires. Là-dessus, ce qui peut perturber le consommateur, c'est qu'il a conscience d'être moins libre de ces choix que dans un magasin. On reproche à Facebook l'abus de filtres, qui font qu'on voit toujours les mêmes contenus qui défilent et qui enferment le navigateur dans ce que l'algorithme décide : c'est la même chose pour la consommation en ligne. Le consommateur a l'impression d'être face à de multiples produits qu'il ne voit pas, avec des recommandations qui sont parfois sujet à caution, des algorithmes qui l'enferment dans un type de produits. Dès lors qu'il commence à appréhender ces mécaniques-là, il est perturbé dans son choix de consommation.

Certaines entreprises telles que Casper (matelas), Glossier (maquillage) ou Away (valises) ont décidé de réduire le panel de biens et de proposer quelques options esthétiques et supposées très fonctionnelles, généralement à des prix moyens. Est-ce une stratégie marketing pertinente ?

Ces stratégies sont intéressantes dans la mesure où elles prennent le contre-pied de ce qu'a toujours fait le web. Le succès d'Amazon, par exemple, repose sur la "longue traîne" : 20% des produits représentent 80% du chiffre d'affaire et 80% des produits représentent 20% du chiffre d'affaire. Là où Amazon a fait fort, c'est que le groupe a profité du fait qu'il s'agit d'une place de marché et a proposé les produits du monde entier avec une palette de choix très étendue. Le web s'est construit là-dessus. Normalement, on revient ensuite en arrière en maîtrisant davantage les nombreux produits mis en ligne. Dans un souci de rentabilité, un distributeur comme Walmart a des coûts beaucoup plus élevés contrairement à une place de marché comme Amazon : il lui est donc capital de nettoyer son portefeuille-produit sachant que les marques elles-mêmes nettoient leur portefeuille-produit. Peu à peu, les entreprises ne font plus de longue traîne et se focalisent sur les produits qui rapportent et sur lesquels elles ont une assurance qualité forte, qui seront donc choisis comme des produits-star. On retrouve donc dans des entreprises cette stratégie de marketing. Finalement, le web est rattrapé par les bonnes règles d'une distribution raisonnable.

Afin de répondre à ces angoisses, les consommateurs (notamment les plus jeunes) n'hésitent pas à suivre des influenceurs de style sur les réseaux sociaux (Instagram en particulier) et délèguent donc leurs choix de consommation à un tiers. Y a-t-il un business viable dans l'aide à la consommation ?

En Chine, ces influenceurs s'appellent des Kol (Key Opinion Leader). Il s'agit d'influenceurs homme ou femme qui ouvrent leur propre boutique en ligne. Ils ne se contentent donc plus d'être influenceurs sur les réseaux sociaux : ils ont des partenariats avec des marques et ouvrent leur propre boutique afin de proposer dans leur environnement, dans leur écosystème, sans être dépendants des réseaux sociaux, leurs choix de consommation. Comme ils sont très suivis, ils parviennent à être de moins en moins dépendants des réseaux sociaux et des marques partenaires, et à être dans l'influence à travers des city-commerces. C'est une cadence qui ne se pratique pas en Europe aujourd'hui.

Là aussi, on sait bien que les influenceurs sur Instagram ont des publications sponsorisées : le consommateur est de moins en moins naïf à ce sujet-là. Sur certaines catégories de population, pour certains produits, l'influence fonctionne et rassure le consommateur puisqu'il met la confiance dans ces influenceurs. Par exemple, que plus les bloggeuses de mode dévoilent leur intimité, faisaient des photos d'intérieur, montraient leurs enfants, plus le consommateur avait confiance en elles puisqu'il considérait qu'elles faisaient presque partie de la famille et la confiance faisait qu'on passait à l'achat de ce qu'elles pouvaient conseiller. Certaines influenceuses commencent à dire qu'elles font sincèrement la promotion de leurs produits mais n'ont pas de partenariat avec la marque. En Chine c'est plus clair : les influenceurs ont tous leur propre site d'e-commerce. En réalité, la Chine est en avance sur beaucoup de sujets.

Ce qui va être intéressant de suivre, c'est par exemple la marque Rihanna. Il s'agit d'un nouveau mode d'influence puisque Rihanna, influenceuse-type, monte sa marque de maquillage "Fenty", mais ne le fait pas seule puisqu'elle se met sous une marque ombrelle (LVMH, groupe international qui génère de la confiance chez les consommateurs). Elle tire donc de la légitimité via LVMH et apporte la proximité, la modernité, la complicité avec les clients. C'est un nouveau mode d'influence qui va se développer à terme et qui rassure les consommateurs.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

04.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

07.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 30/05/2019 - 09:01
Moi le choix me facilite la vie
Il me permet de trouver ce qui me convient le mieux
Anouman
- 29/05/2019 - 17:30
Angoisse
J'ai un peu de mal à comprendre où se situe cette angoisse. Le choix est une bonne chose, ça permet en général de trouver ce qu'on veut. Ne pas trouver après avoir fait plusieurs magasins ou sites est plus frustrant. Et si on ne sait pas ce qu'on veut on peut prendre n'importe quoi.