En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

03.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

07.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 7 heures 45 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 8 heures 59 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 17 heures 35 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 18 heures 8 min
décryptage > International
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

il y a 19 heures 7 min
décryptage > Politique
Le bloc-pol de Laurence Sailliet

Ce devoir de pragmatisme qui s’impose au gouvernement Castex

il y a 20 heures 7 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

il y a 21 heures 12 min
décryptage > Société
Retrouver le sens du réel

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

il y a 21 heures 56 min
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 1 jour 10 heures
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 8 heures 13 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 9 heures 28 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 17 heures 18 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 17 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 18 heures 39 min
décryptage > Economie
Effet boule de neige

Covid, moins d'habits, plus de chômage !

il y a 19 heures 33 min
décryptage > Culture
"Last night a DJ saved my life"

Humeur sombre mais folles envies de dance floor : la pop music n’a jamais été aussi rythmée depuis 10 ans

il y a 20 heures 28 min
décryptage > Société
1001 colères

A chacun ses coupables, à chacun ses victimes : mais qui écoute le plus les Français silencieux ?

il y a 21 heures 26 min
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 1 jour 10 heures
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 1 jour 11 heures
Atlanti-Culture

"Le jeune Ahmed" des frères Dardenne :Islamisme: cartes sur table. Remarquable et édifiant.

Publié le 22 mai 2019
Le cinéma n'hésite plus à aborder le sujet brûlant de l'islamisme. Le film des frères Dardenne est exceptionnel d'intelligence et, à la fois, de réalisme et de finesse.
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le cinéma n'hésite plus à aborder le sujet brûlant de l'islamisme. Le film des frères Dardenne est exceptionnel d'intelligence et, à la fois, de réalisme et de finesse.

VU PAR DOMINIQUE PONCET

 

CINEMA

 Le jeune Ahmed 

 de Jean-Pierre et Luc Dardenne

 avec Idir Ben Addi, Victoria Bluck, Olivier Bonnaud…

 

RECOMMANDATION

 EN PRIORITE

 

THEME

En Belgique, aujourd’hui. Ahmed, 13 ans, élevé dans une famille musulmane modérée, déclare un jour ne plus vouloir serrer la main de son institutrice, une femme patiente et bienveillante qui l’a connu tout petit et qui lui a appris à lire. Sa mère ne comprend pas ce revirement. C’est qu’en douce,  l’adolescent a été radicalisé par son iman. Cet embrigadement s’est fait très progressivement, sans signe de violence extérieure, à peine un imperceptible changement de comportement. 

L’enfermement d’Ahmed dans sa croyance va le pousser à vouloir tuer son enseignante à l’arme blanche. Après son geste, parce qu’il est mineur, il est envoyé dans un centre de rééducation. Mais Ahmed va rester imperméable à tout, aux supplications de sa mère, aux efforts de ses éducateurs, à la main tendue d’une jeune fille, à sa nouvelle vie à la campagne. Enfermé dans son fanatisme, il finira par s’échapper pour essayer de réitérer son geste. Un geste que, pourtant, un mauvais coup du destin ne lui permettra pas d’accomplir.

 

POINTS FORTS

- Comme d’habitude avec les  frères Dardenne, le scénario semble avoir obéi à une urgence. Le jeune Ahmed débute d’ailleurs par une cavalcade. On entre dans une spirale et on n’en sort plus. Tout s’enchaîne avec une fluidité, une logique et une simplicité de narration qui laissent pantois.

- Ce sont les mécanismes du jusqu’au-boutisme religieux qui ont  intéressé les cinéastes. Ces derniers ne les expliquent pas, mais montrent l’impossibilité de les démonter. Parce qu’il s’enracine et finit par faire bloc dans le cerveau humain, rien ne semble pouvoir éradiquer le mal islamiste, même chez un embrigadé de fraîche date. Rien, sauf, disent les Dardenne, l’approche de la mort. Chez Ahmed, blessé accidentellement, sans espoir de survie, un voile se déchire, il entrevoit la rédemption et implore le pardon pour ses actes.

- C’est  à travers cette séquence finale, que vient se confirmer l’humanisme des Dardenne. Cet humanisme qui fait que quoi qu’ils racontent, on est toujours bouleversé par leurs histoires. Celle-ci est sans doute la plus terrible de leur filmographie. Pourtant, ils réussissent à la raconter sans qu’à aucun moment ils ne s’érigent en juges.

- Les derniers films des Dardenne étaient portés par des visages de comédiennes connues (Cécile de France, Marion Cotillard et Adèle Haenel). Celui-ci s’appuie sur un jeune inconnu qui fait ses premiers pas au cinéma. Dire, parce que c’est vrai, que l’espèce de détachement obstiné avec lequel Idir Ben Addi porte son Ahmed, est bluffant. De vérité et de sincérité.

 

POINTS FAIBLES

Je n'en vois aucun.

 

EN DEUX MOTS

 Depuis leurs débuts, les frères Dardenne ne cessent de mettre en scène des laissés pour compte. Evidemment, Le jeune Ahmed ne déroge pas à la règle. Ce qui est nouveau dans ce film, c’est que pour la première fois, les cinéastes dressent le portrait d’un être qui s’est dé-socialisé lui-même, par endoctrinement religieux. En ce sens, c’est sans doute le premier film vraiment politique de ces cinéastes. Des cinéastes qui n’oublient jamais qu’ils sont, aussi, des citoyens, et qui, trois ans après les attentats de Bruxelles, ont voulu témoigner du mal islamiste. Mais à leur manière, avec grâce, simplicité, réalisme, et sans porter de jugement. L’humanisme, chez eux, n’est jamais une question de morale, il est ontologique. C’est ce qui rend leurs films si nécessaires, si bouleversants.  

 

UN EXTRAIT

« En commençant l’écriture, nous n’imaginions pas que nous étions en train de donner naissance à un personnage si fermé, capable de nous échapper à ce point, de nous laisser sans possibilité de construction dramatique pour le faire sortir de sa folie meurtrière. Et pourtant, pouvait-il en être autrement puisque le fanatisé est si jeune, presque un enfant, et si, de plus, son maitre séducteur l’encourage à vénérer un cousin martyr, un mort ? » (Jean-Pierre et Luc Dardenne, réalisateurs).

 

 

LES REALISATEURS

Même s’ils ne sont pas jumeaux (Jean-Pierre est né le 21 avril 1951 à Engis en Belgique; Luc, le 10 mars 1954 à Awirs, dans cette même Belgique), les frères Dardenne sont, en matière de cinéma, indissociables. Scénarios, réalisation, production… ils font tout en tandem depuis 1975, année où, pour financer des documentaires, ils fondent leur première maison de production,  « Dérives ». En 1994, ils en créent parallèlement une seconde, « Les Films du fleuve », qui, depuis, s’occupe de leurs fictions. Des fictions qui depuis La Promesse, en 1996, ne cessent d’influencer le cinéma d’auteur du monde entier. 

C’est devenu comme un rite : à chaque fois que « Les Frères » (comme on les appelle en Belgique) sortent un film, ce dernier est sélectionné pour la Compétition officielle de Cannes, et, souvent, il s’y retrouve primé . On citera Rosetta, qui, en 1999, réalisa un beau doublé en raflant deux récompenses, la Palme d’Or et le Prix d’interprétation féminine pour Emilie Dequenne; ou l’Enfant, qui en 2005, obtint aussi une Palme d’or; ou encore Le Gamin au vélo, qui, en 2011, emporta le Grand Prix.

Retenu cette année pour cette même compétition, le Jeune Ahmed qui sort cette semaine sur les écrans repartira-il de la Croisette avec un nouveau prix ? Réponse, le 25 mai.

 

 

ET AUSSI

**********

**********

 

- « Une part d’ombre » de Samuel Tilman avec Fabrizio Rongione, Natacha Régnier, Christophe Paou…

En apparence, David est un homme heureux. Il a une femme qu’il aime et qui l’aime, deux enfants qu’il adore, un boulot de prof qui l’épanouit et une bande de potes avec lesquels il s’éclate. Un jour qu’il effectue son jogging, il indique son chemin à une femme retrouvée assassinée quelques heures après. Pour David, tout va basculer. De simple témoin, il va se transformer en suspect,  puis en coupable idéal, d’autant que l’enquête va prouver qu’il n’est pas irréprochable et qu’il a eu une double vie. Il sera soutenu par son meilleur ami et son avocat, mais cela ne suffira pas : le doute va s’insinuer parmi ses proches. L’affaire va s’emballer, la bande de copains, s’effriter…

Pour son premier film, Samuel Tilman a placé haut la barre en s’attaquant au suspense psychologique. C’est un genre difficile car il faut tenir le spectateur en haleine sans le recours à des rebondissements spectaculaires. Le cinéaste débutant a gagné son pari. En concentrant son scénario exclusivement sur David et ses proches, il arrive à faire monter la tension et le doute. Coupable ou  non, David ? Fréquentable, ou pas ? Les questions restent ouvertes jusqu’à la dernière séquence du film. Tant pis pour les maladresses (notamment une plaidoirie inutilement longue), Une part d’ombre,porté par un scénario solide, une réalisation soignée et une distribution impeccable, est hautement recommandable. Il a d’ailleurs obtenu 7 nominations aux derniers Magritte (l’équivalent belge des Césars), dont celle du Meilleur premier film.

 

Recommandation : bon

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires