En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

07.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 2 heures 6 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 3 heures 53 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 6 heures 5 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 6 heures 46 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 8 heures 13 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 8 heures 30 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 8 heures 59 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 8 heures 59 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 9 heures 1 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 9 heures 3 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 3 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 5 heures 24 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 6 heures 25 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 7 heures 28 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 8 heures 59 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 9 heures 1 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 9 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 21 heures 11 min
© GABRIEL BOUYS / AFP
© GABRIEL BOUYS / AFP
Atlantico Litterati

Un destin américain

Publié le 19 mai 2019
Après dix ans de silence, Bret Easton Ellis nous offre donc avec « White » LE portrait de l’Amérique contemporaine. Un hyperréaliste saisissant. Aimant son pays, il le châtie avec ses mots à lui. Les clichés explosent. Il sourit. Le camp du bien l’excommunie. Il jubile. « Mais tout finit par donner l’impression d’être jetable », soupire-t-il en douce. Au fond, tout au fond, cet écrivain du second degré n’est pas gai. Les romanciers le sont rarement, car si tout allait bien, ils n’écriraient pas.
Annick Geille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après dix ans de silence, Bret Easton Ellis nous offre donc avec « White » LE portrait de l’Amérique contemporaine. Un hyperréaliste saisissant. Aimant son pays, il le châtie avec ses mots à lui. Les clichés explosent. Il sourit. Le camp du bien l’excommunie. Il jubile. « Mais tout finit par donner l’impression d’être jetable », soupire-t-il en douce. Au fond, tout au fond, cet écrivain du second degré n’est pas gai. Les romanciers le sont rarement, car si tout allait bien, ils n’écriraient pas.

Avec « La dictature des identités » (Gallimard), Laurent Dubreuil (enseignant à Cornell, université appartenant à l’« Ivy League » américaine, telles Columbia et Harvard), s’en prend lui aussi au « politiquement correct ».« Le despotisme démocratisé rendu structurellement incapable de fournir la sécurisation qu’il promet, propage les sécessions identitaires et l’hostilité réciproque comme mode de gouvernance », dit l’auteur, théorisant le discours fictionnel de BEE. L’artiste et l’universitaire pourraient prendre un verre au bar de l’Algonquin, car ils traitent, au même moment historique donné, du même sujet. La dictature du politiquement correct, destin de la pensée postmoderne made in USA.Laurent Dubreuil montre du doigt la censure sévissant sur les campus US. Campus devenus, à force de désirs vertueux, une sorte de conglomérats des « soviets » revisités par today’s America. De Manhattan à Chicago en passant par L.A., il sied de tourner sa langue dans sa bouche avant de parler, sous peine de se voir accusé de sexisme, racisme, etc.…. « Depuis plusieurs années, les étudiants « progressistes » américains exigent que les campus soient des « safe spaces », des endroits ne risquant pas de heurter leur sensibilité, ou leurs convictions ». Le romancier Bret Easton Ellis dénonce ce mal rampant par la littérature, quand Laurent Dubreuil, enseignant, utilise la rigueur sémantique, l’Histoire et les statistiques. Leurs ouvrages se répondent malgré tout sur le fond. Il s’agit de la crispation identitaire qui sévit en Amérique, et devient un « principe politique ». La victimisation (des non-blancs, des femmes, des gays, des transgenres, etc.) conduit aux bons sentiments obligatoires. Last exit to the liberté de créer, avant l’interdiction des auteurs et artistes non conformes et/ou récalcitrants.Les bons sentiments font les mauvais livres et le moche partout.Les bons sentiments combattent l’art, toujours en première ligne- les œuvres ne sachant pas se défendre-, puis les auteurs de cette œuvre, CAD les artistes, censurés, refusés, honnis, assassinés. Le « principe politique » ayant droit de vie ou de mort sur l’œuvre sera-t-il demain notre destin européen ? On pourrait le craindre, après le traitement réservé à Alain Finkielkraut, insulté à Paris, France, en 2019, par des Français, et interdit de conférence par d’autres Français, à l’IEP Paris. Finkielkraut est l’un des esprits les plus subtils de ce temps, mais il est trop « conservateur ». Alain Delon-génie de l’interprétation cinématographique et théâtrale- est« trop conservateur » lui aussi dans ses fréquentations et ses discours (les signataires de cette pétition lamentable ont-ils/elles vu ne serait-ce que dix minutes et cinq secondes quelques plans de« M. Klein », ce chef- d’oeuvre de Joseph Losey ? Delon y est immense. Il en fait plus contre l’antisémitisme et le racisme et l’indifférence générale au sort des juifs que tous les discours de la terre, sauf peut être –être « Shoah » de Claude Lanzmann.

Demain, à qui le tour ? Charles Baudelaire n’est-il pas sexiste lui aussi lorsqu’il évoque la puissance et la gloire de la « volupté mâle » dans le plaisir ? Ne faudrait-il pas extraire les « Fleurs du Mal » des manuels scolaires?

Faudra-t-il demain à Cannes, sur le tapis rouge de honte, ou en plein cœur de Paris, au sortir de la Coupole, montrer un certificat de progressisme pour traverser la Croisette ou le boulevard du Montparnasse ? A suivre…

« J’étais revenue à New York le 24 juin 1976, (…) quelques jours après ma soutenance de thèse sur le marquis de Sade, écrite sous la direction de Roland Barthes », nous dit Chantal Thomas, écrivain, prix Femina 2002 pour « Les Adieux à la reine » (Seuil), adapté au cinéma par Benoît Jacquot. Avec « East Village Blues » (Fiction &Cie/Seuil)( photos très graphiques d’Allen S. Weiss), l’auteure nous offre une sorte de « Temps retrouvé »au cœur de l’East Village, tel que ce quartier de New York existait pour la narratrice, lors d’un premier séjour aux Etats-Unis. C’était le printemps de la « Beat Génération «. La française de l’East Village écoutait Janis Joplin, Bob Dylan et Joan Baez. Revenant en 2017 dans le théâtre de sa jeunesse, Chantal Thomas retrouve, le cœur serré, le paysage d’antan en elle, mais nulle part ailleurs. L’ Amérique d’alors est devenue autre. Que se passe-t-il lorsque, pèlerin de cet hier insaisissable, disparu à jamais, nous revenons sur nos pas, longtemps après ? Que peut être la nature de cette émotion qui nous étreint ? N’est-ce pas notre être tout entier qui tremble et balbutie ? Le destin des souvenirs, c’est tout simplement le nôtre, au fond, ce pourquoi l’on écoute ce blues de femme pas comme les autres, la gorge serrée. Ce ne sont pas les lieux qui sont cruels, mais le temps qui nous séparent d’eux. « Des images du passé, par éclats, resurgissent, comme réfléchies par un miroir fêlé — un miroir qui aurait été jeté avec d’autres objets abandonnés. Pas vraiment des images, mais plutôt le rappel physique d’une passion, la trame réactivée d’une dynamique, combien marcher dans cette ville a pu m’occuper, être pour moi un motif d’existence suffisant «, murmure Chantal Thomas, flottant dans Manhattan telle un beau fantôme très français.La romancière convoque Kerouac,William Burroughs, Allen Ginsberg et toute la bande.

-Kerouac était un affreux macho. Quand je vois Ginsberg (…) je change de trottoir, confiait à Chantal Thomas étudiante, sa logeuse américaine.

-Mais si leurs écrits nous transportent, faut-ils s’interdire de les lire ?

-Et comment !

Le politiquement correct américain ressemble donc bel et bien à un destin, le bon sentiment cimentant sans doute l’inconscient collectif Us. Chantal Thomas-dont la rythmique est parfaite (la littérature, c’est de la musique)-cite pour finir Jack Kerouac, et ce passage de « Sur la Route « :

« Les seuls qui m’intéressent sont les furieux de la vie, les furieux du verbe, qui veulent tout à la fois, ne baillent jamais, sont incapables de dire des banalités, mais qui flambent, qui flambent, qui flambent, jalonnant la nuit comme des cierges d’église ».

Monsieur KLEIN, de Joseph Losey, avec Alain Delon. Amazon, 7 euros 86 le DVD ( livraison gratuite).

« East Village Blues »,  par Chantal Thomas/( éditions du Seuil/ Fiction & Cie/ 152 pages /21 euros

La dictature des identités, par Laurent Dubreuil/Gallimard/125 pages/15 euros

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires