En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

07.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

01.

Les lions d'Afrique menacés de disparition

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 2 heures 37 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 6 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 8 heures 22 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 9 heures 23 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 10 heures 26 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 11 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 11 heures 57 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 11 heures 59 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 11 heures 59 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 5 heures 4 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 6 heures 51 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 9 heures 3 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 9 heures 44 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 11 heures 28 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 11 heures 57 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 11 heures 57 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 11 heures 59 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 12 heures 1 min
Atlanti-Culture

Théâtre. Electre/Oreste : La Comédie-Française à sa place: la première

Publié le 16 mai 2019
Dans une programmation parfois chaotique, les deux pièces d'Euripide viennent heureusement mettre en valeur le très bon travail effectué, le plus souvent, par la Comédie-Française
Danielle Mathieu-Bouillon pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Danielle Mathieu-Bouillon est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une programmation parfois chaotique, les deux pièces d'Euripide viennent heureusement mettre en valeur le très bon travail effectué, le plus souvent, par la Comédie-Française

ELECTRE-ORESTE

d’Euripide

Mise en scène Ivo van Hove

avec la troupe de la Comédie-Française: Claude Mathieu, Cécile Brune, Sylvia Bergé, Eric Génovèse, Bruno Raffaelli, Denis Podalydès, Elsa Lepoivre, Julie Sicard, Loïc Corbery, Suliane Brahim, Benjamin Lavernhe, Didier Sandre, Christophe Montenez, Rebecca Marder, Gaël Kamilindi

Et les comédiens de l’académie de la Comédie-Française: Peio Berterretche, Pauline Chabrol, Olivier Lugo,

Noémie Pasteger, Léa Schweitzer

Percussions Trio Xenakis

 

INFORMATIONS

Comédie-Française

Salle Richelieu – Place Colette Paris 1er

jusqu' au 3 juillet 

Réservations: 01 44 58 15 15/ www.comedie-francaise.fr 

 

RECOMMANDATION

          EXCELLENT

 

THEME 

Deux tragédies, « Electre » et « Oreste », sont ici rassemblées pour conter l'une parmi les plus célèbres histoires de familles grecques frappées par la vengeance des  Dieux et souvent poussées à des crimes terribles.

Electre et Oreste sont les enfants d'Agamemnon, héritiers de la fatale lignée des Atrides. Leur père fut tué par Egisthe, l'amant de leur mère Clytemnestre, à son retour de la Guerre de Troie. Euripide, est, après Eschyle et Sophocle,  le 3ème à traiter le sujet ; il situe l'action quelques années plus tard, tandis qu' Electre a été mariée à un laboureur et ne rêve que de venger son père, en attendant le retour de son frère Oreste.  Ce dernier revient,  flanqué de son ami Pylade, et découvre avec horreur comment sa sœur est traitée. Poussé par l'oracle d'Apollon, il est bien décidé à venger son père et à tuer Egisthe. Le meurtre est donc organisé ; il sera sauvage. Electre incite ensuite son frère à tuer leur mère. Oreste va donc, en dépit de ses doutes, exécuter cette dernière. 

Dans « Oreste », les deux accusés attendent la décision du peuple d'Argos. L'arrivée de leur oncle Ménélas, leur fait reprendre espoir. Mais ce dernier est lâche et les abandonne. C'est Pylade, l'ami fidèle (Loïc Corbery), qui redonne à Oreste l'envie d'aller plus loin et de continuer à se battre.

 

POINTS FORTS

-  Après son triomphe des "Damnés", Ivo van Hove a choisi le plus novateur parmi le trio des grands auteurs tragiques grecs, voire le plus subversif déjà à l'époque : Euripide, né l'année de la Bataille de Salamine, fut un peu "boudé" par les athéniens, recueillant moins la faveur d'un public qui lui préférait Eschyle et Sophocle. Pourtant, il est résolument le plus moderne des trois, le plus passionné et celui qui apporte le plus de soin à la psychologie de ses personnages ; lesquels,  plus nombreux que chez ses grands aînés, ont une vraie gestuelle, sont vêtus de costumes normaux et non plus des tuniques matelassées et hiératiques des débuts de la Tragédie. Le choix des costumes bleus pour dissocier les castes est ici judicieux.

 

- Le metteur en scène a choisi un décor de terre boueuse et une sorte de casemate qui devient chaque lieu clos convenu. La violence, omniprésente dans ces tragédies, est encore plus intense chez Euripide, qui construit de vrais personnages, avec une psychologie, des réactions, une énergie dévastatrice, même s'ils sont aussi manipulés par les Dieux.

 

- Suliane Brahim, fragile et frêle Electre, a un physique de garçonnet et déploie une force qui entraîne son frère Oreste (Christophe Montenez), plus réticent face à l'horreur du matricide, à tuer aussi leur mère qu'elle attire vers sa maison sous un faux prétexte. Sa détestation pour sa mère, se fragilise lors d'un moment beau et émouvant où elle retrouve, dans les bras de Clytemnestre (Elsa Lepoivre, digne et touchante), un instant de son enfance, en se lovant contre le sein de celle dont elle organise l'assassinat. Le chœur certes horrifié par la manière sanguinaire dont elle avait traîné auparavant le cadavre d'Egisthe, allant jusqu'à l'émasculer sur la scène, était néanmoins demeuré compréhensif face à la volonté d'Apollon de voir des enfants venger leur père. Mais, le matricide les affole. Oreste poursuivi par les Erinyes vengeresses, va sombrer dans le désespoir.

 

- Le metteur en scène choisit de couper de longs passages du début de « l'Oreste » d'Euripide écrit en 408 avant Jésus-Christ, pour faire commencer l'action en l'instant où le frère et la sœur, attendent terrifiés leur jugement qui risque d'être la mort par lapidation. Cette deuxième partie, toujours violente va cependant développer plus avant la réflexion de l'auteur sur la Loi, si essentielle à Athènes. Il faut citer ici Didier Sandre, particulièrement convainquant dans la sage force impitoyable de Tyndare ( père de Clytemnestre et d'Hélène)

 

- Les acteurs et actrices, qui jouent dans des conditions physiques difficiles, pataugeant dans la boue tout au long du spectacle, sont remarquables d'intensité. Les ballets, à l'image de la sauvagerie du propos, sont magnifiquement rythmés par les percussions du trio Xenaquis, parvenant à des formes de transes qui existaient bien dans la célébration du Dieu Dionysos. Il ne faut pas oublier qu' à l'époque, le Théâtre était une cérémonie essentiellement cultuelle. Le metteur en scène laisse aller très loin la violence du texte, car c'était là le but de la tragédie : La Catharsis (au sens propre ; vomir). Il faut montrer au peuple toutes ces horreurs pour parvenir à l'en dissuader.

 

- En dépit de ce bruit, de cette fureur, on entend le texte à merveille. Pas seulement grâce aux micros, mais par sa densité et la qualité de son adaptation. On perçoit exactement ce qu'a voulu signifier Euripide en ces temps de construction démocratique d'un peuple, au Vème siècle avant Jésus-Christ.

Certains personnages secondaires laissent à entendre des idées particulièrement fortes sur les valeurs fondamentales, sur la politique, sur la Loi et sur la Justice. En ce sens le metteur en scène a véritablement laissé la parole à Euripide

 

- Les Dieux ne sont jamais loin. Chez Euripide, ils sont regardés avec moins de frayeur mais une sorte d'humour avant la lettre. Le Dieu Apollon, vêtu d'une robe dorée comme le soleil, viendra, à la fin, apaiser la danse barbare de la vengeance des protagonistes en leur expliquant qu'ils sont pardonnés et que l'harmonie devra revenir, après un exil d'une année qu'il prévoit pour Oreste.

 

POINTS FAIBLES 

- Peut-être, un peu trop de boue ;  mais il est vrai que dans les temps anciens, le chœur se déployait sur du sable.

 

EN DEUX MOTS 

Le spectacle est d'une intensité énorme. Le metteur en scène a voulu tout montrer, alors que les auteurs grecs - comme les tragiques français après eux - ne faisaient que raconter les horreurs qui s'étaient passées ou était en train de se dérouler. Là, il y a de la boue et beaucoup de sang ; mais ce spectacle est paradoxalement d'une étrange beauté.

Certes, notre époque est violente et l'image de la barbarie est partout. On peut comprendre l'envie d'un metteur en scène de 2019 de montrer combien cette radicalisation moderne de la violence et tous ces tumultes qui nous ébranlent dans nos certitudes, plongeraient loin leurs racines dans l'histoire de notre pauvre humanité, jusqu'à la sublime universalité du miracle grec !

Cela serait-il alors capable de sortir notre monde de son propre cauchemar ? Je l'espère.

 

UN EXTRAIT 

Oreste : « ...J'ai trouvé l'indulgence dans l'esprit des gens opulents, et de la grandeur d'âme dans le corps d'un pauvre. Mais alors, quel signe pour distinguer les bons et les mauvais ? La richesse serait un bien mauvais critère. Le dénuement ? Mais la pauvreté comporte une tare, car le besoin pour l'homme est l'école du mal. »

 

L’AUTEUR 

 Euripide (480-406  avant Jésus-Christ)

On disait qu'Euripide était le plus tragique des Tragiques. Certains ont vu en lui le précurseur de l'esprit moderne. 

« Mais un poète que Socrate appelait son ami, qu'Aristote mettait fort haut, qu'admirait Ménandre et pour lequel, en apprenant sa mort, Sophocle et la cité d'Athènes prirent le deuil, devait bien avoir quelque valeur... » (Goethe)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires