En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Ce que la redoutable efficacité vietnamienne face au Coronavirus pourrait nous apprendre pour faire face à une potentielle 2eme vague (et ce dont nous ne voulons surtout pas...)

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Add Oil
Hong Kong : les manifestations reprennent, cette fois contre un projet de loi sur la sécurité imposé par la Chine
il y a 7 heures 56 min
pépites > Economie
Puits sans fond
La dette française dépassera "très certainement" 115% du PIB en fin d'année
il y a 8 heures 59 min
light > Culture
On ira tous au paradis
Le romancier et parolier Jean-Loup Dabadie est décédé
il y a 9 heures 48 min
pépites > Politique
Duo
Popularité : Macron en baisse, Philippe en hausse
il y a 12 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Soifs d’amitié

il y a 14 heures 34 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Cette grande bouffée d’air marin que vous respirez est probablement pleine de particules de microplastique
il y a 14 heures 52 min
décryptage > International
Animal social

Les années 2020, nouvelles années folles ?

il y a 15 heures 10 min
décryptage > International
Confrontation

Face à la Chine : l’Occident oublie les éléments qui nous avaient permis de gagner la guerre froide

il y a 15 heures 31 min
décryptage > Economie
Proposition

500 milliards pour relancer l'Europe... Mais de nombreuses questions en suspens

il y a 15 heures 58 min
décryptage > International
White only?

"Un Noir n'est pas un Noir s'il pense voter Trump" : les nouvelles théories racialistes de Joe Biden

il y a 15 heures 59 min
light > Culture
Visites
Déconfinement : quels sont les musées français qui ont rouvert ?
il y a 8 heures 28 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"
il y a 9 heures 37 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Les premiers stades de la formation d'une planète observés en direct ; Le Pentagone rend public huit rapports de rencontres avec des « phénomènes aériens inexpliqués »
il y a 12 heures 32 min
pépites > International
Confrontation
Le ministre chinois des Affaires étrangères estime que son pays est "au bord d'une nouvelle Guerre froide" avec les États-Unis
il y a 13 heures 27 min
décryptage > International
Accalmie

Téhéran-Washington : Le calme d’après ou d’avant la tempête ?

il y a 14 heures 43 min
décryptage > High-tech
Volontariat

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

il y a 15 heures 4 min
décryptage > Société
Tentation liberticide

Covid-19 : une nouvelle servitude volontaire

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Economie
Problème culturel

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

il y a 15 heures 58 min
décryptage > France
Agriculture

Les abeilles, atout des céréaliers dans leur volonté de reconquête de l'opinion publique

il y a 15 heures 58 min
décryptage > High-tech
Big Brother

Facebook se lance dans la vente en ligne pour vraiment TOUT savoir de vous

il y a 15 heures 59 min
© CC
© CC
Vent d'ailleurs

Gerard Manley Hopkins, le pari du mystère contre l’horreur

Publié le 25 avril 2019
Les Editions du Cerf mettent à l’honneur une nouvelle traduction de Gerard Manley Hopkins.
Pauline de Préval est journaliste et réalisatrice. Auteure en janvier 2012 de Jeanne d’Arc, la sainteté casquée, aux éditions du Seuil, elle a publié en septembre 2015 Une saison au Thoronet, carnets spirituels.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pauline de Préval
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pauline de Préval est journaliste et réalisatrice. Auteure en janvier 2012 de Jeanne d’Arc, la sainteté casquée, aux éditions du Seuil, elle a publié en septembre 2015 Une saison au Thoronet, carnets spirituels.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Editions du Cerf mettent à l’honneur une nouvelle traduction de Gerard Manley Hopkins.

Faut-il y voir un signe des temps ? Et, pourtant, quoi de plus éloigné de nous, en apparence, surtout en ce début de XXIe siècle ! Songez-y, il s’agit d’un poète anglais né la même année que Verlaine (1844) et décédé l’année où Oscar Wilde terminait Le Portrait de Dorian Gray (1889). Il faut aussitôt ajouter pour comble d’anachronisme qu’il était prêtre ! Oui, et prêtre catholique, ce qui dans une île comme l’Angleterre revient à être une île dans une île, la plus tragique des situations que vivra à son tour G.K. Chesterton. Un prêtre catholique ? Que dis-je ? Un jésuite. Dès lors, on ne peut pas penser à notre actualité : Hopkins pourrait-il préfigurer le pape François, le premier pape issu de la compagnie de Jésus ? On en discute. Le saint père s’en réclame d’ailleurs à l’occasion. Mais son actualité est encore toute autre. Il était impossible de ne pas penser à lui lorsque nous avons vu les flammes de l’incendie du 15 avril, qui ont défiguré en partie Notre-Dame de Paris.

En effet, la question de la catastrophe et du salut est au cœur de la pensée et l’œuvre de Hopkins. Celle-ci débute par un grand poème, peut-être impossible à traduire, mais merveilleusement rendu par Bruno Gaurier, le savant traducteur, tant il sollicite le plus pur génie musical anglais, j’ai cité « Le Naufrage du Deutschland ».  L’histoire de ce poème aux allures de mer emportée est bien connue : en 1875, 157 personnes, fuyant les persécutions contre les catholiques en Allemagne, ont péri en mer. Parmi elles, cinq religieuses franciscaines. Comment comprendre ce désastre ? Hopkins lance son verbe au plus haut pour recréer l’impression tourbillonnante d’une tempête, décrire le péril, raconter la catastrophe et interroger son sens. Tout n’est-il donc qu’horreur, absurdité et néant ? Ou tout contient-il, au contraire, une part inaliénable de mystère ? De foi possible, malgré tout ?  Hopkins fait le pari de mystère contre l’horreur :

 

Je te louange, O maître des marées,

De l’antique déluge, de la chute de l’an ;

Contenance et recouvrance au bord des abysses,

Son enceinte et son môle et sa digue ;

Tu étanches et apaises  un océan à l’humeur capricieuse ;

Tu fondes l’être, toi son granit ; hors de toute

Portée, Dieu, tu trône voilé par

La mort en souverain qui veille et ne se voit, s’annonce mais sursoit.

 

Cette musique étrange, cette foi résolue résonnent à notre oreille, en ce qu’elles sont un défi aux lâchetés, à un appel au sursaut, une ouverture à l’infini. Hopkins écrit par ailleurs : « Pour nous, catholiques, mystère signifie une incompréhensible certitude. Sans certitude, sans formulation, il n’y a pas d’intérêt. Plus la formulation est claire, plus l’intérêt grandit. En fin de compte, la source de l’intérêt est la même dans les deux cas, chez vous, comme chez nous : c’est l’inconnu, cette réserve de vérité au-delà de ce que l’esprit atteint, et dont on devine la présence. Mais l’intérêt qu’éprouve le catholique est, si je puis dire, d’une beauté rare. » Curieuse destinée, en tout cas, que celle de ce prêtre qui exerça son ministère au milieu de la misère de Liverpool puis de Glasgow, puis en tant que professeur de grec à Dublin en 1884. Maurice Blanchot l’avait compris qui écrivait dans la NRF en 1958 : « Comme il est étrange que les plus grandes gloires littéraires de notre temps soient nées d'œuvres entièrement posthumes : Kafka, Simone Weil, Hopkins, ou partiellement comme Hölderlin, Rimbaud, Lautréamont, Trakl, et en un sens plus cruel Nietzsche. »

Parmi ces poèmes admirables, aussi puissants que ceux Shakespeare, des poèmes à lire en bilingue, où on entend le souffle du génie passer à chaque vers, il en est un qui est admirable entre tous, son Ode l’Orphée britannique, Henry Purcell :

Oh ! que son souffle angélique m’élève, m’apaise ! Aurais-je seulement

Regard sur ses bienfaits, sur ses sidérations étranges, sur le soyeux plumage au creux

Des ailes : tel un pétrel des tempêtes, eût-il couru son temps

Sur la grève tonnerre pourpre aux plumes pourpres du tonnerre

Qu’en tornade ses rémiges-pure-neige libèrent alentour un colossal sourire.

Philippe Jaccottet, qui a su louer chez l’auteur « un mouvement de l’âme vers la perfection », a écrit : « Hopkins fut emporté par la typhoïde à l’âge de quarante-cinq ans. Ses poèmes furent publiés pour la première fois par Robert Bridges, un de ses rares amis, en 1918 seulement. Depuis lors, ils ont pris une importance considérable dans les pays anglo-saxons. » A nous de faire fête à cet homme qui laisse un signe de joie.

Gerard Manley Hopkins, Poèmes, 400 pages - févr. 2019 - 25,00€

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires