En direct
Best of
Best Of
En direct
Atlanti-Culture
"François, roman" de François Taillandier : authenticité, pudeur, et universalité
Publié le 07 mars 2019
Appartenant à une génération qui a vécu un véritable bouleversement copernicien, le chaotique apprentissage, par François Taillandier, de sa propre dimension d'homme et d'écrivain. Remarquable.
Marie De Benoist est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie De Benoist pour Culture Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie De Benoist est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Appartenant à une génération qui a vécu un véritable bouleversement copernicien, le chaotique apprentissage, par François Taillandier, de sa propre dimension d'homme et d'écrivain. Remarquable.

LIVRE

François, roman

de François Taillandier   

Ed. Stock

263 p.

 

 RECOMMANDATION 
            EXCELLENT

 

THEME 

C’est à ce petit garçon de sept ans à l’air boudeur sur une photo de classe que ce roman est consacré ; à soixante-trois ans, le narrateur affirme qu’il lui est « redevable de tout. » Sa mémoire lui permet de reconstruire ce personnage lointain qui appartient à une époque désuète, au charme indéniable. Il le situe dans son contexte provincial, sa « contrée » auvergnate, grâce aux souvenirs minuscules de l’école St Gabriel de Clermont-Ferrand  ou de Ferrières, village du Bourbonnais habité par des personnages pittoresques, qui parlent encore patois. Il raconte ensuite son adolescence au collège Massillon, marquée par ses chocs littéraires éblouissants, et dominée par la découverte des filles, de la sexualité, dont il ignorait tout. Il poursuit son récit par un portrait sévère de l’étudiant en lettres et du jeune professeur sans vocation, qu’il est devenu. Influencé par l’esprit soixante-huitard, il rejette alors tout l’héritage qu’il a reçu, refuse toute responsabilité et se complaît dans une vie molle et décousue. La voix intérieure du petit François lui permettra une révolte salutaire contre lui-même.

 

POINTS FORTS 

• Une évocation très juste de cette bourgeoisie provinciale catholique, de ses principes et de ses mœurs d’une telle évidence qu’on ne les discute pas.

• Son arrière-grand-père, le « Gallo-romain », représente parfaitement ce monde enraciné dans un mode de vie inchangé depuis des siècles.

• Au centre de ses souvenirs se trouve le basculement d’une époque à une autre. Pas de passéisme de sa part, mais une conscience aiguë de ces bouleversements incroyables et si précipités, comme le renoncement des catholiques à eux-mêmes, en affadissant la religion sous prétexte de la rapprocher des gens ou la « fumisterie » de la libération sexuelle obligatoire sous l’égide de Freud.

• Dans cette quête des origines et de son identité, il retrouve la naissance de sa vocation d’écrivain à travers sa sensibilité précoce aux mots et à leur mélodie, sa passion dévorante pour les livres à l’adolescence et aussi son goût pour la solitude, propice à la rêverie indispensable au futur romancier.

 

POINTS FAIBLES 

• Une certaine exagération dans la liste de ses défauts d’étudiant et de jeune professeur.

 

EN DEUX MOTS 

François Taillandier, romancier balzacien, nous propose cette fois-ci un récit autobiographique à portée universelle, écrit d’une plume fluide et élégante. Il ne nous raconte pas seulement sa jeunesse, mais celle de toute une génération qui se reconnaîtra dans ces années charnières, pendant lesquelles une société figée dans ses habitudes, ses rituels, ses conformismes, n’a pas résisté aux changements brusques de mai 1968 et sera définitivement assimilée à « un monde révolu, à un monde d’avant. »

 

UN EXTRAIT 

«  L’homme de soixante-trois ans qui écrit ces lignes et s’interroge sur le François de son passé … après toutes les choses de la vie, … les amours, les romans, les rivages, les joies, les déceptions, … le temps inexorable qui se referme comme un éventail, les rêves et les limites, … la passion ou l’ennui, les quotidiennetés et les drames, … toute la profuse immensité de la vie, l’homme de soixante-trois ans sait qu’à François il reste redevable de tout. » p. 123

 

L’AUTEUR 

Né en 1955, François Taillandier a écrit des dizaines de romans et d’essais, dont Anielka, Grand Prix du roman de l’Académie française 1999  et La grande Intrigue, cycle romanesque en cinq volumes (2005-2010).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
De Christchurch à Utrecht : quel modèle intellectuel pour penser sereinement le grand bouleversement démographico-ethnique dans les démocraties occidentales ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires