En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 4 heures 23 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 5 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 8 heures 48 sec
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 8 heures 12 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 9 heures 12 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 10 heures 19 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 11 heures 39 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 12 heures 1 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 12 heures 4 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 12 heures 4 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 4 heures 55 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 5 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 8 heures 4 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 8 heures 41 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 9 heures 54 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 11 heures 9 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 12 heures 2 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 12 heures 4 min
© DIPTENDU DUTTA / AFP
© DIPTENDU DUTTA / AFP
Gazouillis

Twitter, et les nouvelles agoras: de la fin de la pensée complexe à l’autocensure

Publié le 20 février 2019
De manière générale, Twitter et les nouvelles agoras se proclament nouveaux espaces d'échange et vecteurs de démocratie. Pourtant, bien souvent, on se rend compte que suivre une discussion complexe relève d'un exploit
Nathalie Nadaud-Albertini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Nadaud-Albertini est docteure en sociologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et correspondante au Centre de Recherche sur les Médiations de l’Université de Lorraine.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De manière générale, Twitter et les nouvelles agoras se proclament nouveaux espaces d'échange et vecteurs de démocratie. Pourtant, bien souvent, on se rend compte que suivre une discussion complexe relève d'un exploit

Atlantico : Donald Trump fait de la twitto-diplomatie, de plus en plus de personnes influentes développent des "threads". Pourtant, l'accès à des discussions complexes sur les réseaux sociaux est rendu difficile à la fois pour des raisons techniques et par les contraintes de l'outil elles-mêmes. Les nouvelles agoras souffrent-elles de leur manque d'ergonomie ?

Nathalie Nadaud-Albertini : Twitter a évolué depuis ses débuts : on est passé d’une limite de 140 caractères par tweet à une limite de 280, et on a, à présent, la possibilité de faire des threads (lier plusieurs tweets pour en faire un contenu plus long). Cependant, le réseau à l’oiseau bleu permet encore difficilement des discussions complexes, et ce pour plusieurs raisons. 

Tout d’abord, le principe des threads repose sur le présupposé selon lequel la pensée serait linéaire. Or, ce n’est pas le cas. En effet, il arrive que l’on se rende compte que, dans les arguments que l’on vient de développer, un demande à être préciser ou nuancer. Si l’on revient sur cet argument pour l’approfondir, on coupe le fil de la discussion en deux. Supposons maintenant que plusieurs intervenants fassent de même, la discussion devient impossible à suivre.

Autre élément important dans le manque d’ergonomie de Twitter : pour avoir la totalité des réponses, les utilisateurs doivent cliquer sur chaque tweet du fil de discussion. On s’y perd et on sature vite.

Autre élément important dans le défaut d’ergonomie de Twitter pour les conversations : le hashtag. D’un côté, il n’est pas possible en cliquant sur un hashtag d’obtenir le flux chronologique de la conversation. Au lieu de cela, on a un flux désordonné et aléatoire qui ne favorise pas la compréhension de la discussion dans sa globalité. D’un autre côté, les signes du hashtag sont inclus dans la limite des 280 signes, ce qui fait qu’il arrive que des intervenants ne l’incluent pas dans leur tweet, rendant l’échange général encore plus compliqué à suivre.  

En creux, ces outils n'ont-ils pas pour conséquence insidieuse d'amener à une pensée simplifiée en quelques caractères ou à privilégier les thématiques simplistes ? 

À mon sens, Twitter est plus un outil de punchlines, de phrases fortes, choc ou humoristiques, ou du moins de phrases synthétiques. Il est un outil de communication au sens de promotion de telle personne, de telle marque, ou de tel objet, un outil d’expression d’opinions (on dit que l’on pense ceci ou cela, mais sans indiquer les arguments sur lesquels on se fonde) ou d’humeur, et bien plus difficilement un outil de débat. Personnellement, ce n’est pas l’outil que je choisirais pour avoir une discussion argumentée et complexe. Je sais que certains le font, mais cela me surprend toujours.

D'un point de vue plus politique, ces plateformes n'ont-elles pas tendance à induire une forme d'autocensure puisqu'elles ne permettent pas, de fait, de développer une pensée complexe, argumentée et nuancée ?

Autocensure au sens où l’on déciderait de se limiter dans l’expression de ses arguments, vous voulez dire ? D’une certaine façon oui, parce qu’on a le sentiment que les arguments que l’on exprime sont émiettés çà et là dans le débat, quand on n’a pas le sentiment qu’ils se sont complètement perdus en cours de route. Ça donne parfois l’impression de parler dans le vide et pour rien. Un peu comme si on recevait en retour un grand « cause toujours ». Et au final, ça lasse et décourage d’argumenter.

J’aimerais ajouter quelque chose qui est moins de l’ordre de la réponse que du questionnement. Je me demande s’il est vraiment judicieux de vouloir faire de Twitter un outil de débat argumenté. On pourrait aussi se dire qu’il permet simplement de diffuser des formules percutantes, laissant à d’autres réseaux sociaux et canaux le soin de permettre un réel débat. L’idée serait la suivante : à chaque réseau sa fonction. À force de vouloir leur faire faire à tous les mêmes choses, il me semble parfois qu’ils perdent à la fois leur identité et leur distinctivité. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 20/02/2019 - 10:09
Twitter : la bien pensance ou la censure aveugle ???
En juillet 2018, Twitter avait déjà fermé en deux mois plus de 70 millions de comptes, soit disant "robotisés" !...
(dont le mien pour apologie de la violence car j'avais osé écrire "qu'un sang impur abreuve nos sillons" à la fin d'un commentaire sur le sacrifice inutile du colonel Beltrame !...
Que peut on en conclure sinon que les censeurs de tout poil et de toute confession n'étaient pas en vacances
ou alors ...
que les algorithmes de censure automatisés et aveugles de Twitter ne permettent plus de distinguer toute forme d'expression qui flirte d'un peu trop près avec second degré .
voire,
que des abrutis incultes et bien de "chez nous" s'acharnent à dénoncer les comptes de ceux qui osent publier des critiques un peu trop dérangeantes pour nos "zélites" bien françaises !...
In fine, comme "fesse de bouc", ce réseau dit social est bien une sacrée merde à la sauce US qui n'admet pas la liberté de pensée.
Alors cachez moi ce sein que je ne saurais voir !...