En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

02.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

03.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

06.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le fantôme d'Aziyade" de Pierrre Loti : quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vive la vie" de Thomas Labacher : helvétique, envoûtant et magique !

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk : un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 8 heures 43 min
light > Santé
Remède efficace
Coronavirus : Jackie Chan s’engage à donner un million de yuans pour la recherche d’un vaccin
il y a 10 heures 13 min
pépites > Politique
Campagne familiale
Elections municipales : Marie-Caroline Le Pen, la sœur aînée de Marine Le Pen, fait son retour en politique à Calais
il y a 12 heures 51 min
light > Sport
Un pas de plus dans la légende
Biathlon : Martin Fourcade remporte son onzième titre de champion du monde de l’individuel
il y a 13 heures 38 min
pépites > Politique
Rivalités
Affaire Griveaux : Christophe Castaner fait une allusion à la vie privée d’Olivier Faure et provoque l'indignation de l'opposition
il y a 15 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cas Richard Jewell" de Clint Eastwood : l'histoire vraie d'un héros ordinaire broyé par la machine étatique : un Clint Eastwood grand cru...

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Société
Hémiplégie techno

Séparatisme islamique : cette autre dimension du défi qu’oublie Emmanuel Macron

il y a 18 heures 38 min
décryptage > Europe
Recomposition politique

Ce vote Sinn Féin irlandais qui devrait réveiller l’Europe

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Français, Le monde vous regarde" de Jean-Christophe Notin : 32 ambassadeurs en poste en France répondent à de nombreuses questions lapidaires, trop de langue de bois, aucun commentaire après les réponses. Aurait pu mieux faire !

il y a 5 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Thérapie de groupe, tome 1. L’étoile qui danse" de Manu Larcenet : l’angoisse de la page blanche ? Une porte ouverte à tous les délires créatifs ?

il y a 8 heures 29 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 18 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 18 min
pépites > Justice
Dommages et intérêts
L'Assemblée nationale va réclamer plus d'un million d'euros dans le cadre du procès Fillon
il y a 11 heures 14 sec
décryptage > Défense
Contrat

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

il y a 13 heures 21 min
pépites > Justice
Enquête de déontologie
Affaire Griveaux : Juan Branco a renoncé à défendre Piotr Pavlenski, suite à la demande du bâtonnier de Paris
il y a 14 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les "anonymes" de la Résistance en France, 1940-1942. Motivations et engagements de la première heure" de Limore Yagil : la Résistance avait commencé bien avant l’appel du 18 juin, une salutaire analyse pour l’honneur des Français

il y a 16 heures 20 min
pépites > Politique
Campagne électorale
Elections municipales à Paris : Rachida Dati devance Anne Hidalgo pour la première fois, selon un nouveau sondage
il y a 17 heures 3 min
pépite vidéo > Environnement
Une page se tourne
Le premier réacteur de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française, sera arrêté samedi
il y a 18 heures 47 min
décryptage > Sport
Haaland fait chuter Paris

Dortmund/PSG: 2/1 Paris passe au travers

il y a 20 heures 4 sec
© Bernd Uhlig / OnP
© Bernd Uhlig / OnP
Atlanti-Culture

"Il Primo Omidicio" d’Alessandro Scarlatti : très beau programme, audacieux, pour un bel anniversaire

Publié le 06 février 2019
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

OPERA
« Il Primo Omidicio » 
d’Alessandro Scarlatti
Mise en scène : Romeo Castellucci
Direction musicale : René Jacobs
 

INFORMATIONS 

Opéra de Paris- Garnier

Place de l’Opéra

75009 Paris

Tel O892 89 90 90

www.operadeparis.fr

En alternance jusqu’au 23 février 

 

RECOMMANDATION

         EN PRIORITE

 

THEME

Créé en 1707  à Venise, composé pour six solistes et orchestre, Il Primo Omicido (en français, Le premier meurtre) est le plus important oratorio d’Alessandro Scarlatti sur un sujet biblique. Ecrit en deux parties, il s’inspire de l’un des épisodes les plus forts de l’Ancien Testament : le meurtre d’Abel par son frère Caïn.

L’œuvre s’ouvre sur les lamentations d’Adam et Eve, chassés du paradis terrestre pour avoir passé outre l’ordre de Dieu et mangé le fruit  défendu.

Pour essayer d’apaiser le Tout- Puissant, le doux Abel décide de lui sacrifier un agneau. Caïn, qui est l’ainé et estime qu’il lui appartient de calmer l’ire divine, offre  les fruits de son travail de la terre. Abel égorge l’agneau.  Parce qu’il est un être pur, Dieu bénit son holocauste, au grand désespoir de Caïn.

C’est dans la deuxième partie que ce dernier va accomplir son fratricide. Poussé par Lucifer, il tue son cadet à coups de pierre. Pour ce geste fatal, qui laisse Adam et Eve en pleurs, Dieu condamne Caïn, non pas à la mort, mais à l’errance. Ce châtiment  sera adouci parce que Le Tout-Puissant  finira par accorder au meurtrier  la rédemption .

 

POINTS FORTS

- Et d’abord l’œuvre : redécouverte en 1998 par le chef René Jacobs qui l’avait alors enregistrée,  elle n’avait encore jamais été  montée à l’Opéra de Paris. Trois cent ans après sa création, elle fait  donc enfin son entrée au répertoire de l’Institution.  A l’écouter,  on se demande pourquoi  elle avait croupi si longtemps dans  les oubliettes de l’opéra. Son livret est de très haute qualité littéraire et sa partition, magnifique, à la fois simple et complexe, dépouillée et riche en harmoniques.

- Dans la fosse, dirigeant de sa main à la fois ferme et souple cet oratorio qu’il connaît comme sa poche, le chef René Jacobs se régale. D’autant plus qu’il a devant lui «  son » orchestre, le B’Rock, qu’il avait créé à Gand, essentiellement pour interpréter de la musique baroque.  Tous les  membres  de cette phalange sont là au grand complet, le « patron » ayant « musclé » le dispositif orchestral initial  prévu par le compositeur. La musique sonne splendidement.

– Sur scène, comme galvanisés par la perfection sonore de l’orchestre , les  six chanteurs donnent leur maximum. L’Abel de la mezzo Olivia Vermeulen a une radieuse musicalité. L’Adam du ténor Thomas Walker est d’une  belle expressivité. Quant à l’Eve de la soprano Birgitte Christensen,  malgré quelques problèmes de tenue dans les aigus, elle fait preuve d’une touchante sensibilité.

- Aux manettes de la mise en scène, des décors, des costumes et des lumières, un seul et même homme, Romeo Castellucci. Passionné  depuis toujours par les mythes qui ont fondé notre société, l’intellectuel italien est ici à son affaire. Pour une (rare) fois, il a travaillé  sans cet esprit de provocation qui lui vaut parfois  (à juste titre) des coups de bâton. Pour la première partie, il a choisi  de faire évoluer les personnages dans un univers abstrait, avec des  àplats de couleurs à la Rothhko, qu’il a juste «meublés » d’accessoires signifiants. Pour la seconde, où il fait doubler les personnages par des enfants,  il revient au réalisme, ciel étoilé, champ de blés, chemin semé de pierres parmi lesquelles, celle dont va se saisir Caïn pour tuer son frère. Mais abstraction ou réalisme, les chanteurs évoluent dans une gestuelle stylisée, hiératique, qui évoque les peintures médiévales. C’est beau parce que Castellucci a laissé toute sa place à la musique.


POINTS FAIBLES

Il y en a peu, un tempo peut-être un peu trop lent dans la première partie; la maladresse de certains  des enfants qui « doublent » les personnages. Pourquoi Castellucci leur a-t-il demandé de faire semblant de chanter ? Ça ne marche  pas parce que ces enfants  connaissent insuffisamment livret et partition. Mais ces ratés  sont des broutilles, face à la réussite de cette production.

 

EN DEUX MOTS

Pour fêter son 350° anniversaire, l’Opéra de Paris a mis les petits plats dans les grands avec une belle audace.   Non seulement il fait  découvrir une œuvre baroque  qui n’avait encore  jamais été jouée en ses murs, mais en plus, pour l’interpréter, il convoque  la crème des spécialistes du  genre.

Scarlatti- Jacobs-Castellucci . Ce trio enchante, et augure bien de cette année anniversaire.

 

UN EXTRAIT

« Cet oratorio fait pleurer, il touche quelque chose de très profond. Il franchit toute forme de contrôle. C’est une rhétorique  très raffinée et distillée, particulièrement efficace. Et c’est justement parce qu’il a la force d’une prière qu’il est possible de l’aborder avec une vision critique qui nous rapproche de Caïn, qui nous permet d’être lui, en lui ». (Romeo Castellucci, metteur en scène )

 

LE COMPOSITEUR

Alessandro Scarlatti est peut-être le plus fécond des grands auteurs lyriques de son époque avec quelques 115 œuvres, plus de 800 cantates à une voix (sortes d’opéras-miniatures), 30 oratorios, une centaine de motets, des messes, des œuvres pour clavier, etc..

Né à Palerme le 2 mai 1660 dans une famille de musiciens, il est envoyé à Rome dès l’âge de douze ans pour y poursuivre ses études. Si on a peu de renseignements sur ses années d’apprentissage, on sait en revanche qu’ en 1679, il crée à Rome son premier opéra, Gli equivoci nel sembiante, dont le succès lui vaut d’être nommé immédiatement maitre de chapelle de la Reine Christine de Suède (en exil dans la ville). C’est là que, seront  joués, de 1679 à 1683,  ses six opéras suivants, dont Il Pompeo. 

En 1684, le musicien commence à voyager au gré de ses postes et de son inspiration, d’abord à Naples, puis à Florence et Venise où il compose beaucoup, notamment, en 1707, Il Mitridate Eupatore  qui est considéré aujourd’hui comme son chef d’œuvre.

En 1717, il décide de revenir à Rome, où il va écrire, dans un style d’orchestration plus moderne, parmi ses œuvres les plus célèbres, dont Telemaco (1718) et Griselda ( 1721).

En 1722, il repart pour Naples où il meurt le 24 octobre 1725.

Bien que sa musique, de style très varié, n’appartienne à aucune école connue, elle préfigure l’école classique du XVIII° siècle qui culminera avec Mozart. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

02.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

03.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

06.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 06/02/2019 - 20:26
Scarlatti
Comme disait une vieille chanson "ça vaut mieux que d'attraper la scarlatine".