En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 22 min 26 sec
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 1 heure 47 sec
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 1 heure 19 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 11 heures 28 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 15 heures 31 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 17 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 18 heures 46 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 20 heures 43 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 21 heures 8 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 21 heures 40 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 59 min 50 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 1 heure 2 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 11 heures 16 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 12 heures 16 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 17 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 18 heures 24 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 19 heures 47 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 20 heures 54 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 21 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 22 heures 37 sec
© Domaine public
© Domaine public
Vent d'ailleurs

Virginia Woolf et Vita Sakville-West, les Amazones d’Albion

Publié le 20 janvier 2019
Virginia Woolf (1882-1941) et Vita Sackville-West (1892-1962) reviennent sous les feux de l’actualité.
Pauline de Préval
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pauline de Préval est journaliste et réalisatrice. Auteure en janvier 2012 de Jeanne d’Arc, la sainteté casquée, aux éditions du Seuil, elle a publié en septembre 2015 Une saison au Thoronet, carnets spirituels.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Virginia Woolf (1882-1941) et Vita Sackville-West (1892-1962) reviennent sous les feux de l’actualité.

Cette année doit voir sur les écrans, outre le film sur Colette avec Keira Knightley, un biopic appelé à faire parler de lui : « Vita et Virginia », de ChanyaButton avec Elizabeth Debicki et Gemma Aterton. Un film, « The hours » (2002), avait déjà rendu Virginia Woolf populaire, s’il en était besoin. Le rôle de la romancière était tenu par Nicole Kidman. L’idée de ce film était de présenter trois vies de femmes, à trois époques différentes, reliées entre elles par le roman de Virgina Woolf, « Mrs Dalloway ». Ce procédé audacieux reprenait, en le variant sur le mode du pasticcio, l’une des idées de Virginia Woolf dans son roman « Orlando », lui-même adapté au cinéma en 1992 avec Tilda Swinton dans le rôle.

« Orlando » ? C’est la biographie imaginaire d’un aristocrate excentrique étalée sur quatre siècles. Ainsi voit-on Orlando voyager dans le temps et l’espace, entre l’époque élisabéthaine et le XXe siècle, entre l’Angleterre et la Russie et même jusqu’à l’Orient. Son histoire fantasque et extravagante, mais exaltante aussi bien – car qui n’a rêvé de repousser ses limites ? -, nous est racontée jusqu’à l’année de rédaction du livre, 1928. Particularité : au gré des siècles, Orlando se transforme en homme, puis en femme, aimant indifféremment l’un ou l’autre. Roman fantastique, il questionne la question de l’immortalité et les aspects changeants du désir. Mais ce roman est en lui-même romanesque. Il a été inspirée à Virginia Woolf par Vita Sackville-West, de dix ans sa cadette. Cette histoire appartient à la légende, au point qu’elle a été parfois caricaturée.

Mais reprenons le fil : en 1927, Virginia Woolf et son mari Léonard vivent dans la campagne du Sussex. Virginia vient de publier « La promenade du phare ». Elle rencontre Vita Sackville-West, une aristocrate qui se partage entre le château paternel de Knole et Long Barn, la demeure de son époux Harold. Vita est également écrivain. Les deux femmes diffèrent : Virginia est issue d’un milieu peu fortuné, Vita est une riche héritière. La première réinvente une manière d’écrire, la seconde incarne son rêve : la jeunesse, la beauté, l’insolence - la certitude de son excellence. La fascination, bientôt l’amour, que ressent Virginia pour Vita, comme le contraste entre son milieu bohême et l’aristocratie anglaise l'amènent à prendre pour sujet de son nouveau roman Vita qui se donne pour règle le plaisir de l'instant. « Orlando » vient de naître.

« Virginia Woolf plus que quiconque puise dans sa vie le matériau de son œuvre, mais son travail consistera ensuite à effacer tout indice autobiographique »
(Alexandra Lemasson)

Maurice Blanchot a bien caractérisé l’art de Virginia Woolf qui s’inscrit dans la lignée de Marcel Proust, sur un mode proprement original : « une artiste acharnée à une œuvre qui retienne seulement la transparence, l’auréole lumineuse et les contours légers des choses ». « Le rythme, le tremblé, la fièvre, cette pulsation déchirante qui font la voix de Virgina Woolf », pour reprendre les mots de Renaud Matignon, doit sans doute beaucoup à sa passion pour Vita Sackville-West, mais pas seulement. Une telle artiste ne saurait se réduire à sa sexualité laquelle fut, dans cette circonstance, sans doute plus chaste qu’érotique ou, dit autrement, dont la clef de l’érotisme est à chercher dans l’écriture, dans ce lent travail de mise à jour de soi par l’autre.

Et Vita Sackville-West ? De même il serait regrettable de ne voir en elle que le miroir de Virginia Woolf. Toutes deux eurent à cœur de dire le monde, de mettre des mots sur leurs émotions, et de les transmettre : à neuf et à plein. C’est particulièrement sensible dans son meilleur roman « Toute passion abolie » paru en 1931. Ce livre, irrésistible de drôlerie et de panache, raconte comment Lady Slane, de vieille dame respectable, devient une vieille dame indigne, à l’image du rôle de Violet interprété par Maggie Smith, la comtesse douairière de Grantham dans « Downton Abbey ». Le jour même de la mort de son mari, Henry Holland, comte de Slane, elle décide de s’abandonner enfin à la vie dont elle a été privée. Elle repousse sa famille, se retire avec sa gouvernante dans une petite maison d'Hampstead et ne vit plus qu’au milieu de personnages gentiment farfelus. L'un d'entre eux, un très vieux collectionneur d'art célibataire, Fitz George, qu'elle a brièvement connu dans sa jeunesse, sera le complice de ses derniers jours, l'amant de cœur qu'elle avait toujours souhaité avoir.

Pas plus que les œuvres de Virginia Woolf et Vita Sackville-West ne peuvent être réduites à des catégories appauvries comme si elles ressortissaient à la littérature LGBT, elles ne peuvent se réduire à une écriture de genre féminin. Leur virtuosité en fait les égales des meilleurs, tous sexes confondus : par une écoute des êtres, une passion pour eux, un amour à le transmettre dans toutes ses nuances. Enfin, si les deux Amazones d’Albion eurent une passion commune, il est beau de voir de chacune est parfaitement elle-même : elles ont su chacune développer, l’une au contact de l’autre, leur meilleure part. Comme l’a écrit Virginia Woolf dans « Orlando » : la pensée créatrice est bien « de tous les moyens de transport le plus divagant et le plus fou ! ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires