En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Xavier Agon / AFP
Bonnes Feuilles

La femme est invisible ; l’homme aussi : la question du pluriel et de l’impersonnel

Publié le 13 janvier 2019
Jean Szlamowicz dans "Le sexe et la langue" publié aux éditions Intervalles propose de faire un état des lieux des manipulations militantes prenant la langue en otage et le féminisme pour prétexte d'une manœuvre d'intimidation idéologique. Extrait 2/2.
Jean Szlamowicz est maître de conférences à Paris IV-Sorbonne. Linguiste, traducteur et critique de jazz (Jazz Hot), il est aussi producteur et président de Spirit of Jazz (www.spiritofjazz.fr).Il est l'auteur de Détrompez-vous ! Les étranges...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Szlamowicz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Szlamowicz est maître de conférences à Paris IV-Sorbonne. Linguiste, traducteur et critique de jazz (Jazz Hot), il est aussi producteur et président de Spirit of Jazz (www.spiritofjazz.fr).Il est l'auteur de Détrompez-vous ! Les étranges...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Szlamowicz dans "Le sexe et la langue" publié aux éditions Intervalles propose de faire un état des lieux des manipulations militantes prenant la langue en otage et le féminisme pour prétexte d'une manœuvre d'intimidation idéologique. Extrait 2/2.

Cédant à la propagation d’un vocabulaire dont l’arrogance littéraire débile intimide les moutons, les néo-féministes ne cessent de trouver que la femme est « invisibilisée » : « Ainsi, une langue qui rend les femmes invisibles est la marque d’une société où elles joueraient un rôle secondaire ».69 J’ai essayé de me représenter ce tour de passe-passe où des coups de langue font disparaître les femmes de la société, mais nonobstant la puissance évocatrice de cette image, j’ai bien du mal à comprendre cette métaphore pour le moins hétérogène où l’on perdrait la vision à cause d’une chose aussi abstraite que des marques grammaticales… La langue ne repose pas sur la « visibilisation » de quoi que ce soit. La langue n’est pas un objet manufacturé dont on pourrait choisir les options et fonctionnalités avec un interrupteur institutionnel pour visibiliser les femmes, les hommes, les grands-mères ou les ragondins. Grande découverte qu’il nous faut absolument annoncer aux populations ébahies : le pluriel permet de regrouper tout le monde ! Les formes impersonnelles de ne faire remarquer personne ! Les mots abstraits effacent les gens ! Tiens, d’ailleurs, les gens. Comment va-t-on le « genrer » ?

Scandale : il n’existe pas de forme féminine. À ce genre de détail, les militants de l’inclusion s’arrêtent, stoppés nets dans leur élan face à la force de l’usage : un –e n’y ferait rien et créerait une forme imprononçable puisqu’il s’agit d’un e muet! Écrira-t-on les gen.s.es ? Cette question du caractère globalisant de certains mots comme gens débouche sur celle du pluriel, pour lequel les « inclusivistes » veulent imposer la présence d’un accord féminin quand il est générique. C’est négliger que la contrepartie des signes linguistique dans le réel ne répond pas à une logique descriptive littérale. Le pluriel ne sert pas forcément à désigner une accumulation d’objets. Quand on dit les cieux, c’est pour conférer à ciel une dimension symbolique évoquant le destin, l’au-delà, le divin et non à en envisager une multitude quantifiable : même au pluriel, le ciel ne saurait être « plusieurs » ! Il n’y a pas de contrepartie « réaliste » à ce genre de pluriel. Qu’on songe à pantalon ou pyjama : en anglais, ce sont des pluriels (trousers et pyjamas). Tentez de mettre un pluriel à eau : ce n’est plus de l’eau buvable, cela devient des eaux usées, des eaux tumultueuses — quand on ne perd pas les eaux… Bref, le pluriel transforme la notion qui n’est plus une entité discrète que l’on aurait multipliée mais, en quelque sorte, « autre chose ». Dans le cas de noms dénombrables, le pluriel sert bien sûr à évoquer un groupe, ce qui ne va pas sans une diversité de configurations : Bienheureux les simples d’esprit : les portes du paradis leur sont ouvertes. Je ne supporte par les simples d’esprit qui occupent les bancs de l’Assemblée Nationale. Dans le premier cas, simples d’esprit renvoie à une généralité abstraite, dans le second à un cas concret désignant des personnes précises. Dans les deux cas, la question du sexe est « invisibilisée ». Telle est la fonction du pluriel : regrouper sans distinguer. Le pluriel est justement une marque servant à « inclure » une multitude hétérogène. C’est par exemple le cas du pronom personnel nous qui inclut le locuteur et un assortiment varié de possibilités : moi et toi, moi et elle, moi et vous, moi et le groupe auquel je me réfère, moi et le genre humain, etc. Le pluriel a pour vocation de rassembler sans discriminer.

En revendiquant de le scinder, les partisans de l’inclusion prétendent « rendre visible le féminin ». Mais quel égalitarisme y aurait-il à remplacer « Les Français sont cons » par « Les Français.es sont con.ne.s »? Le contexte générique est suffisant pour savoir que la marque plurielle inclue les femmes, et personne n’a jamais compris que la généricité ne concernerait que les hommes. En quoi le marquage de la féminité dans un discours générique aide-t-il la condition féminine ? La question n’est pas du simple persiflage, elle constitue le socle de la revendication du féminisme orthographique : ce n’est pas la femme qui est plus « visible » mais son marquage. L’argumentation militante raisonne par métonymie et confond le signe de la femme et la femme elle-même. Elle confond aussi la « visibilité » et le statut social : on pourrait décider de mettre tous les mots de la langue française au féminin que cela ne changerait rien à l’organisation de la société… Confondre les mots et le réel qu’ils décrivent est d’une naïveté étonnante : à la faveur d’un délire poétique comptable, il faudrait croire que promouvoir une plus grande fréquence des accords avec la lettre e va changer la condition féminine… C’est un raisonnement absurde, même emballé par les grandiloquences du marketing politique.

Extrait de "Le sexe et la langue" de Jean Szlamowicz publié aux éditions Intervalles

Lien direct vers la boutique : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires