En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Bonnes feuilles
Comment l'Allemagne s'est faite offrir l'Europe sur un plateau d'argent
Publié le 21 octobre 2018
En France, on se prévaut d’appartenir à un « couple franco-allemand » qui serait la locomotive de l’Europe. On sous-entend ainsi que les deux pays sont à égalité au sein de l’Union européenne et qu’ils la conduisent main dans la main. Pourtant, cela n’a jamais été vrai!. Dans son livre, "Le couple franco-allemand n'existe pas" publié aux éditions Michalon, Coralie Delaume dénonce une vérité tabou : il n'y a qu'en France que l'on croit en couple fantasmé. Extrait 2/2
Coralie Delaume est une blogueuse, journaliste et essayiste française. Elle est diplômée de l’Institut d'études politiques de Grenoble, elle devient ensuite journaliste et chroniqueuse pour plusieurs médias. Spécialiste de la gouvernance économique...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Coralie Delaume
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Coralie Delaume est une blogueuse, journaliste et essayiste française. Elle est diplômée de l’Institut d'études politiques de Grenoble, elle devient ensuite journaliste et chroniqueuse pour plusieurs médias. Spécialiste de la gouvernance économique...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En France, on se prévaut d’appartenir à un « couple franco-allemand » qui serait la locomotive de l’Europe. On sous-entend ainsi que les deux pays sont à égalité au sein de l’Union européenne et qu’ils la conduisent main dans la main. Pourtant, cela n’a jamais été vrai!. Dans son livre, "Le couple franco-allemand n'existe pas" publié aux éditions Michalon, Coralie Delaume dénonce une vérité tabou : il n'y a qu'en France que l'on croit en couple fantasmé. Extrait 2/2

Si l’Allemagne n’avait jamais voulu régir l’Europe? Qu’elle use – et même abuse – de sa position dominante est évident. Pour autant, l’Allemagne a-t-elle « gagné la paix » ainsi qu’on gagne une guerre, comme on l’entend parfois? A-t-elle tenté d’obtenir par l’économie une soumission de l’Europe qu’elle n’avait pu obtenir par les armes? Ou n’a-t-elle fait que prendre – fermement certes, mais presque surprise qu’on le lui propose – ce qu’on lui tendait benoîtement sur un plateau d’argent? Il y a sans doute un peu des deux. C’est pourquoi celui-là même qui fustigeait le retour des « Ugly Germans », Joschka Fischer, peut également énoncer, sans vraiment se contredire: « Nous nous sommes réveillés et nous nous sommes soudain aperçus de notre rôle de leader en Europe, dont nous n’avions pas envie. Le pays n’avait pas la moindre idée de ce que cela pouvait signifier d’avoir un rôle hégémonique. »

 L’ancien ministre écologiste rejoint ici le sociologue Wolfgang Streeck. Ce penseur allemand atypique, qui prône l’abandon de la monnaie unique et la réhabilitation de l’échelon national, reconnaît que son pays se trouve de facto en position dominante. Il estime toutefois qu’il s’agit là d’une « hégémonie fortuite » et rappelle que « ce n’est pas [Berlin] qui a voulu l’euro ». Alexis Dirakis, enfin, considère qu’« on ne domine jamais malgré soi ». La prédominance allemande, ajoute-t-il toutefois, « n’a pu être explicitement voulue, car elle n’a pu être anticipée (…). L’Allemagne n’a pu prévoir la nouvelle donne continentale mais elle a su, avec intelligence et pragmatisme, saisir les opportunités offertes par cette conjoncture: calcul de parité entre la monnaie unique et le Deutschemark, délocalisations vers l’Est, siège de la BCE à Francfort, euro fort, nombre grandissant de technocrates allemands au sein de l’appareil bruxellois, etc. » Une « puissance sans désir », autrement dit.

Du moins sans le désir explicite d’en être une, quoique sans repousser non plus les avantages que cela offre. Un « empire accidentel » disait pour sa part Ulrich Beck, cependant que l’historien Ludwig Dehio parlait plutôt de « semi-hégémonie ». Dans la mesure où l’attitude germanique semble a priori paradoxale, le phénomène a été beaucoup étudié. Les expressions le qualifiant sont donc nombreuses. L’une des plus utilisées – en tout cas dans les think tanks ou dans la presse anglo-saxons – est une sorte d’oxymore, forgé par le politiste britannique William Paterson et popularisé par le magazine The Economist à l’occasion d’un numéro de 2013 intitulé « Germany and Europe: The reluctant hegemon.

Depuis, cette idée d’« hégémonie réticente » a beaucoup été reprise. Paterson, lorsqu’il l’a formulée, s’inspirait lui-même de la « théorie de la stabilité hégémonique » énoncée par l’Américain Charles Kindleberger dans un livre sur la crise de 1929 devenu un classique des relations internationales. Kindleberger y postulait qu’un véritable leadership impose à l’hegemon un certain nombre de devoirs envers les pays de sa zone d’influence, ne serait-ce que pour la stabiliser et pour rendre durable une situation qui profite en premier lieu à l’hegemon. Si la Grande Dépression de 1929 s’est produite, affirme-til, c’est d’une part parce que après la Première Guerre mondiale, la Grande-Bretagne était devenue inapte à assumer son rôle d’hegemon mondial, et d’autre part parce que les États-Unis hésitaient encore à prendre le relais. On sait bien évidemment qu’ils finirent par le faire, leur imperium étant assuré à coups d’actions ponctuelles (plan Marshall par exemple) ou plus durables, comme le choix de faire passer l’Europe sous le parapluie américain (OTAN)

Extrait de "Le couple franco-allemand n'existe pas" de Coralie Delaume, publié aux éditions Michalon

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
03.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
04.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
07.
Le mystère de la chambre (d’écho des Gilets) jaune(s)
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires