En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 12 heures 29 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 13 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 16 heures 43 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 18 heures 42 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 20 heures 5 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 20 heures 28 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 20 heures 28 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 20 heures 43 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 20 heures 57 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 13 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 16 heures 30 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 18 heures 16 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 19 heures 34 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 20 heures 21 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 20 heures 28 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 20 heures 29 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 20 heures 54 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 21 heures 2 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 1 jour 6 heures
© Ethan Miller / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© Ethan Miller / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
A consommer avec modération

Cette pression collective qui s’exerce sur le physique des porno stars et qui en dit long sur notre masochisme collectif

Publié le 02 juillet 2018
Avec des physiques, des performances et des pratiques bien trop éloignés de la réalité, le porno peut parfois rendre la réalité de la sexualité insupportable.
Michelle Boiron est psychologue clinicienne, thérapeute de couples , sexologue diplomée du DU Sexologie de l’hôpital Necker à Paris, et membre de l’AIUS (Association interuniversitaire de sexologie). Elle est l'auteur de différents articles...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michelle Boiron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michelle Boiron est psychologue clinicienne, thérapeute de couples , sexologue diplomée du DU Sexologie de l’hôpital Necker à Paris, et membre de l’AIUS (Association interuniversitaire de sexologie). Elle est l'auteur de différents articles...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec des physiques, des performances et des pratiques bien trop éloignés de la réalité, le porno peut parfois rendre la réalité de la sexualité insupportable.

Atlantico : Quelles sont les répercussions de la pornographie sur les normes esthétiques masculines et féminines ? 

Michelle Boiron : L'influence de la pornographie sur les normes esthétiques autour du corps sexué est visible en particulier par la population qui visionne des films pornos et aussi pour ceux qui sont le ou la partenaire de celui qui en consomme. Pour le commun des mortels non consommateur l’influence est indirecte, mais réelle, via les réseaux sociaux, la presse.

On a vu au fil des années apparaître des tendances. D'abord la guerre des poils pubiens sous la forme de  l'épilation totale et définitive  pour les deux sexes, puis l'engouement pour la chirurgie esthétique des lèvres de la vulve, correction d'une asymétrie dans la taille... Pour les hommes celle de l'allongement du pénis (jamais assez long jamais assez gros) eu égard aux représentations des stars du porno.  

Le complexe de la taille du pénis chez l'homme n'est certes pas nouveau mais il n'était pas connecté au film porno. Il était lié à la représentation fantasmée du petit garçon qui rêve de devenir un homme pour en avoir "un" aussi grand que Papa.

Puis vint le torse des hommes dont l’esthétisme a été modifié par la nouvelle tendance de l'absence de poil. Le corps de l’homme viril tend à devenir  imberbe.

Par contre les poils pubiens perdus ont investi leur visage: tous barbus!                                              

La norme esthétique dictée par le porno peut aussi générer certaines pathologies repérée notamment par le Docteur De Belilowsky dermatologue spécialisée de la vulve. Elle a notamment constaté des effets délétères sur le corps sexué. Précisément concernant la suppression totale des poils pubiens qui est responsable dans certains cas d’une atteinte des glandes de Bartholin qui sont en partie responsables de la lubrification.  

La question de la norme s'est posée aussi  pour l’esthétique du sexe féminin rendue visible par l’absence de poil pubien. Avant les femmes regardaient peu leur sexe. Alors, depuis qu’elle le voit : un complexe est né : lèvres trop petites trop fines trop longues, asymétriques…. Les  femmes ont donc commencé à  faire appel à la chirurgie esthétique sur leur sexe. Rappelons qu’il n'est jamais anodin d'avoir recours à la chirurgie esthétique de manière générale et à fortiori sur une zone sexuée particulièrement sensible et investie.  La réussite esthétique de ces interventions ne donne pas, loin de là, la garantie d'une sexualité plus épanouie.

Pour les hommes le recours aux implants péniens pour retrouver un sexe conforme à la norme est aussi une chirurgie en plein essor.  Je cite l’exemple d’un homme qui rencontrait quelques difficultés avec son couple. Il était très centré sur son sexe  Pour élargir sa vision et le repositionner comme un homme phallique je prononçais la phrase malheureuse : « Votre être d’homme phallique ne peut être réduit à la taille d’un sexe de 12 cm ? » Vexé pensant que je faisais référence à la taille réelle de son sexe à lui il me répondit furieux : 17,6 cm ! Cela en dit long sur l’importance de la norme.                                      

On constate l’impact des films pornos  dans la relation sexuelle  réelle qui  produit un effet déstabilisant. Il est en parti lié d’une part  à l'usage de corps non normatifs. D’autre part, à une scène virtuelle devenue un champ déshumanisé avec des hommes et des femmes que l'on pense pouvoir transformer, modeler au gré des normes pornographiques. Les nouvelles techniques chirurgicales permettent désormais une mise en conformité physique. Avec à la clé, l’espérance d’atteindre le nirvâna, rétablir l’estime de soi. Cela  renforce un temps le leurre de la toute-puissance de l’«avoir» et nie surtout la relation de l’«être» avec l'autre dans la sexualité. 

Quels impacts peuvent avoir la pornographie, en termes de performances et de pratiques sur notre manière d'avoir des rapports sexuels ? Les injonctions de la pornographie et ses critères inatteignables engendrent des complexes et des souffrances. Peut-on parler de masochisme chez les plus assidus ?

En libérant la sexualité hors de la sphère intime privée et en l'exposant  dans la rue on a incité les hommes et les femmes à singer les codes notamment du porno et imposer le diktat de la norme en vigueur. Ce théâtre virtuel de scènes crues sans affect a donné l'illusion à ceux qui le  visionnaient d'atteindre facilement le nirvâna. Il confère à un produit virtuel la toute-puissance de créer de la jouissance. L'objet est un leurre fusse t’il, ce qui n’est pas le cas, incarné par un être en chair, un sujet qui peut procurer la jouissance. En comblant un vide existentiel par une  sexualité virtuelle, on comble à la fois le manque narcissique et les angoisses de castration. Mais on s'éloigne de la relation avec l'autre dans une solitude abyssale.  Plus besoin de passer à l'acte!  Plus envie ... C'est ce qui se passe quand le virtuel l'emporte sur la relation sexuelle avec un tiers partenaire. La passivité gagne sur l'action et le couple s'abstient de toute relation jusqu'à désinvestir totalement le rapport sexuel. Le rapprochement physique devient impossible trop engageant trop lourd, l'injonction de le réussir, d'être performant finit par décourager.

 Alors parfois, la prise de conscience que c’est allé trop loin et qu’un retour à la vraie vie va être difficile pour retrouver un couple réel. C'est à ce moment-là que le déni est levé, que le couple mesure que l'addiction est là et qu’il faut consulter. C'est un travail difficile de redevenir un sujet libre. Avoir perdu la liberté de s’abstenir de consommer c’est la définition de l’addiction avec ou sans produit… Accepter aussi la rechute qui fait partie du traitement. 

Pour éviter les fausses images véhiculées par l'industrie du porno, la pornographie amateur est-elle une alternative crédible ? Quelles autres solutions sont envisageables ?

La pornographie amateur reste une pornographie. Elle continue de représenter la même scène qui sera vue par d’autres. Avec les acteurs il y avait encore une distance alors qu’avec la pornographie amateur il y a une réelle identification possible.

L’alternative de la pornographie amateur n’est pas une solution elle est un biais. Elle permet de s'approprier voire de comparer les conduites sexuelles d'autres couples. L'intimité ainsi exposée reste un acte de quelques-uns : ceux qui augmentent leur excitation en se filmant sachant qu'ils seront visionnés par d’autres spectateurs voyeurs. Elle tente de démystifier les acteurs, mais en réalité elle en singe leurs codes et les banalisent en imaginant qu’ils sont accessibles à tous. La jouissance est orientée sur l'exposition de leur sexualité. Cela reste une position  voyeuriste qui ne règle pas le risque addictif lié aux images visionnées.

Cela peut être aussi un biais comme un autre pour palier à la baisse de l’excitation et chercher de nouveaux modes de jouissances comme pour tous les phénomènes addictifs... C’est peut-être encore un piège, un leurre. On peut y voir une incitation perverse de démocratiser et de banaliser le porno pour tout le monde. C’est une nouvelle manière  d’exposer son intimité, par essence la plus précieuse celle de la relation  sexuelle, et de trouver cela normal ?

C’est une énième nouvelle manière de rester passif et de chercher l’excitation sexuelle sans le passage obligé avec un autre en chair et en os.

La solution à cette dérive de la pornographie, qui est en train de prendre le contrôle de notre sexualité par le biais d’Internet et d’un accès facile et gratuit, n’est pas simple car elle est sous-estimée et provoque le déni. Pas de mal à se faire du bien !

En revanche, il est urgent de prévenir, d’informer du côté addictif de cette drogue sans produit, C’est précisément pour cela qu’on n’a pas vu venir ni mesurer les dérives… La mobilisation des médias sur ce phénomène n’est pas assez active.

En réalité le porno est en train de modifier notre sexualité, piéger les hommes et de plus en plus de femmes, façonner les enfants, et rendre addict.

Acceptons qu’on le veuille ou non que dans la sexualité est présent l’aspect moralisateur : on ne peut jouir sans ériger des barrières symboliques, codées. Le dépassement de ces limites entraine des sanctions, car la sexualité humaine est très intellectualisée avec des interdits, une morale, des transgressions, des excès. Elle oscille en permanence avec un comportement naturel instinctif et un comportement très élaboré, culturel. Ainsi l’homme est tiraillé  entre un « soi grandiose » par le plaisir de la jouissance sexuelle et un « moi misérable » par une sexualité débridée, sans retenue ni exigence de qualité. La culture d’aujourd’hui n’aspire plus à élever l’homme au-dessus de la vie matérielle et de ses plaisirs immédiats mais l’entraîne plutôt vers le leurre de tout est possible.

Mais n’oublions pas que la sexualité reste un espace de dévoilement de soi et donc une mise en danger. C’est cela qui crée la magie de l’acte sexuel et qui est l’essence même de nos sens. L’humain est capable de tout sexualiser, alors continuons d’inventer chacun à sa manière sans se perdre dans le diktat du porno.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 05/07/2018 - 10:35
Poil à gratter
Ha ha ha !!!que des Gayets ou autres mères Boiron te lâchent la grappe , tu rêves! Elle est trop juteuse! Ils flirtent sur la consommation de cette moraline, qui est prescrite par tous les gardiens de l'ordre du même nom! Ils ont en fait remplacé les curés, trop occupés à distribuer des cachous dans les sacristies. Ils font très bon ménage avec l'ordre féministe castrateur! Ovidie vendait son vilain cul, elle vend désormais sa tronche folcochienne d'une Marie Madeleine qui réserve ses rares pipes à Jésus!
poil à gratter
- 05/07/2018 - 10:22
Ah mon Dieuuuuu!!
Ah mon Dieuuuuuu, ils regardent des films porno! Mais quelle horreur! Alors qu'ils pourraient tous les soirs voir de bons films policiers ou les morts se comptent à la pelle! Comme disait un ex taulard, "à force de regarder ces films on a eu envie de faire pareil, et dans ces films on avait toutes les idées!" Mais ceux là ne sont pas interdits noooon! Et puis quoi encore? À quand la police de la morale, ou plutot de la charia, pour nous dire que faire, quand le faire et comment le faire? Lâchez nous la grappe bordel!!
kelenborn
- 04/07/2018 - 18:49
bien plus dangereux
qu'Exdoll , Ovidie et les instincts puritains du bon docteur Gayet: ....Soupçons d'abus sexuels: sanctions contre le "psy de l'Eglise" en France
RSS
( voir dépêches en haut à droite)

L'archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, a pris des sanctions contre un prêtre et psychanalyste, Tony Anatrella, soupçonné d'abus sexuels, désormais interdit de ministère, confession et activité thérapeutique, a-t-on appris mercredi auprès du diocèse.
Vu sur : tv5
Après les prêtres pédophiles voila maintenant les rombierophiles! A quand une croisade de Caron contre les zoophiles et quand les coprophiles? . Il ne manquerait plus que Béatrice Dalle se fasse bonne soeur et on est parti pour les anthropophages!
Ah je vous le dis, François va bientôt dire "allez à la messe et aimez vous les uns les autres" A la grande partouze du Seigneur, personne ne restera hors du matelas!!!! Bon heureusement que les dessineux de Charlie ne s'inspirent pas de mes ignobles et blasphématoires provocs!