En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Urgence

Les 3 graphiques qui vous convaincront qu’il est urgent de rationaliser la politique familiale française

Publié le 13 septembre 2018
Pour rassembler les Français, il est temps de réaliser l’universalisation des allocations familiales prévue en 1945, en dépit de la créativité technocratique
...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc de Basquiat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour rassembler les Français, il est temps de réaliser l’universalisation des allocations familiales prévue en 1945, en dépit de la créativité technocratique

Tous les parents le savent : si le fait d’avoir des enfants peut être source de grandes joies et de soucis, cela représente également un coût significatif. Heureusement, l’Etat intervient de multiples façons pour collectiviser ce coût, qui est de fait un investissement dans le renouvellement des générations. Si on prend en compte les dix mécanismes principaux de soutien financier aux parents, on peut tracer un superbe graphique montrant le niveau de l’aide, en euros par mois, pour chaque enfant.

Ces diverses courbes évoluent de façon assez curieuse, selon qu’il s’agisse d’une famille monoparentale ou d’un couple, en fonction du nombre des enfants et des revenus des parents. La cuisine législative accumulée ces dernières décennies a produit un plat de spaghettis assez étonnant.

A la découverte de ce graphique, la première réaction raisonnable est l’incrédulité

Est-ce sérieux ou un gribouillage enfantin ? Il est utile de regarder un second graphique qui affiche la contribution des dix mécanismes pour des couples mariés ou pacsés, parents de quatre enfants, en fonction de leur revenu mensuel. Cet empilement rappelle agréablement les strates sédimentaires de nos cours de géologie, agrémentées de couleurs vives pour réveiller le lecteur.

On constate au premier coup d’œil que les mécanismes intervenant pour les familles à bas revenus, à gauche du graphique, sont différents du mécanisme principal intervenant pour les plus aisés (à droite) : le quotient familial. Cependant, l’aide totale pour les quatre enfants est à peu près identique pour tous : environ 900 euros par mois.

Pourquoi diable faut-il dix mécanismes pour aboutir à une redistribution quasi uniforme ?

La complexité se révèle lorsqu’on explore la diversité des configurations familiales. Le graphique n’est pas fondamentalement différent pour des familles de trois ou cinq enfants. Par contre, le fait que les allocations familiales ne sont versées qu’à partir de deux enfants rend le cas des parents d’enfant unique particulièrement intéressant, qui fait l’objet du troisième graphique.

Alors que les familles sont 43% à n’avoir qu’un seul enfant à charge, l’aide financière de l’Etat distingue clairement trois catégories. Les familles pauvres, qui perçoivent le RSA ou la Prime d’activité, voient leurs prestations sociales renforcées du fait de la présence d’un enfant. Les familles plus aisées bénéficient de l’effet du quotient familial, qui abaisse leur impôt sur le revenu. Entre ces deux extrémités, les familles des classes modestes à moyennes sont peu voire pas aidées pour leur enfant. Aucun autre pays au monde ne maltraite ainsi les parents d’enfant unique.

 

Face à ces constats d’une complexité inutile et inéquitable, notre recommandation est simple. Mettons rapidement en œuvre la disposition inscrite à l’article premier de l’ordonnance du 4 octobre 1945 organisant la sécurité sociale : « Des ordonnances ultérieures procéderont à l’harmonisation desdites législations et pourront étendre le champ d’application de l’organisation de la sécurité sociale à des catégories nouvelles de bénéficiaires ». Après 73 ans d’atermoiements, implémentons enfin des Allocations Familiales Universelles, où chaque enfant donne droit à une aide identique, dépendant éventuellement de son âge, quels que soient les revenus de ses parents.

Et supprimons ces 10 mécanismes compliqués, hérités du passé.

Quand la technocratie pilote la politique familiale

Curieusement, ce n’est pas du tout l’approche du Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge (HCFEA) qui a publié le 6 juin un rapport volumineux de 300 pages [[http://www.hcfea.fr/spip.php?rubrique11]]. Il propose trois options pour améliorer l’indice statistique de pauvreté des enfants : soit compliquer le calcul du RSA, soit celui de la Prime d’Activité, soit inventer une onzième prestation spécifique – de 50 euros par mois – pour certains enfants de familles pauvres. Cela coûterait à peine deux milliards d’euros…

Ce rapport n’évoque nulle part la détresse sociale et la responsabilité des parents. Pour le HCFEA, la priorité nationale est uniquement guidée par les statistiques : hisser au dessus du seuil de pauvreté les familles monoparentales et les familles nombreuses sans emploi. Sans s’inquiéter des désincitations créées automatiquement pour d’autres configurations familiales, qui peuvent bien, elles, demeurer sous le seuil de pauvreté. C’est ainsi que si une mère isolée rencontre l’homme de sa vie, elle perd tout à coup nombre d’avantages réservée au statut « monoparental ». Et si un parent de famille nombreuse au chômage retrouve un emploi, même mal payé, il perd également une partie de ses allocations. Rien de cela ne permet d’exercer des choix de vie en tant qu’adulte libre et responsable.

La complexité est l’ennemie de la transparence et donc de la liberté. Comment les citoyens peuvent-ils s’opposer à la technocratie qui la génère ?

Note : tous les graphiques de cet article ont été construits patiemment par Léon Régent, vice-président de l’association AIRE, pour son livre récent : La face cachée des prestations familiales, présenté ici[[https://blog.revenudexistence.org/2018/02/17/presta-fam/]].

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

07.

La guerre des changes aura lieu

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Pourquoi cette étude confirme l'absence de lien entre vaccination et sclérose en plaques (mais ne suffira probablement pas à recréer la confiance)

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
PIERRE CHARBONNIER
- 03/12/2018 - 13:00
Avec le droit du sol...qui font les " Français aujourd'hui ?
https://www.algeriemondeinfos.com/2018/12/01/securite-sociale-algeriens-pourront-se-soigner-gratuitement-france/?fbclid=IwAR39mTshwM3AJ3DZ16jh5JjC9bmxfJB20xi6eRgqLby4QztT7-WqxZezgqk
THx27
- 03/07/2018 - 12:27
ubu roi ?
ces technocrates rendent des rapports pour justifier pourquoi ils sont payés, pas pour le bien public, pas de remise en cause ni prise de risque, et sans aucune vision à long terme et hors de leur champ comptable. or la démographie est fondamentale pour renouveler le pays, payer les retraites etc. cette politique du court terme est catastrophique pour nos sociétés .
2bout
- 03/07/2018 - 11:57
Certes,
l'opacité nous rend dépendants du technocrate qui la génère. Mais au delà de la liberté que l'on nous confisque, il s'agit bien pour le technocrate (le technocrate s’accommode parfaitement à tous les régimes politiques) de se créer par ce biais, clés et autres codes, tous les outils qui confortera son pouvoir (auxquels il n'est pas prêt à renoncer).